Anarchopanda débouté

Anarchopanda a eu beau être débouté par la Cour supérieure, ce n’est pas ce qui va empêcher la populaire créature de peluche de manifester. Même s’il se dit déçu, Julien Villeneuve, qui incarne l’animal pacificateur des manifestations, est content d’avoir « au moins essayé » de faire suspendre le Règlement municipal interdisant le port du masque (et des costumes de mascotte), qui allait à l’encontre des droits fondamentaux, selon lui. « On s’y attendait quand même. C’est très rare qu’une telle requête soit acceptée. Mais c’est à force d’essayer que peut-être un jour on va réussir », a dit M.Villeneuve, enseignant de philosophie au collège de Maisonneuve. « La vraie guerre sera en septembre, sur le fond », a-t-il ajouté.

Dans son jugement rendu hier, le juge François Rolland a ainsi rejeté la requête en sursis déposée par l’homme-panda, statuant que les préjudices allégués n’étaient pas irréparables et que rien ne justifiait la suspension rapide du Règlement. « Les tribunaux sont très souvent réticents à accorder une injonction [sursis] avant que la question de la constitutionnalité ait été définitivement tranchée au fond », indique le juge. Toutefois, il admet que sur le fond, la question est « sérieuse » et mérite d’être étudiée.


Il est vrai que jamais une demande de sursis d’un règlement municipal n’a été accordée. Avec son avocat, Denis Poitras, M. Villeneuve étudie la possibilité d’en appeler du jugement. « L’actuel premier ministre, Stephen Harper, est allé en Cour suprême prétextant que quand un règlement municipal est adopté dans l’intérêt public, on ne peut pas avoir un sursis. Cela dit, ce n’est pas impossible, a dit Me Poitras. On met dans la balance les nombreux droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés qui sont attaqués. »


L’exercice n’en est pas moins périlleux et mérite réflexion. « On va décider ça au début de la semaine prochaine », a dit l’avocat, qui constate au passage que le juge a adopté une position conforme à celle du gouvernement. « Ça regarde drôlement. De l’extérieur, on peut penser que le juge va trancher en fonction du gouvernement en place », a-t-il avancé.


Quant à la sympathique bête bicolore, ses sorties se feront moins nombreuses au cours des prochaines semaines. Non pas en raison du jugement défavorable, insiste-t-elle, mais bien parce qu’il fait fichtrement chaud dans un costume de toutou. « Il ne faut pas qu’il fasse trop chaud ou qu’il pleuve trop, a expliqué M.Villeneuve. Mais si à l’automne la mobilisation reprend, après le petit repos normal de l’été, si la température redescend et si les policiers recommencent à faire des conneries, on devra s’attendre au retour de la créature. »

À voir en vidéo