Des étudiants québécois manifestent à Paris

Les étudiants québécois ont manifesté avant l’arrivée de Jean Charest dans la capitale française. <br />
Photo: Source: Ismaël Fortier-Geymard Les étudiants québécois ont manifesté avant l’arrivée de Jean Charest dans la capitale française.

Paris — «C'est pas le temps de venir à Paris, mais de rentrer à Montréal pour s'asseoir à la table de négociations avec les étudiants!» À moins de 48 heures de l'arrivée de Jean Charest dans la capitale française, une soixantaine d'étudiants québécois ont manifesté devant la Délégation générale du Québec à Paris en soutien à leurs camarades en grève au Québec. La manifestation, une première dans l'histoire récente de la délégation, s'est déroulée sous un soleil printanier dans un climat plus que décontracté. Elle regroupait des étudiants québécois venus étudier un semestre ou deux dans une université française, comme William J. Beauchemin qui étudie la philosophie à Paris I et doit réintégrer l'UQAM dès cet automne.

Sur les pancartes, on pouvait voir des billets d'avion au nom du premier ministre québécois: direction Montréal! Suzanne Racine, elle, était venue soutenir sa fille qui étudie à la Sorbonne. Son fils doit s'inscrire à l'université l'an prochain. Et elle-même, qui est orthopédagogue dans Hochelaga-Maisonneuve, voudrait terminer sa maîtrise. «À trois à l'université, il va falloir choisir», dit-elle.

Pour Maxime Desmarais-Tremblay, étudiant en économie, la France et les autres pays européens offrent l'exemple d'une université de qualité qui n'impose pas des droits de scolarité prohibitifs. «Les salaires des professeurs français sont inférieurs à ceux des professeurs québécois, mais leurs cours ne sont pas moins bons pour autant», dit-il.

Au bout de deux heures, les étudiants se sont dispersés dans les cafés des environs. Les policiers français dépêchés sur place et habitués à des manifestations nettement plus viriles n'avaient que des compliments à adresser aux jeunes Québécois. Jean Charest sera à Paris dès demain pour une visite de deux jours consacrée notamment au Forum mondial sur la langue française, qui se tiendra à Québec en juillet. Une manifestation semblable est aussi prévue à Londres.

***

Correspondant du Devoir à Paris
3 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 11 mars 2012 10 h 43

    Oui à Paris(!) mais NON à la grève à Québec

    Tous les CEGEP de la région de Québec sont contre les hausses, mais aussi à 70% contre la grève.

    Mon expérience syndicale pendant 35 ans m'a démontré clairement que quand plus de 66% des membres vont voter, la grève est rejetée. Sauf pour des cas vraiment inacceptables comme le conflit avec les Papiers White Birch..

    Les "militants" espèrent toujours qu'il n'y aura que eux et leur gang pour aller voter..drôle de démocrates!!

    Un vote de grève devrait TOUJOURS être décidé seulement si au minimum 66% des membres vont voter, ce devrait être une LOI pour protéger la volonté populaire contre les manipulations de certains..

    Les média doivent aussi encourager la participation démocratique et dénoncer les votes bidons pris par des minorités de membres..

  • simonpaul duchesne - Inscrit 11 mars 2012 12 h 58

    fausse conclusion; @André Michaud

    Québec n'est pas le Québec monsieur Michaud. Il a beau être son nombril, et ne suivre que celui-ci, le reste du Québec vote pour la grève. Votre argumentaire sonne faux: «Tous les CEGEP de la région de Québec sont contre les hausses, mais aussi à 70% contre la grève»
    Et l'université?
    Et le reste de la population du Québec?
    Tant qu'à faire dire nimporte quoi, vaut mieux se baser sur quelque chose de solide. Sur des vrais statistiques, de vrais faits, des principes de sociétés, pas sur une liBARté pour nos petits jambons de Québec....

  • Jean-Francis Du Cresson de la Rochandiere - Inscrit 12 mars 2012 12 h 50

    Bravo!

    Nous ne pouvons qu'encourager les étudiants dans leur lutte qui semble juste. Ils ont beaucoup de courage pour arriver à élargir leur mouvement jusqu'en Europe. Réjouissons-nous aussi du fait que leur manifestation parisienne s'est bien déroulée et qu'ils n'ont pas eu le malheur de se faire bolosser par des individus douteux, venus de banlieue proche notamment.