Après Léo, Éliane

Léo Bureau-Blouin, sur toutes les antennes depuis le début du conflit au sujet de la hausse des droits de scolarité, cède la présidence de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) à Éliane Laberge. Du sang neuf qui pourrait être bénéfique dans les négociations avec Québec, selon le président sortant.

La nouvelle représentante étudiante a déjà eu un premier échange hier avec la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, qui a elle-même entrepris la démarche. « Ça a été cordial, a indiqué Éliane Laberge. La ministre m’a dit qu’elle était ouverte à nous rencontrer de nouveau. On va tout faire pour reprendre les négociations le plus rapidement possible. » L’étudiante en arts visuels au collège de Rosemont reconnaît qu’elle s’attaque à un « grand défi » en prenant la présidence au lendemain d’un nouvel échec des négociations.


Comme son prédécesseur, Éliane Laberge a suggéré hier le recours à un médiateur pour débloquer l’impasse.


Élue à la fin d’avril, la nouvelle présidente de 19 ans assure qu’elle n’aura pas à faire du rattrapage. Elle est impliquée dans la campagne contre la hausse depuis septembre 2010 et cette année, elle était responsable des affaires externes de son association étudiante. Mme Laberge a de plus participé au dernier tour de négociations avec Québec.


Léo Bureau-Blouin croit que l’arrivée d’Éliane Laberge pourrait favoriser une résolution de crise. « Je trouve ça bien qu’il y ait un peu de sang neuf dans ce conflit-là, a-t-il dit. Le débat [à la table des négociations] est devenu extrêmement émotif, a été personnalisé, ce qui rend la résolution de crise difficile. »


Il assure que son engagement dans la société ne s’arrêtera pas là. Il compte de plus écrire sur le conflit étudiant quand la poussière sera retombée.


Léo Bureau-Blouin aura été deux ans à la tête de l’organisation étudiante qui représente une vingtaine d’associations étudiantes collégiales du Québec. Diplômé du cégep de Saint-Hyacinthe, il entrera à l’université en septembre. Il est déçu de ne pas avoir atteint ses objectifs au cours des dernières semaines, mais il juge « avoir poussé le ballon aussi loin que j’ai pu ».


Considéré comme le plus modéré des leaders étudiants, son travail n’a pas été apprécié par tous les militants étudiants. Éliane Laberge a rappelé hier que son passage à la présidence s’inscrirait aussi dans la tradition de la FECQ, bien incarnée par Léo Bureau-Blouin.


Par ailleurs, M. Bureau-Blouin fera une allocution demain, à Montréal, lors d’une assemblée citoyenne du Nouveau Mouvement pour le Québec, un groupe indépendantiste.

2 commentaires
  • Liz Fortin - Abonnée 2 juin 2012 06 h 17

    Pour la suite du monde...

    Monsieur Léo Bureau-Blouin, vous êtes brillant et élégant! Vous n'avez pas à être déçu, vous avez fait avancer le Québec tout en portant votre cause très honnêtement, très courageusement.

    Bon courage madame Éliane Théberge!

  • Chris G. Eustace - Abonné 3 juin 2012 11 h 53

    Dix sur dix , Léo Bureau-Blouin - Good job !

    3 juin 2012


    Je me tiens à côté de vous dans votre quête pour un gel des frais de scolarité.

    Tout le meilleur pour votre avenir s'efforce d'aider les étudiants.

    Chris Eustace

    (enseignant à la retraite)