Une nouvelle allocation pour l'achat de matériel préoccupe les étudiants

Des étudiants s'inquiètent des effets pervers que pourrait avoir sur l'endettement une nouvelle allocation qui remplace le prêt normalement consenti par le ministère de l'Éducation pour l'achat d'un micro-ordinateur.

Selon l'ancien règlement de l'Aide financière aux études, un étudiant au collégial ou à l'université, s'il était obligé de se procurer un ordinateur portable pour s'inscrire dans un programme — comme le baccalauréat en administration, par exemple —, pouvait bénéficier d'une allocation allant de 2000 à 3000 $. Ce prêt a été récemment remplacé par une allocation pour «l'achat de matériel d'appui à la formation» de 150 $ par session, totalisant 900 $ au bout de trois ans d'études. Ce montant permet à l'étudiant de se procurer autre chose que du matériel informatique, comme un coffre à outils, des toiles et des logiciels spécialisés, a signifié le ministère de l'Éducation.

Le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin, craint que cela aggrave l'endettement des étudiants. «Je ne sais pas si la ministre est allée dans un magasin d'informatique récemment, mais avec 150 $, on ne peut pas s'acheter d'ordinateur, a-t-il lancé. On voit que de plus en plus de programmes recommandent que les étudiants aient un ordinateur portable ou même qu'ils les y obligent. Au XXIe siècle, c'est de plus en plus une nécessité.»

Selon lui, les étudiants n'auront alors d'autre choix que de se tourner vers les institutions financières ou utiliser une carte de crédit pour s'en procurer un. La FECQ a calculé qu'un étudiant contractant un prêt de trois ans d'une institution financière devra rembourser entre 400 et 700 $ de plus que le prix de l'ordinateur, selon que c'est un Mac (environ 1400 $, taxes incluses) ou un PC (environ 800 $, taxes incluses). S'il achète l'ordinateur portable avec sa carte de crédit, c'est 560 et 1000 $ qu'il devra payer en sus du prix de l'appareil. «En plus d'augmenter les droits de scolarité, on coupe en douce dans les prêts et bourses, alors que la ministre avait promis de bonifier le programme d'aide financière aux études. Vraisemblablement, ce n'était que des paroles», a soutenu M. Bureau-Blouin.
 
6 commentaires
  • Murakami - Inscrite 18 octobre 2011 08 h 43

    Gratuité

    L'éducation, parce que c'est un droit fondamental devrait être gratuite. Tout obstacle à son acessibilité est un crime contre le développement humain. Il est toujours consternant d'entendre le politique affirmer qu'elle est une priorité alors que dans les faits on la relègue à la responsabilité des étudiants.

  • Keven P. - Inscrit 18 octobre 2011 09 h 44

    Au contraire ça AUGMENTE les BOURSES et réduit les prêts!

    Bonjour,

    J'aimerais vous rappeler que l'allocation actuelle pour l'achat de matériel micro-informatique est un PRÊT de 2000$.

    L'allocation prévue dans le futur sera inclus dans le montant global de prêt et bourses. (selon les règles actuelles, un étudiant de cégep ne peut pas avoir un montant de prêt de plus de 1900$ par année et 2640$ à l'université, la somme dépassant ce montant est convertie en BOURSE par le ministère) DONC la nouvelle allocation résultera en BOURSE (de 150$ par session) pour les étudiants.

    Merci Bonsoir!
    Keven

  • Pascal Marchi - Abonné 18 octobre 2011 11 h 23

    L'allocation est un PRÊT, et non une bourse

    Bonjour M. Keven P.,

    Je vous invite à vérifier les informations auxquelles vous faites référence. La nouvelle allocation de "matériel d'appui à la formation" ne sera pas une dépense admise donnant droit à une bourse, mais bien une allocation supplémentaire sous forme de prêt.

    Je vous invite à consulter le rapport du Comité consultatif sur l'accessibilité financière aux études pour en connaître les modalités: http://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/documents/publi

    Au plaisir,

    Pascal Marchi

  • Keven P. - Inscrit 18 octobre 2011 12 h 28

    Ce ne sont que des CHIMÈRES

    M. Marchi,

    Le document auquel vous référez ne sont que des recommandations. Je suis bien déçu que Le Devoir fonde désormais leur nouvelles sur des rumeurs.

    D'ailleurs l'une des recommandations est bien plus positive pour les étudiants:

    En conséquence, le Comité recommande à la ministre de l’Éducation, du
    Loisir et du Sport d’introduire comme prévu l’allocation pour matériel
    d’appui au montant de 150 $ par période de quatre mois tout en
    permettant au bénéficiaire du Programme de prêts et bourses d’obtenir,
    une fois à vie, un montant supplémentaire de 850 $ à une période
    d’études de son choix.

    MERCI BONSOIR!
    Keven

  • Keven P. - Inscrit 18 octobre 2011 12 h 30

    850$

    Pourquoi ne parlez-vous pas de ce fameux montant additionnel de 850$, M. Marchi?