Analyse sur les garderies - Les places à 7$ sont difficiles à obtenir pour les tout-petits

Les parents qui ont de très jeunes enfants ont plus de difficulté à avoir une place en garderie à 7 $ qu'auparavant, révèle un bulletin de l'Institut de la statistique du Québec qui analyse les facteurs qui influencent le recours aux places à contribution réduite.

Les parents d'enfants de deux ans et moins interrogés en 2009 par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) avaient en effet une plus faible probabilité d'avoir une place à contribution réduite qu'en 2004.

C'est vraisemblablement la faute au minibaby-boom des dernières années, concentré surtout entre 2006 et 2009. Le taux de places subventionnées par rapport au nombre total d'enfants de quatre ans et moins a été en constante progression entre 1997 et 2005, mais la courbe redescend légèrement depuis. «Difficile, à partir des analyses que j'ai faites, de dire vraiment quelle est la raison, mais ce serait probablement en raison de la hausse des naissances qu'il y a un certain "embourbement" pour les deux ans et moins, avec les listes d'attentes», a expliqué l'auteure du bulletin d'analyse, Lucie Gingras.

Une autre hypothèse est avancée dans l'analyse de l'Institut publiée hier: la difficulté «pourrait être attribuable à un ralentissement dans la création de places à 7 $», une croissance trop faible dénoncée ces dernières années par les associations de services de garde et par l'opposition à l'Assemblée nationale.

L'ISQ souligne néanmoins que les parents qui ont recours à un service de garde qui n'est pas à 7 $ par jour choisiraient en majorité la contribution réduite s'ils le pouvaient. En effet, 87 % des parents d'enfants en garderies non subventionnées et 50 % des parents d'enfants gardés en milieu familial autres qu'à 7 $ voudraient bien d'une place à faible coût.

Le cabinet de la ministre de la Famille, Yolande James, réplique que la création des 18 000 nouvelles places annoncées pendant la campagne électorale de 2008 est à la veille d'être complétée. «Il en reste 3162 en réalisation et on souhaite qu'elles voient le jour le plus rapidement possible», a expliqué l'attaché de presse de la ministre, Olivier Duchesneau.

Les 15 000 autres confirmées dans le budget de 2010 seront bientôt attribuées. Ce dernier engagement «est un investissement de plus d'un demi-milliard sur cinq ans. Dans un contexte de retour à l'équilibre budgétaire, c'est un effort très grand de la part du gouvernement pour continuer le développement du système», a ajouté M. Duchesneau.

Le cabinet rappelle que les parents qui font garder leurs enfants dans des établissements non subventionnés ont droit à des crédits d'impôt importants.

Le Québec compte présentement 216 840 places à 7 $ en service de garde.