Près de 200 millions de coupes en éducation

Des étudiants de cégep. Les directeurs des cégeps de la province ont convoqué aujourd’hui une réunion d’urgence. <br />
Photo: Jacques Grenier – Le Devoir Des étudiants de cégep. Les directeurs des cégeps de la province ont convoqué aujourd’hui une réunion d’urgence.

Des compressions de près de 200 millions de dollars auraient été exigées par le Conseil du Trésor au ministère de l’Éducation, a appris Le Devoir. Selon nos informations, ce dernier écoperait du plus grand effort à faire (77 millions), suivi des commissions scolaires (environ 66 millions) et des cégeps (30 millions). Ces coupes exigées par la présidente du Conseil du Trésor, Michelle Courchesne, seraient en partie dues aux débordements des coûts liés aux inondations en Montérégie et dans le domaine transport (routes et ponts).

«Ce sont des efforts budgétaires demandés par le Conseil du Trésor. C’est fait assez régulièrement», a dit Dave Leclerc, l’attaché de presse de la ministre de l’Éducation. «Ça n'aura aucun impact puisque c’est des coupes à même les surplus», a-t-il ajouté.

M. Leclerc s’est félicité de la collaboration des commissions scolaires francophones et anglophones. «Elles sont prêtes à faire leur part», a-t-il assuré. «Le seul endroit où ça achoppe, c’est les cégeps. Mais on est confiant que M. Beauchesne [président-directeur général de la Fédération des cégeps] va comprendre.»

C’est pourtant un second revers que subissent les commissions scolaires avec ces nouvelles coupes. En mai dernier, la Fédération des commissions scolaires du Québec était montée aux barricades pour s’opposer à des coupes de 110 millions imposées par le ministère de l’Éducation. La Fédération a indiqué qu’elle ne ferait pas de commentaires avant d’avoir plus de précisions sur ces coupes. «On a été informé des compressions, mais on n’a pas de précisions sur les modalités d’application de ces compressions-là.»

Les directeurs des cégeps de la province ont convoqué aujourd’hui une réunion d’urgence au cours de laquelle ils vont discuter de la position à adopter face à une telle situation. Rappelons que le p.-d. g. de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne, soutenait au Devoir à la fin août qu’il digérait mal les coupes de 31 millions qu’on avait infligé au réseau. L’an prochain le réseau collégial verra encore son budget s’amoindrir, selon ce qu’a prévu le ministère de l’Éducation.



9 commentaires
  • Mario Plourde - Inscrit 16 septembre 2011 12 h 44

    du béton contre des cerveaux

    Charest peut bien imposer des tableaux électroniques aux enseignants à 5500$ pièce (alors qu'un projecteur coûte 300$).

    Quand c'est le temps d'acheter des votes et de faire des retours d'ascenseurs avec la mafia de la construction, l'éducation n'a pas de valeur pour Charest.

  • camelot - Inscrit 16 septembre 2011 12 h 48

    Pendant ce temps,

    On offre des routes pavées d'or à des entreprises étrangères payées avec notre argent.

  • Maco - Abonné 16 septembre 2011 13 h 10

    Mais ....

    De l'argent pour des gadgets (tableaux blancs) ... ça oui parexempe!

  • Jean Francois - Inscrit 16 septembre 2011 13 h 45

    La vrai richesse d'une nation pourrait se calculer avec son système d'éducation.

    Pendant que donnons nos ressource petrolière, minière, eau, brevet d'invention d'énergie libre, finance une arène a spectacle a coup de centaine de millions ... a des entités qui ce foutent de nous et de nos problèmes, nous choisissons de couper dans la meilleur investiment possible pour une société l'Éducation.

    (Je dis ici nous car je crois que notre inaction est la seule raison de ces actions).

    Une population bien éduqué a tendence a moin utiliser la violence pour solutioner ses problèmes, donc moin de juges, avocat, policier ... a payer.

    Une population bien éduquer a tendence a faire plus attention a sa santé, donc moin de frais lier a la santé.

    Une population bien éduquer a tendence a être plus courtoise, amene des meilleurs solution aux problème de société, dévelope des infrastructures de meilleurs qualités, a moin peur de la différence .....

    Mais une population non éduqué votera probablement pour un agloméra de millionaire qui leurs a dit qu'ils sont mieux pour amener des changements.



    On pourrait tu d'arreter de voir l'éducation comme une dépense mais de la voir comme un investissement.

  • François Dugal - Inscrit 16 septembre 2011 14 h 15

    200 millions

    200 millions, n'est-ce pas le montant promis pour le stade à Québec?