Cégep André-Grasset - «Nous croyons aux vertus des arts»

Le studio du cégep André-Grasset.
Photo: Source Grasset Le studio du cégep André-Grasset.

Parce que le bonheur est souvent un gage de réussite, estime-t-on du côté du boulevard Crémazie... Depuis la mi-novembre, les cinquante étudiants du secteur arts et lettres bénéficient d'un studio de montage son et vidéo et d'un centre des médias flambant neufs, et la bibliothèque s'est refait une beauté.

De nouveaux espaces pensés comme des lieux de rencontres entre étudiants mais aussi avec les professeurs, des endroits conviviaux à la fine pointe de la modernité afin de permettre aux jeunes de laisser libre cours à leur imagination et à leur créativité: tel est le «nouveau» André-Grasset. «En matière d'éducation, les arts et lettres sont souvent les parents pauvres, considère Vincent Camarda, directeur des études. Or ici nous croyons aux vertus des arts. La notion de créativité devrait être plus présente dans tous les programmes. Avec ces nouveaux espaces que nous mettons à la disposition de nos étudiants, nous essayons de leur transmettre la passion de sortir des sentiers battus.»

Des espaces pensés pour faciliter les échanges informels, opérer une synergie. La proximité entre les étudiants, les professeurs et le personnel technique est grande. Les barrières tombent. Au-delà de toute la technologie de pointe qu'ils enserrent, il y a de la vie, du jeu, une dimension pluridisciplinaire. Le cégep forme des futurs acteurs, journalistes, communicants, mais aussi juristes, experts en marketing, en technologie... «Ils viennent là pour s'en aller ensuite à l'université, poursuit M. Camarda. Notre programme concerne une cinquantaine d'étudiants passionnés par l'art, les médias, la culture, qu'elle soit traditionnelle ou contemporaine. Nous avons essayé de leur apporter des espaces agréables à fréquenter pour créer une communauté de réflexion.»

Un laboratoire hybride

D'un côté, un laboratoire hybride de montage son et vidéo propice à la formation avec les logiciels, des ordinateurs dernier cri, du personnel à la disposition des étudiants afin de cerner et maîtriser toutes les embûches techniques. De l'autre, un centre des médias organisé comme une rédaction journalistique, des écrans qui diffusent les chaînes d'informations en continu, Internet, des monographies, des périodiques, des quotidiens, propre à alimenter la réflexion des étudiants, à leur forger un esprit critique. Le tout à l'intérieur d'espaces refaits à neuf, repensés, permettant notamment la tenue de cours de maître des plus agréables, tant pour les étudiants que pour les intervenants. Rencontrer des gens du métier, s'apercevoir que les arts et lettres peuvent eux aussi conduire à des carrières qui permettent de bien gagner sa vie.

«Mais attention, ce n'est pas parce que l'environnement est ludique que ça doit se faire au détriment de la rigueur, précise Vincent Camarda. Les jeunes sont très technophiles. Nous leur proposons de rester dans leur élément. Mais ils doivent faire l'effort de transcender cette dimension technique. Ils ont des cours de culture générale, d'histoire de l'art. Il y a une rigueur dans le contenu des cours. Nous leur mettons le meilleur matériel possible entre les mains, ils doivent comprendre qu'ils ne peuvent pas en faire n'importe quoi. Il faut de la rigueur pour créer. Il y a un engagement à avoir à l'é-gard des études. Ils doivent s'investir avec leur coeur.»

Une bibliothèque centrale

Les étudiants en arts et lettres ne sont cependant pas les seuls à profiter des nouveaux aménagements inaugurés cet automne au cégep André-Grasset. Lieu incontournable du collège, la bibliothèque vient de prendre un sérieux coup de jeune. Plus fonctionnelle, plus chaleureuse, à dimension humaine. «Elle est maintenant un passage obligé, souligne Vincent Camarda. Au coeur de la circulation, au centre de la vie du collège. Une semaine ou deux après son inauguration, nous avons vu la fréquentation augmenter de manière spectaculaire... Nous réfléchissons d'ailleurs à la possibilité d'en augmenter les horaires d'ouverture.»

Lieu de lecture, lieu de recherche seul ou à plusieurs. La bibliothèque n'est pas que silence, elle peut aussi très bien être animée. «Nos installations sont le reflet de nos préoccupations, poursuit le directeur des études. Et nous pensons que nous sommes plus intelligents à plusieurs que seul. Nous favorisons donc le travail d'équipe, des techniciens sont là également pour aider les étudiants à s'y retrouver. Pour les mettre en contact avec le livre. Celui-ci sort des rayons, il doit être découvert. Les jeunes sont souvent dans Internet, dans les médias sociaux, Facebook, Twitter... Il ne s'agit pas d'être contre, mais de leur montrer qu'il y a d'autres formidables outils de recherche... Le livre a une dimension physique, il a une histoire, une odeur, une texture. On renverse du café dessus, on le corne, on l'annote. Il est une arme politique, un almanach, un roman, un chef-d'oeuvre. C'est l'expression la plus durable de l'aventure humaine et le personnel de la bibliothèque est là pour faire passer ce message. Parce que fréquenter les auteurs, c'est assurément l'une des meilleures préparations aux études universitaires, et même pour affronter la vie.»

***

Collaboratrice du Devoir

***

Pour s'informer: portes ouvertes au cégep André-Grasset, le 8 février 2011 de 16h à 21h, au 1001, Crémazie Est, Montréal.

À voir en vidéo