Universités - Elles sont toutes présentes...

Le pavillon Roger-Gaudry de l’Université de Montréal
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le pavillon Roger-Gaudry de l’Université de Montréal

Dans une économie du savoir, la formation continue est devenue incontournable. En effet, plus personne aujourd'hui ne peut penser faire carrière sans un jour devoir acquérir de nouvelles connaissances. Les universités québécoises l'ont bien compris et offrent, chacune à sa manière, une foule de programmes conçus pour cette clientèle. Survol de l'offre.

L'Université de Montréal est la seule université québécoise à posséder une faculté d'éducation permanente. «C'est la Faculté d'éducation permanente qui est responsable de la formation des adultes et la moyenne d'âge de nos étudiants est de 33 ans», explique Catherine Gascon, relationniste pour la Faculté d'éducation permanente.

Le programme privilégié est le certificat, et l'obtention de ce dernier donne 30 crédits universitaires. On compte une trentaine de ces programmes, qui vont de la rédaction à la gérontologie en passant par les relations industrielles. Fait à noter: le cumul de trois certificats mène à l'obtention d'un baccalauréat. «Par exemple, une étudiante qui possède un DEC en sciences infirmières pourrait cumuler trois certificats et obtenir un baccalauréat en santé communautaire.»

La Faculté de l'éducation permanente offre aussi un programme de formation sur mesure. «Ce sont des formations sur mesure élaborées en fonction des besoins spécifiques des entreprises et des organisations qui en font la demande.» Ces formations ne donnent pas de crédits universitaires, mais le participant reçoit une attestation comportant des unités de formation continue (UFC).

Université Laval

À l'Université Laval, la formation continue relève de la Direction générale de la formation continue. Ici, on a une définition plutôt large de la formation continue. «À Laval, nous n'avons pas de faculté d'éducation permanente, nous avons plutôt choisi d'emprunter la voie d'une direction générale, explique Guy Mineau, directeur général de la Direction générale de la formation continue. Notre rôle est d'accompagner les facultés dans le développement de leurs offres de formation continue. Nous agissons comme une interface entre les besoins et les facultés. Nous pouvons aussi mettre en place nos propres programmes, si besoin il y a.»

C'est ce qui explique qu'on trouve des programmes de formation continue aux trois cycles universitaires. Règle générale, ces programmes sont crédités et mènent à des diplômes, comme le certificat ou le diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS). On peut cumuler ces diplômes et obtenir un grade universitaire.

Ensuite, la Direction générale de la formation continue offre des activités de perfectionnement. La plupart de ces formations ne sont pas créditées, mais elles donnent droit à des unités d'éducation continue (UEC). S'ajoute à cette offre la formation sur mesure conçue pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises.

De plus, les personnes âgées de 50 ans ou plus ne sont pas en reste, puisque l'Université du troisième âge de Québec (UTAQ) organise des cours, des ateliers et des conférences qui font aussi partie de l'offre générale de la formation continue. «En formation continue, nous avons ciblé à Laval deux clientèles: les individus qui veulent améliorer leur profil de carrière et les entreprises qui cherchent à se développer.»

Université de Sherbrooke

Le Centre universitaire de formation continue de l'Université de Sherbrooke offre des programmes de formation continue dans une vingtaine de champs d'étude, allant de l'administration aux technologies de l'information. Ce sont évidemment les facultés qui mettent en place ces formations; la mission du centre est de les soutenir dans cette démarche.

Chacun des champs d'étude propose des formations qui sont soit des programmes crédités, tels les certificats et les microprogrammes, soit des séminaires, règle générale de deux jours, qui ne sont pas crédités. De plus, il est possible d'obtenir une formation sur mesure. Le Centre universitaire de formation continue met à la disposition des entreprises son expertise en formation continue, qui va de l'analyse des besoins à la mise en place d'une formation sur mesure.

Université McGill

Le Centre d'éducation permanente de l'Université McGill met surtout l'accent sur les certificats lorsqu'on parle de formation continue. Mais ici, l'offre est moins variée. «Le certificat est notre programme de base en formation continue, explique Elena Trager, du Centre d'éducation permanente, mais plusieurs des certificats que nous offrons sont orientés vers le monde des affaires.» Ces certificats donnent droit à des crédits universitaires. «Nous offrons aussi des certificats en langue française et en langue anglaise, ainsi que des certificats en traduction en anglais, en français et en espagnol.»

En ce qui concerne la formation continue non créditée, le Centre d'éducation permanente de l'Université McGill est actif dans deux secteurs: le perfectionnement professionnel et les intérêts particuliers. «Dans le cas des intérêts particuliers, ce sont surtout des activités, conférences et ateliers d'enrichissement personnel et culturel.»

UQAM

Le Service de formation continue de l'UQAM a fait un choix différent. «Ici, à l'UQAM, nous n'offrons pas de formation continue menant à des crédits universitaires, explique Dominique Lapointe, directrice du Service de formation continue, ni de formation d'enrichissement personnel.» La formation continue donne droit à une attestation d'études selon le critère des unités d'éducation continue. «Ces formations sont appréciées par les professionnels qui sont tenus de suivre, à la demande de leur ordre professionnel par exemple, un nombre d'heures de formation continue.»

Le Service de formation continue offre ces formations selon deux formules: celle des sessions publiques, auxquelles toute personne intéressée peut s'inscrire, ou celle de la formation sur mesure, réservée aux entreprises ou organisations qui en font la demande. «On étudie les besoins et ensuite on propose une formation.» Cette formation sur mesure peut aussi prendre la forme de conférences ou même de coaching individuel. Le choix des champs de formation est presque illimité. «Nous agissons comme la vitrine de toute l'expertise de l'UQAM.»

Université Concordia


Le Centre d'éducation permanente de l'Université Concordia a choisi le même cheminement, puisque aucun des cours de formation continue ne donne des crédits universitaires. Par contre, le cumul des cours en formation mène à l'obtention d'un certificat, et le cumul des certificats, à l'obtention d'un diplôme selon la formule des unités d'éducation continue. Il est donc possible d'aller chercher une certaine forme de spécialisation, mais ni le certificat ni le diplôme ne peuvent servir à l'obtention d'un grade universitaire.

Le Centre d'éducation permanente de l'Université Concordia a retenu six secteurs de formation continue: l'administration et la gestion, les communications et les relations publiques, l'informatique, l'étude des langues, la photographie et les arts numériques ainsi que les sujets d'intérêt personnel.

Université d'Ottawa

Le Centre de formation continue de l'Université d'Ottawa, récemment installé dans de nouveaux locaux, a choisi de diviser son offre en formation continue. «Nous avons deux volets distincts, explique Stéphanie Lavergne, responsable des communications pour le Centre de formation continue. Il y a le volet du développement professionnel et celui de l'enrichissement personnel.» Tous les cours offerts par le Centre de formation continue ne sont pas crédités.

Le volet du développement professionnel offre des cours et des ateliers en rédaction et grammaire ainsi qu'en communication et gestion. On compte aussi quelques programmes de perfectionnement ciblés, par exemple en gouvernance et politique du logement social. Des formations sur mesure sont aussi disponibles. «Ce volet vise essentiellement l'amélioration des compétences et la clientèle provient principalement de la fonction publique.»

Plus récent, le volet de l'enrichissement personnel propose des activités pour le grand public. «Ce sont des conférences ou des séminaires qui portent sur des sujets scientifiques ou culturels et qui s'inscrivent dans ce qu'on pourrait nommer un divertissement intellectuel et culturel.»

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo