Droits de scolarité - Les étudiants et le gouvernement s'affrontent en ligne

La bataille du Web entre le ministère de l'Éducation et les fédérations étudiantes collégiales et universitaires est féroce. Ce week-end, des étudiants opposés à la hausse des droits de scolarité ont en moins de deux clics «pris en otage» le nom de domaine linebeauchamp.com et ont mis en ligne le site droitsdescolarite.ca pour faire entendre leur voix.

Le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) avait ouvert un nouveau front la semaine dernière dans la bataille de la hausse des droits de scolarité en dévoilant le site www.droitsdescolarite.com et en commanditant des liens surplombants des pages triées sur le volet vers ce dernier. Il suffisait de saisir les acronymes des fédérations étudiantes collégiales et universitaires — FECQ (Fédération étudiante collégiale du Québec), FEUQ (Fédération étudiante universitaire du Québec) et ASSE (Association pour une solidarité syndicale étudiante) — ou les expressions «manifestation étudiante» et «grève étudiante» dans le moteur de recherche de Google pour voir apparaître un lien commandité vers le site www.droitsdescolarite.com, où le MELS défend son projet d'augmenter les droits de scolarité.

Mais, hier, les bandeaux publicitaires avaient disparu, ce qui laisse croire que les internautes ont réussi le tour de force d'«épuiser le budget du ministère pour cette campagne» en cliquant à répétition sur le résultat publicitaire du site Web www.droitsdescolarite.com. «Chaque clic coûte entre 0,15 $ et 1,20 $ au gouvernement du Québec», indiquaient-ils.

Le MELS a déboursé 50 000 $ afin que l'agence de communication Cossette crée le site www.droitsdescolarite.com et en fasse la promotion. «Le gouvernement s'approprie nos noms d'organisations? Des étudiants et étudiantes ont donc bénévolement détourné leur site de campagne vers droitsdescolarite.ca pour mettre en avant notre argumentaire», a souligné hier le porte-parole de l'ASSE, Gabriel Nadeau-Dubois.

«Échange d'otages»

Pour leur part, les personnes se cachant derrière le site linebeauchamp.com proposent à la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, rien de moins qu'«un échange d'otages»: «le nom de domaine [détenu depuis vendredi dernier] sera libéré si les informations partielles et biaisées contenues sur le site www.droitsdescolarite.com sont modifiées pour exprimer, en plus des avantages d'une hausse, le revers de la médaille».

En créant www.droitsdescolarite.com, le MELS disait mettre en oeuvre une recommandation du Comité consultatif sur l'accessibilité financière aux études, c'est-à-dire donner plus d'informations sur son intention de hausser de 1625 $ la facture des étudiants.

Le site Internet avait été mis en ligne vendredi, soit au lendemain d'une manifestation d'au moins 12 000 étudiants dénonçant dans les rues de Montréal la hausse des droits de scolarité annoncée dans l'ultime budget du ministre des Finances, Raymond Bachand.

À voir en vidéo