Conflit étudiant - De nouveaux appuis hors Québec

Les manifestants opposés à la hausse de droits de scolarité et à la loi 78 ont reçu de nouveaux appuis hors Québec.

Une centaine de professeurs et d’étudiants chiliens ont signé une lettre adressée « à l’opinion publique nationale et internationale » où ils dénoncent « la persécution du mouvement étudiant du Québec, au Canada, exprimée dans la loi 78. »


Pour les signataires de ¡Todos somos Quebequenses ! (Nous sommes tous Québécois), toute attaque aux libertés de manifester dans le monde touche aussi les autres pays, dans un contexte de mondialisation. Les étudiants chiliens revendiquent depuis plusieurs semaines la gratuité scolaire.


Une pétition internationale dénonçant la loi spéciale qui encadre le droit de manifester a été mise en ligne par l’organisation Avaaz. Hier soir, 41 500 personnes avaient signé la déclaration, qui demande au premier ministre Jean Charest de « l’abroger immédiatement [la loi 78] et de retourner à des valeurs démocratiques de liberté d’expression et de liberté d’assemblée dans les rues du Québec ». Les signataires semblaient toutefois surtout canadiens pour l’instant.

 

Ontariens inspirés


Des étudiants et du personnel de collèges et d’universités ontariens ont condamné hier les « lois oppressives au Québec destinées à étouffer le mouvement de protestation étudiant ».


« La meilleure façon d’exprimer notre solidarité envers les étudiants du Québec est de se battre pour réduire les droits de scolarité et pour défendre la qualité du système d’éducation public », a dit la présidente de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants-Ontario, Sandy Hudson, par voie de communiqué.


S’inspirant du mouvement québécois, ils comptent organiser des manifestations et des événements visant le gouvernement provincial libéral.


Par ailleurs, près de 5000 Québécois ont publié leur photo sur le site Arrêtez-moi quelqu’un ! à ce jour. Ils s’engagent ainsi « à continuer à lutter » même « si cela nous vaut des poursuites pénales en vertu de la loi 78 ».