Tests PISA en éducation - Le Québec a toujours la bosse des maths

Et par rapport aux anglophones du Québec, ce sont les francophones qui se démarquent dans cette matière, parce que l'écart à la faveur de ces derniers est jugé statistiquement significatif.

Ce sont là quelques observations que permet de faire pour 2009 l'importante enquête PISA (l'acronyme en anglais pour Programme international pour le suivi des acquis), une étude menée tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans dans les 34 pays membres de l'OCDE et dans de nombreux pays partenaires et d'économies-régions. Les données sur les différentes provinces canadiennes ont été révélées hier.

L'enquête, qui a fait de l'évaluation des compétences en lecture sa priorité en 2009, tout en comparant les résultats avec ceux de 2000, révèle que les scores de lecture ont diminué de façon significative dans cinq des dix provinces canadiennes, soit à l'Île-du-Prince-Édouard, au Manitoba, au Québec, en Saskatchewan et en Alberta. Un examen par province démontre également que la proportion d'élèves très performants a diminué de 5 à 12 points de pourcentage dans sept des dix provinces, et le Québec en fait partie.

Mais il est bon de rappeler qu'en ne considérant que les résultats des classements de PISA 2009, le rendement des élèves dans toutes les provinces canadiennes (sauf l'Île-du-Prince-Édouard) est égal ou supérieur à la moyenne des pays de l'OCDE, même si sur le long terme il a diminué dans plusieurs provinces.

Fait intéressant, dans la plupart des provinces canadiennes, les élèves inscrits dans les systèmes scolaires linguistiques minoritaires affichent de moins bons résultats en lecture que les élèves dans les systèmes scolaires linguistiques majoritaires. On n'observe toutefois pas de différence significative au Québec et au Manitoba.

Sans grande surprise, les compétences des filles en lecture surpassent celles des garçons, et ce, dans toutes les provinces canadiennes ainsi que dans tous les pays participant à l'enquête PISA. Par contre, comme ce fut le cas par le passé, les garçons prennent leur revanche en mathématiques et en sciences, où ils excellent davantage que les filles.

Un deuxième rapport canadien comprenant des analyses plus détaillées des facteurs associés au rendement des élèves sera publié au début de 2011.

À voir en vidéo