Une «proposition consensuelle» a été soumise hier par tous les leaders étudiants

Québec — Alors que le conseil des ministres délibère au sujet d'une loi spéciale pour mettre fin à la crise étudiante, le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) Léo Bureau-Blouin a révélé avoir proposé au gouvernement une solution de dernière minute, hier. Cette dernière a reçu l'accord des «carrés verts».

Cette «proposition consensuelle» que M. Bureau-Blouin voudrait voir appuyée par les trois autres associations (FECQ, FEUQ, CLASSE et TACEQ), a reçu l'appui du le Mouvement des étudiants socialement responsables du Québec (MESRQ) pour la hausse (les «carrés verts»). Elle aurait pour effet de «ramener tout le monde en classe», dit-on à la FECQ. Celle-ci a été remise à la partie gouvernementale et au négociateur du gouvernement, Pierre Pilote. Elle inclut le principe d'un moratoire d'un an sur les hausses des droits de scolarité et la tenue d'états généraux, comme Le Devoir l'évoquait dans son édition de ce matin.

 

Dans sa conférence qu'il a fait seul, M. Bureau-Blouin a totalement rejeté l'affirmation de la ministre de l'Éducation Michelle Courchesne selon laquelle les étudiants, lors de la rencontre de hier soir à Québec, aient durci le ton.
 

La ministre déclarait ce matin que la rencontre d'hier soir lui avait permis de constater «que le ton s’est raffermi». À ses yeux, il n’y avait pas dans les propos des étudiants «davantage de place au compromis. Et de leur côté, j’ai senti un durcissement de leur position. Ça, c’est très clair».
 

M. Bureau-Blouin soutient qu'au contraire les étudiants ont «proposé un nombre important de compromis» hier soir. Si le gouvernement l'acceptait, le représentant étudiant s'est même engagé à recommander — et non seulement présenter, comme il l'avait fait avec l'entente du 5 mai — la nouvelle solution à ses membres. La CLASSE soutient ne pas avoir été mis au courant de la proposition. Si elle adhérait à l'entente, elle ne pourrait s'engager à la respecter car son exécutif ne peut recommander quoique ce soit à ses assemblées générales.
 

Le président de la FECQ a enjoint les ministres réunis en conseil à ne pas laisser «l'émotion» guider leur décision. En citant à l'appui le juge en chef de la Cour supérieure Francois Rolland, le président de la FECQ a soutenu qu'une loi spéciale «menacerait encore plus la paix sociale». Le porte-parole du Mouvement des étudiants socialement responsables (MESR), Laurent Proulx, s'est dit d'accord.
 

Si jamais une loi spéciale était adoptée, la FECQ a annoncé qu'elle la contesterait devant les tribunaux. Par ailleurs, pendant la conférence de presse, Léo Bureau-Blouin n'a pas écarté la possibilité que la FECQ s'entende directement avec le gouvernement, sans l'accord des autres associations. Mais son entourage a soutenu par la suite qu'il avait été mal interprété et qu'il souhaitait «au contraire» que toutes les associations fassent front commun autour de sa proposition.
 

Le bureau de Michelle Courchesne a refusé de commenter la situation et a répété que la ministre de l'Éducation ferait une conférence de presse plus tard en après-midi, à l'issue du conseil des ministres.

 


 

D'autres détails suivront.

À voir en vidéo