Les associations étudiantes rejettent la proposition de Québec

Les porte-paroles de la CLASSE, Jeanne Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois, ont déclaré qu'ils feront front commun avec les représentants de la FEUQ et de la FECQ pour faire fléchir le gouvernement sur la question des droits de scolarité.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les porte-paroles de la CLASSE, Jeanne Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois, ont déclaré qu'ils feront front commun avec les représentants de la FEUQ et de la FECQ pour faire fléchir le gouvernement sur la question des droits de scolarité.

Les associations étudiantes rejettent en bloc la proposition de la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, sur la bonification du régime de prêts et appellent les étudiants à poursuivre la grève.

En point de presse cet après-midi, les leaders des trois associations étudiantes nationales ont qualifié d'insultante la proposition formulée hier par le gouvernement Charest.

 

La ministre Beauchamp avait annoncé la bonification du programme de prêts étudiants, tout en instaurant un régime de remboursement proportionnel au revenu des futurs diplômés. Par contre, le gouvernement du Québec demeure inflexible sur l'enjeu fondamental de la grogne étudiante: pas question de renoncer aux hausses de 1625 $ en cinq ans des droits de scolarité.
 

Les représentants de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ainsi que de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) ont déclaré qu'ils feront désormais front commun pour faire fléchir le gouvernement sur la question des droits de scolarité.
 

Ils ont affirmé se sentir plus près que jamais de la victoire, alors que des discussions ont été entamées avec le ministère de l'Éducation pour organiser une rencontre avec la ministre Beauchamp au début de la semaine prochaine.

Un «chemin de croix de l'éducation» à Montréal
 

Plus tôt dans la journée, des étudiants ont continué de manifester contre la hausse des droits de scolarité.
 

Des dizaines d'entre eux avaient organisé un «chemin de croix de l'éducation» dans les rues de l'arrondissement Outremont, à Montréal. La manifestation avait débuté vers midi au métro Édouard-Montpetit pour se terminer devant les bureaux du ministre des Finances, Raymond Bachand.
 

Cette initiative de l'Association des étudiants de Polytechnique visait à démontrer que le gouvernement Charest est en train «de tuer l'accessibilité aux études», selon sa présidente Patricia Boivin.
 

Au moins deux autres manifestations étudiantes étaient aussi organisées, l'une à Sainte-Thérèse dans les Laurentides et l'autre à Saguenay.

50 commentaires
  • michel lebel - Inscrit 6 avril 2012 16 h 16

    Quel jugement!

    Pour le chemin de croix: Heureusement que le ridicule ne tue pas! Faut le faire!

    • Roland Berger - Inscrit 6 avril 2012 17 h 16

      Je vous invite à lire le poème de Paul Eluard (voir le site Youtube ci-dessus). Le ridicule n'est peut-être pas du côté où vous regardez.
      Roland Berger

    • Jean-Michel Picard - Inscrit 6 avril 2012 21 h 19

      Michel Lebel, encore en train de piocher sur les pauvres gens. Je me demande si vous n'êtes pas un prof à Sophie Barat...

  • André Michaud - Inscrit 6 avril 2012 16 h 35

    Qu'en pensent les membres?

    Les leaders ont droit à leur petite opinion personnelle, mais l'important c'est que les membres puissent décider par vote secret si ils considèrent ces gains comme suffisants.

    Aux membres de décider, si ces associations sont vraiment démocratiques ??

    • Roland Berger - Inscrit 6 avril 2012 17 h 14

      Les associations étudiantes ont toute liberté de choisir démocratiquement le mode de scrutin, à main levée ou secret. Ne respectent pas la démocratie celui qui veut leur imposer de faire à sa manière.
      Roland Berger

    • Roland Berger - Inscrit 6 avril 2012 17 h 18

      Les dirigeants des associations étudiantes ont affirmé haut et clair qu'ils soumettraient la proposition Beauchamp et Bachand à leurs membres. Et comme il ne s'agit pas de l'association des jeunes libéraux, ils tiendront parole.
      Roland Berger

    • Sebastien Paquin - Inscrit 6 avril 2012 19 h 12

      Les grands timoniers ont parlés, on s'en fou pas mal de l'opinion des étudiants.

    • Sylvain Auclair - Abonné 6 avril 2012 19 h 12

      D'ailleurs, a-t-on demandé à tous les Québécois de voter pour ou contre les demandes des étudiants? Eh non; il faut s'en remettre à nos élus.

    • diong - Abonné 6 avril 2012 19 h 50

      Le 22 mars dernier, on a vu en effet 200 000 clones des leaders marcher dans les rues de Montréal.

    • Q1234 - Inscrite 7 avril 2012 09 h 15

      Ce n'est pas une offre aux étudiants: la grève c'est contre la hausse des frais de scolarité pas pour les prêts !
      Les élus ne sont pas des dictateurs (en principe) , ils doivent écouter ce qu'on leur dit et quand nous ne sommes pas d'accord. Nous ne sommes pas des moutons qui suivent sans rien dire. Nous réfléchissons et nous nous informons les citoyens, nous ne sommes pas des imbéciles!
      Les étudiants ont raison de continuer leur combat! Soyez fiers de ces jeunes qui veulent une société plus équitables pour les générations à venir. Bravo!

    • Denise Trencia - Inscrite 9 avril 2012 09 h 36

      D'accord avec André Michaud. Lorsqu'il y a quelque chose de nouveau sur la table, même s'il ne s'agit pas du dégel ou même de la gratuité, les dirigeants étudiants on le devoir (souligné, majuscule, caractère gras) de demander à tous leurs membres ce qu'ils en pensent. Qu'ils demandent à tous (en majuscule, caractère gras) les étudiants de revoter. Et que les étudiants aillent voter en masse!

  • Polo09 - Inscrit 6 avril 2012 16 h 57

    Bravo On Continue

    Lachez pas le quebec est derriere vous, ne vous laissez pas distraire par les subordonnés du plq, ils ne veulent que proteger celui qui remplit leurs poches.

  • Valérie Lagrange - Inscrite 6 avril 2012 17 h 04

    Quelle démocratie???

    Les associations étudiantes rejettent l'offre du gouvernement, mais nous ont-elles consultés avant? NON. Je suis étudiante et je commence a en avoir assez de tout ça. L'éducation, c'est une valeur et non un droit. Une valeur c'est un rapport de sens qu'on établit avec quelque chose d'important pour nous. Dans ce même sens, l'on doit être prêt à se priver pour étudier à l'université. Pour ce qui est de l'accessibilité, la ministre Beauchamp a fait son devoir. C'est aux étudiants de faire les leurs... Saviez-vous que la motivation à étudier commence par les valeurs familiales et non pas par le coût financier? Aussi, il faut avoir confiance en soi et mettre nos priorités à la bonne place!

    Une étudiante maman qui est vraiment tannée de constater que les associations étudiantes n'ont rien de démocratique!!

    • Roland Berger - Inscrit 6 avril 2012 17 h 26

      Les dirigeants ont affirmé haut et fort qu'ils soumettraient la proposition Beauchamp-Bachand à leurs membres. Suivez les événements, présentez-vous aux assemblées et votez.
      Roland Berger

    • Mathieu Jasm - Inscrit 6 avril 2012 17 h 55

      Je suis tout à fait d'accord avec Roland.

      J'irais même plus loin en disant que vous ne pensez qu'à vous même et délaissez la solidarité étudiantes avec votre mentalité nombriliste...ma chère petite maman...Nous sommes très près d'obtenir nos revendications et il faut tenir encore bon deux-trois ou même jusqu'à ce qu'on obtienne la gratuité scholaire. Il s'agit d'un mouvement grandissant au québec que nous souhaitons propager dans tout le canada. Tant et aussi longtemps que cela ne sera pas atteint, il faudra rester unifier face à la froideur intrinsèque du gouvernement Libéral.
      Il n'y a qu'un seul moyen et c'est de continuer à voter pour la grève illimité et d'exiger que les votes aient lieu à chaque 5 jours ou plus

    • Lacroix Yannick - Inscrit 6 avril 2012 18 h 41

      Elle est énervante cette objection, les associations étudiantes sont infiniment plus démocratiques que les gouvernements qu'elles confrontent. J'ai une question pour vous Valérie, à combien d'AG avez-vous activement participé? =

    • Chantal Carrière - Inscrit 6 avril 2012 18 h 52

      Madame Valéri Lagrange,

      Si vous êtes maman, vos jeunes vont peut-être faire des études post-secondaires un jour? Alors espérons que les valeurs familiales que vous souhaitez leur léguer ne seront pas brimées à cause des frais de scolarité trop élevés...

      Aux États-Unis, une très grande partie de la population a encore des dettes étudiantes à rembourser, au moment de prendre la RETRAITE ! Vous rendez-vous compte? Est-ce vraiment ce que vous voulez pour vous-même et pour vos enfants?

      Et nos voisins ontariens viennent de décider de BAISSER les frais de scolarité de 30%... Ils viennent de comprendre que l'endettement étudiant n'est pas payant pour la société.

      Courage Madame, la grève achève! Parions que dès la semaine prochaine, le gouvernement Charest n'aura plus le choix d'écouter les leaders étudiants.

    • grace - Inscrit 6 avril 2012 20 h 53

      Je vous souhaite un grand succès dans vos études et votre vie professionnelle future.

      En effet, le milieu familial peut être déterminant dans la poursuite des études supérieures ainsi que le choix d'une discipline.

      Je vous invite cependant à réfléchir sur deux termes trouvés dans votre texte: Droit et Valeur. Existe-il un lien entre Droit et Valeur ? Est-ce que l'on valorise et dévalorise certains droits ? À ce duo, Droit et Valeur, j'ajouterai un terme qui vous semble important Démocratie. Se pourrait-il qu'il y ait un lien entre ces trois termes ?

      La démocratie débute par un vote, une participation active. Votez !

    • Jean-Michel Picard - Inscrit 6 avril 2012 21 h 20

      Vous allez me faire pleurer ! arrêtez !

    • Jean Tremble - Inscrit 6 avril 2012 23 h 19

      << Il faut avoir confiance en soi et mettre nos priorités à la bonne place! >>

      Une des priorités est de pouvoir payer son loyer.

    • Gilles Beaudet Maison Marie-Victorin - Inscrit 7 avril 2012 09 h 12

      Roland Berger est agitateur et ses raisonnements étonnent toujours.
      Madame, vous partagez ici l'angoisse du plus grand nombre d'étudiants qui ne sont pas endoctrinés par les Associations étudiantes présumément démocratiques. Je sais pleinement ce que sont les assemblées de placotage étudiant, paquetées, où le dissident est hué, où on noie le poisson par une tactique de conduite des assemblées. La seule vérité sortirait d'un vote électronique comme cfe fut le cas à la Faculté de Médecine de l'U de M. Mais les leaders (démocratisants?) des Asso. étudiants ont en horreur cette pleine et lucide liberté. Bravo Madame pour votre courage.

    • Q1234 - Inscrite 7 avril 2012 09 h 19

      Ce n'est pas une offre que la ministre vous fait, c'est un piège! Je crois que vous devriez plutôt remercier vos associations étudiantes de le dénoncer ce piège! Informez-vous, c'est le premier devoir de tout citoyen, avant même de voter il faut s'informer.
      Lisez les études de l'IRIS et de L'IRÉC sur la hausse et les prêts. Lisez la Revue Économique produite avec Attac-Québec sur les Paradis fiscaux. Ensuite, allez voter à votre assemblée!

    • Lise Moga - Inscrite 7 avril 2012 15 h 19

      @Valérie Lagrange
      Bravo pour votre témoignage. C'est dans la famille que se fait l'éducation et elle est gratuite. Défrayer à raison de 17% ses frais de scolarité ne fait pas de miracles car 23% des québécois de 22 ans fréquentent les université contre 38% ailleurs au Canada. Une étude de Ross Finnie dit que la scolarité des parents a une influence beaucoup plus importante sur la scolarité des jeunes, que leur salaire. Selon RF, la poursuite d'études supérieures est davantage déterminée par un facteur culturel que financier.