La CLASSE refuse « de céder à la peur »

La loi 78 ne doit pas tuer la mobilisation, estiment les coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois et Jeanne Reynolds, qui appellent à continuer à manifester en vertu des droits garantis par les chartes.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir La loi 78 ne doit pas tuer la mobilisation, estiment les coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois et Jeanne Reynolds, qui appellent à continuer à manifester en vertu des droits garantis par les chartes.

A la suite d’une fin de semaine aux nuits ponctuées de violents affrontements entre policiers et manifestants, la CLASSE a appelé hier après-midi à « refuser de céder à la peur et à la répression » en désobéissant à la loi spéciale 78, « quitte à en assumer les conséquences juridiques ». Un peu plus tôt dans la journée, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, s’était prononcé en faveur d’une trêve, appelant gouvernement et étudiants à rejoindre la table des négociations.

Tenant entre ses mains un exemplaire du projet de loi 78 frappé du sceau de l’Assemblée nationale, les coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois et Jeanne Reynolds, se sont exprimés hier après-midi au square Émilie-Gamelin, face à un parterre de journalistes, et entourés d’une foule de sympathisants arborant le carré rouge. Dans ce face-à-face historique entre le gouvernement et les jeunes, rester inactif, c’est accepter de perdre ses droits fondamentaux, a martelé le désormais célèbre porte-parole, à la veille du centième jour de contestation.


La CLASSE souhaite se poser en organisation représentante des opposants à la loi 78, se disant prête à assumer ce rôle, même s’il s’agit de faire face à des poursuites. « Le droit de manifester est fondamental et ne peut être brimé. » À ce titre, Mme Reynolds souhaite maintenir les « pratiques organisationnelles » de la CLASSE, en conformité avec la Charte des droits et libertés de la personne, notamment en ne déclarant pas l’itinéraire d’une manifestation. Le fait de ne pas déclarer l’itinéraire d’une manifestation n’induit pas qu’elle deviendra violente, a rappelé M. Nadeau-Dubois.


La coalition a appelé à manifester aujourd’hui à 14 h, place des Festivals, pour souligner le 100e jour de grève.

 

Violents affrontements


La fin de semaine s’est soldée par deux soirées de courses poursuites entre les forces de l’ordre (Service de police de la Ville de Montréal et Sûreté du Québec) et manifestants. « Marco ? Polo ! On joue à tag avec la police », se sont amusés des manifestants dimanche soir pour inciter les clients des bars du Quartier latin à les rejoindre. Pour autant, l’ambiance des marches de cette longue fin de semaine était loin d’être bon enfant.


Déclarées illégales dès leur première heure, les marches nocturnes ont donné lieu à plus de 370 arrestations et à plus d’une dizaine de blessés chez les manifestants, dont au moins un dans un état grave. Dans la nuit de samedi et de dimanche, plusieurs milliers de manifestants se sont réunis au square Émilie-Gamelin, pour entreprendre leurs 26e et 27e marches nocturnes. La foule n’a pas tardé à se retrouver face aux escouades de police qui ont dispersé, parfois très violemment, les participants.


Les petits groupes dispersés ont été capables de se rejoindre à plusieurs reprises, notamment grâce à Twitter, et le Quartier latin est devenu le point central de leur regroupement. Samedi soir, un groupe a improvisé une barricade enflammée en utilisant le matériel d’un chantier de construction au croisement des rues Ontario et Saint-Denis. Le lendemain, une borne-fontaine ouverte y a inondé la rue.


Samedi soir, la terrasse du bar le Saint Bock a été mise à sac par la police, et le propriétaire évalue les dégâts à plusieurs milliers de dollars. Le propriétaire du restaurant sans gluten Zero8 a pour sa part été arrêté alors qu’il aidait ses clients à fuir par la porte arrière.


Appel à la trêve


Lors de son point de presse d’hier après-midi, la CLASSE a tenu à souligner qu’elle n’avait jamais appelé à la casse ou au vandalisme, et que lors des manifestations qu’elle organisait, elle s’assurait de mettre en place un service d’ordre.


Dans le cadre des festivités de la Journée nationale des patriotes, Amir Khadir a abondé dans le sens de la CLASSE, estimant, devant une foule enthousiaste, que « la seule réponse à opposer [à la loi 78], c’est de ne pas s’y plier ».


Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, en entrevue à Radio-Canada, a lancé un appel à la trêve, soulignant que policiers, touristes, manifestants et citoyens étaient tous perdants. « La seule façon de régler ce conflit, c’est de retourner à la table des négociations », a-t-il plaidé.


Sur le front juridique, des avocats et des professeurs de droit mandatés par les associations étudiantes, dont la CLASSE, travaillent à contester plusieurs articles de la loi spéciale devant les tribunaux, avec l’aide de la clinique juridique Juripop.


Hier, la 28e manifestation nocturne a réuni des milliers de manifestants à Montréal, dont le groupe du « Baby Bloc », des parents militants accompagnés de leurs jeunes enfants. Les manifestants se sont dirigés vers le pont Jacques-Cartier, dont l’entrée a été bloquée par la SQ, et la manifestation a été déclarée illégale, mais tolérée tant qu’elle resterait pacifique. Plus tard, un groupe a pris la direction de Westmount, où se trouve la résidence du premier ministre, scandant « On va chez Charest ». La tension est montée d’un cran vers 23 h 30, quand les policiers leur ont bloqué la route. Au moment de mettre sous presse, les manifestants avaient toutefois choisi d’éviter la confrontation et repris leur marche.

121 commentaires
  • André Loiseau - Inscrit 22 mai 2012 00 h 31

    Les grands honneurs

    Honneur est dûe à notre Classe qui arrive première, devant la peur et pour la justice.

    • Bernard Tremblay - Inscrit 22 mai 2012 07 h 21

      C'est tout '' Qu'une classe '' et aucune classe,,,( Extrémiste),

    • Jean Charest - Inscrit 22 mai 2012 09 h 16

      @Bernard Tremblay

      Probablement que si vous aviez eu le privilège de poursuivre des études supérieures, contrairement au discours des représentants de la CLASSE votre présente réplique ne saurait pas autant sibylline…

    • Carole Dionne - Inscrite 22 mai 2012 10 h 35

      C'est une farce, j'espère!

      Je ne sais pas quoi dire devant de telles paroles.

    • Kate Malone - Inscrit 22 mai 2012 17 h 26

      @Carole Dionne

      Quand on sait pas quoi dire, on s'abstient de commentaire généralement. La farce c'est que des gens soient encore assez crédules pour croire que le gouvernement Charest protège leurs intérêts. Un premier ministre (et minstre de la jeunesse!) avocat qui se fait poursuivre par ses avocats, une ministre de l'éducation sociologue qui signe une loi contre un groupe social dont il ignore la voix depuis 100 jours... je trouve que de telles paroles sont appropriées. Croire que le gouvernement a toujours raison, c'est comme croire que nos parents ont toujours raison... passé un certain âge, c'est naif.

    • GILLES BESNER - Inscrit 23 mai 2012 09 h 30

      Je suis profondément désolé de voir jusqu'à quel point le gouvernement manque de CLASSE.

  • François Thivierge - Inscrit 22 mai 2012 00 h 38

    Tremblez M. Tremblay...

    ... car personne n'oublie que vous êtes entouré... de magouilleurs.
    Et que vous, comme votre "cher collègue", Jean Charest, vous êtes ridicules de tenter de faire oublier votre corruption par un conflit; que vous n'avez plus aucune crédibilité ni aucune légitimité pour vous prononcer sur quoi que ce soit.

    • Bernard Tremblay - Inscrit 22 mai 2012 09 h 27

      Il ne faut pas mêler les dossiers, ici ou parle bien du conflit '' Étudiants'' et non pas de construction,,,

      Une chose à la fois,,

    • Martin Desgagné - Abonné 22 mai 2012 10 h 34

      @ Bernard Tremblay
      Au contraire! Le conflit monté de toute pièce par les autorités sert justement à détourner l'attention de la corruption! Ne soyons pas dupes!

    • Louise Carrier - Abonnée 22 mai 2012 12 h 17

      Bien dit monsieur Desgagné !

    • Francois Robitaille - Inscrit 22 mai 2012 14 h 01

      On ne rêglera rien si on mélange tout!

  • Guillaume L'altermontréaliste Blouin-Beaudoin - Inscrit 22 mai 2012 02 h 05

    que le grand nettoyage continue!

    Aujourd'hui, ce sera la démonstration que nous désirons une nouvelle démocratie.

    Je tiens à être prudent dans cet appel car je ne veux pas que les plus que 50 qui liront ce commentaire soient mis à l'amende, mais, parfois, quand un système politique cesse de progresser, quand il dérive vers l'autoritarisme, il est de notre responsabilité citoyenne de s'indigner et prendre le temps de se faire entendre. Rarement une jour n'aura valu la peine de prendre la journée, et au pire d'en subir les conséquences, pour dénoncer ce régime que nous ne voulons plus.

    Aujourd'hui, plus que tout autre jour depuis plus de 15 ans, est l'occasion de dénoncer le modèle PPPP (profits privés, pertes publiques) et clamer notre citoyenneté dans un nouveau cadre. C'est aussi l'occasion de célébrer plus de 3 ans d'allégations de corruption mensuelles, plus de 3 mois de manifestations hebdomadaires, bientot 30 jours de manifestations quotidiennes.

    J'espère que ce sera surtout l'occasion de célébrer le début des audiances de la commission Charbonneau, obtenue après longue obstination, "destinée" par ses juges post-ités à commencer le ménage dans ce système qui divertit nos taxes volontaires des besoins et budgets en santé et éducation pour enrichir des contracteurs interlopes.

    Ça a commencé par la cause étudiante, c'est devenu l'occasion d'un grand nettoyage par et pour les citoyens. Que ça continue, avec la présence de chacun, vers cette nouvelle structure démocratique.

    Guillaume Blouin-Beaudoin
    sans masque, mais non-moins subversif

    • Jean Brunet - Inscrit 22 mai 2012 07 h 09

      Je vis à la campagne, je ne savais pas qu'une marche équivalait à un vote??

    • Michel Leclaire - Inscrit 22 mai 2012 08 h 08

      M. Jean Brunet, il serait temps que vous reveniez en ville!

    • Serge Grenier - Inscrit 22 mai 2012 08 h 27

      Les gens qui vivent à la campagne devraient être reconnaissants envers les citadins qui se font bousculer, matraquer, poivrer, etc.

      Car, le grand ménage qui en résultera profitera à tout le monde, autant à ceux qui étaient contre qu'à ceux qui étaient pour.

      Même les coupables de magouillage seront mieux après ce grand ménage.

      Serge Grenier

    • D. Morin - Inscrit 22 mai 2012 09 h 19

      Le seul grand ménage c'est des élections et tous ceux qui ne sont pas libéraux ou caquistes doivent exiger de leurs partis respectifs d'inscrire le vote proportionnel à leurs programme. Il est inadmissible qu'un parti ayant récolté 42% des voix (et 24% si on considère le taux de participation) forme un gvt majoritaire.
      Les tenants du droit qui affirment qu'on doit respecter la loi 78 puisqu'elle a été légitimement votée par un gvt élu ont certainement raison d'un point de vue légal mais sous l'angle de la démocratie et de la justice ils n'ont que le poids du nombre et une petite gêne serait aussi judicieuse que s'opposer à cette loi est nécessaire.

    • Francois Robitaille - Inscrit 22 mai 2012 11 h 28

      Le probleme avec ces manifestation c'est qu'ils font beaucoup plus de bruit médiatique que la représentation réelle de la pensée des manifestants et partisants.

      Il y a des sondages qui ont été fait dernièrement qui montre clairement un apuie de la population silencience à la fermeté du gouvernement de maintenir les hausses.

      Vous avez devant vous de la poudre aux yeux pour faire croire que c'est la majorité....alors qu'il n'en est rien. Je ne suis pas pour la loi 78, mais la désinfomation du côté des organisation étudiants force le gouvernement à agire de cette façon.

      Le seul fait de croire qu'on peut bloquer l'accès à une institution parce qu'il y a eu un vote, montre leur ignorance sur les loi en vigueur depuis la mise en place des lois sur la grêve.

      Et je trouve particulièrement effrayant de voir que ces gens qui crient à la démocratie crachent sur ceux qui ne pensent pas comme eux....

      @D. Morin, la représentation proportionnelle semble intéressante mais elle cause un autre problème: Ils vont représenter qui ceux qui seront élu par "proportion"?, est-ce qu'on enlève des circonscriptions à des gagnants locaux?

      Finalement @Serge Grenier: Un grand ménage politique ne donnerais très probablement pas grand chose, ce n'est pas les représentants le problème, c'est la formule.

    • D. Morin - Inscrit 22 mai 2012 12 h 11

      @Francois Robitaille
      Le vote proportionnel peut impliquer deux députés par comtés (avec plus d'un tour si nécessaire et répartitions ensuite) et chacun a le poids de son % de vote à l'assemblée pour un total d'un vote par comté. Ce qui permet d'impliquer l'opposition comté par comté et donne aussi la possibilité d'élections à dates fixes.

    • D. Morin - Inscrit 22 mai 2012 12 h 14

      (Je voulais dire un total d'une VOIX par comté à l'assemblée)

    • Louise Carrier - Abonnée 22 mai 2012 12 h 19

      Merci pour ton texte plein d'espoir; ça donne le goût de continuer !

  • André Pilon - Inscrit 22 mai 2012 03 h 04

    Charest le magnifique...

    Moi si j'étais un militant libéral, je serais à genoux devant Jean Charest. Imaginez, la commission Charbonneau débute aujourd'hui et ça n'intéresse personne!

    André Pilon.

  • georges . - Inscrit 22 mai 2012 03 h 50

    Bravo les Etutiants

    Un gouvernement qui se conduit comme un tyran n'a pas lieu d'être,
    je pensais que le Canada était un pays démocratique je voie que cela devient un état comparable au fascisme, le liberalisme dans le monde detruit les libertes
    Georges

    • Louis Palardy - Inscrit 22 mai 2012 08 h 06

      Tyran, pour Encadre des Manifestations, Encadrer la "Spontanéité" Franchement. Ah J'oubliais, si les petits énervés Manifestaient dans l'ordre et laissait vivre les gens civilisés, Ca ne leur couterait pas une cenne de plus.
      Je le rappelle pour 350$ par année, Vraiment c'est Totalement Exagéré Démeuseuré.
      Imaginez ceci, les Gens qui sont écoeurés et qui sont pour que les étudiants payent le juste prix, commencent a Manifester... Disons 500,000 pour dire a l'élite étudiante, Franchement vous Exagérez. Qu'est qu'il arrivera?

      Non, tous les gens opposés à l'ordre, je ne dis pas opposés au dégel des frais de scolarité, je dis opposé à l'ordre et pronant la désobéissance civile, vous allez nous entraîner vers une guerre civile. Moi, j'ai carrément envie de Quitter le Québec, tellement Charest M'écoeure Mais que les écervelés qui jouent aux Opprimés me rendent encore plus Malade.

      J'ai hate de voir, Guillaume et Martine élever leurs enfants! Belle perspective.

      Pour ce qui est de Charest, il reste 1.5 an au Maximum, alors Ca vaut la peint de tout faire sauter en attendant? A quoi ca sert des élections?
      Puis, pourquoi pas un référendum? Non La contestation la Casse, le bordel, c'est mieux. Les étudiants ont trop peur de la réalité. Les payeurs de taxes Payent les Frais de tout et la on va avoir un déficit pour Frais de de Police temps supplémentaire.

      TOut le monde extérieur du Québec, nous regarde et ne comprennent pas ce qui se passe, pour une hausse des Frais de scolarité. On a l'air d'une gagne de malade. C'est pas des farces.

    • Solange Bolduc - Abonnée 22 mai 2012 09 h 43

      Si pour vous, M. Palardy, ce n'est rien 350$/année, pour certains étudiants, c'est énorme!

      Et si vous avez tant d'argent, participez donc à la caisse des associations étudiantes qui doivent aider beaucoup d'étudiants mal pris !!

      Un peu d'humanité ne vous ferait pas tort !

    • Georges Washington - Inscrit 22 mai 2012 10 h 08

      M. Palardy,

      votre commentaire démontre à quel point vous êtes mal informé, ce qui est inexcusable, après tout ce temps. La hausse des frais de scolarité n'est pas de 350$/année, mais bien de 1778$/année. Quand vous achetez une télé chez Brault et Martineau à 2000$ et que les paiements sont étalés sur deux ans, est-ce que votre télé vous coûte moins cher?

      1778$, cela représente un mois de travail au salaire minimum pour un étudiant s'il ne dépense rien durant ce mois. Ça, c'est ce qu'il devra gagner de PLUS pour payer ses études. Il est où le treizième mois de l'année?

    • Louise Carrier - Abonnée 22 mai 2012 12 h 22

      Merci monsieur Daniel Savard pour avoir remis M. Palardy à sa place !

    • Francois Robitaille - Inscrit 22 mai 2012 12 h 57

      @Daniel Savard

      1778$ C'est le prix d'un Mac Pro très en spécial!
      1778$ c'est 1 an et demi de contrat de IPhone!
      1778$ c'est 1 an de cigarette au rhytme d'un paquet aux 2 jours
      1778$ c'est un voyage dans le sud


      Moi je ne peux même pas me payer ça, je vois tappe ceci avec un vieux portable

      1778$ c'est même pas ce que ça va coût aux gens qui se sont fait scrapper voiture ou leur fenêtres de commerce!

    • Francois Robitaille - Inscrit 22 mai 2012 13 h 03

      @Solange Bolduc, pour les étudiants que c'est énorme l'augmentation, les bourses et prêts ont étés majorés au point ou il leur en restera encore plus dans leur poches après les cours payés!

    • RONALD LESAGE - Inscrit 22 mai 2012 13 h 20

      Si mon patron m'augmente de 355,60$ annuellement et ce pendant 5 ans , il m'augmente de moins d'un dollar par jour et non de 4,87$ par jour . 355,60$ / 365 jrs = 97,42465 sous par jour et 1778$ / 1.825 jrs = 97,42465 sous par jour . Simple mathématique de base . , on n'applique pas le total de 5 ans sur une seule année .