TÉLUQ : l'université à distance veut s'éloigner de l'UQAM

Pour certaines personnes, l'accès à l'enseignement supérieur est freiné par les difficultés qu'elles éprouvent à se rendre sur un campus universitaire. Celles qui, parmi ces dernières, tiennent toutefois à entreprendre et à poursuivre des études supérieures peuvent se tourner vers la formation universitaire à distance, comme celle offerte par la TÉLUQ.

«On croit à tort que la formation à distance s'a-dresse surtout aux personnes des régions éloignées qui ne peuvent pas se rendre sur un campus pour des raisons de distance, explique Raymond Duchesne, directeur général de la TÉLUQ. Mais la formation à distance convient aussi à toutes les personnes pour qui se rendre sur un campus selon un horaire fixe pose un problème. C'est souvent le cas, par exemple, des parents de jeunes enfants, même s'ils habitent en ville. C'est la raison pour laquelle je préfère parler de formation hors-campus.»

Fondée en 1972, dans la foulée de la création de l'Université du Québec, la TÉLUQ est la seule université québécoise entièrement consacrée à l'enseignement à distance. Depuis sa création, ce sont un million d'étudiants qui s'y sont inscrits. Aujourd'hui, la TÉLUQ offre 360 cours et 75 programmes dans les trois cycles universitaires et compte 18 000 étudiants. «La formation à distance gagne en popularité et nous avons connu ces dernières années une croissance des inscriptions d'environ 5 % par année. On observe le même phénomène dans tous les pays occidentaux et même dans les pays en voie de développement. Je crois qu'on assiste au début d'une révolution en matière d'enseignement.»

Outre la souplesse qu'offre la formation à distance, deux raisons expliquent, selon Raymond Duchesne, la popularité grandissante de cette forme d'enseignement. «D'une part, le moule classique des études universitaires, où on faisait ses études universitaires en bloc entre 18 et 24 ans, est aujourd'hui cassé. Les étudiants empruntent maintenant des parcours différents. D'autre part, la formation continue est devenue une réalité et personne ne peut prétendre exercer un métier ou une profession toute sa vie sans faire de mise à jour. La formation hors-campus convient parfaitement à ces deux nouvelles réalités.»

Les nouvelles technologies

La TÉLUQ peut compter sur son propre corps professoral, qui compte aujourd'hui 58 enseignants. «Nos professeurs sont responsables de la conception des cours, de l'élaboration des scénarios des cours ainsi que du choix du matériel pédagogique, comme les manuels ou les recueils de textes.» Tout comme leurs confrères des autres universités, ces professeurs font aussi de la recherche.

Les étudiants qui s'inscrivent aux cours offerts par la TÉLUQ sont encadrés par des tuteurs au premier cycle et par des chargés d'encadrement au deuxième cycle. Ils peuvent facilement être joints par téléphone ou par courriel et ils sont en mesure de répondre aux questions des étudiants et de leur offrir de l'aide pédagogique et du soutien lors de l'apprentissage. «C'est avec eux que les étudiants sont en contact.»

L'étudiant reçoit à domicile une trousse comprenant un guide d'étude, les manuels requis, les exercices et les travaux à faire, les documents audiovisuels, etc. «Cette façon de procéder existe toujours, mais elle a tendance à disparaître au profit d'Internet. Pour plusieurs de nos cours, la trousse d'étude se résume maintenant au code d'accès pour le site Internet du cours, où l'étudiant trouvera tout ce dont il a besoin. La migration vers le tout-en-ligne et les cours sans papier est amorcée. On utilise alors tout l'arsenal des moyens que les nouvelles technologies mettent à notre disposition. L'enseignement à distance devient alors aussi intéressant que celui offert en classe.»

Malgré un contact régulier avec le tuteur ou le chargé d'encadrement, l'étudiant qui opte pour une formation hors-campus peut souffrir d'isolement. Encore une fois, la solution à ce problème se trouve du côté des nouvelles technologies, en particulier des réseaux sociaux, où la TÉLUQ est déjà présente. «Mais les étudiants n'ont pas vraiment besoin de nous puisqu'ils le font d'eux-mêmes. À leur propre initiative, ils mettent en place des réseaux sociaux regroupant des gens qui suivent le même cours ou qui l'ont déjà suivi et ils établissent des liens d'entraide.»

Les années à venir

Au fil de ses presque quarante années d'existence, la TÉLUQ a acquis une solide expérience dans le domaine de l'enseignement à distance. D'ail-leurs, l'enseignement à distance constitue le principal champ de recherche des professeurs de la TÉLUQ. Raymond Duchesne entend bien mettre à profit cette expertise afin de tirer le meilleur parti possible de l'intérêt grandissant des étudiants pour cette forme d'enseignement. «La TÉLUQ représente ce qui sera probablement l'université de l'avenir.»

Mais, avant d'en arriver à cette conclusion, il faudra franchir certaines étapes, comme celle consistant à revoir le statut juridique de la TÉLUQ. Depuis sa création, la TÉLUQ a toujours fonctionné de façon indépendante et elle possède même ses propres lettres patentes. Mais, depuis 2005, elle est rattachée à l'UQAM. «C'est un partenariat qui n'a pas donné les résultats escomptés, et on cherche présentement une nouvelle formule.»

La TÉLUQ s'est aussi dotée en 2010 d'un plan de développement stratégique. «Un des objectifs de ce plan est de profiter au maximum du numérique et des nouvelles technologies. On veut aussi élargir notre offre de cours et surtout bonifier l'offre au deuxième cycle, qui est moins ample que celle du premier cycle. On s'est aussi rendu compte que la TÉLUQ est souvent peu ou mal connue. Un de nos objectifs est donc de nous faire davantage connaître et de faire mieux connaître les avantages de l'enseignement à distance et de la formation universitaire hors-campus. »

***

Collaborateur du Devoir