Un Canadien sur cinq abandonne l'école avant ses 19 ans

Ottawa — Un adolescent canadien sur cinq quitte l'école avant d'avoir 19 ans, soit un pourcentage plus élevé que la moyenne des 31 pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), d'après une étude dévoilée hier par Statistique Canada.

La situation au Canada est comparable à celle qui prévalait à la fin des années 1990. Le pays fait cependant moins bonne figure qu'avant, puisque la proportion de jeunes qui abandonnent leurs études avant d'atteindre la vingtaine a chuté de 5 points, pour s'établir à 15 % à l'échelle de l'OCDE.

Le rapport définit l'éducation formelle et la formation comme étant un apprentissage et des activités structurées menant à des distinctions formelles, telles que des diplômes reconnus, des certificats ou des licences.

Comparé à d'autres pays, le taux de décrochage canadien est similaire à celui de l'Australie (21 %), mais plus élevé que celui des États-Unis (15 %), selon l'analyste Patrice de Broucker de Statistique Canada.

L'agence note cependant que le taux varie beaucoup d'une région à l'autre. Le Nouveau-Brunswick se classe premier, avec à peine 14 % de jeunes de moins de 19 ans ayant quitté l'école.

Le Québec dans le peloton de queue

Le Québec se trouve dans le peloton de queue, avec un taux de jeunes «hors formation» de 23 %.

Parmi les provinces, seule l'Alberta fait pire avec 26 % de jeunes ayant cessé leurs études avant 19 ans. D'après les analystes, la vigueur du marché de l'emploi dans cette province pourrait expliquer la proportion relativement élevée de jeunes «décrocheurs». Aux prises avec une pénurie de main-d'oeuvre, les entreprises seraient en effet prêtes à embaucher des jeunes en dépit de leur faible niveau de scolarité.

Règle générale, les perspectives d'emploi et de gains incitent à la poursuite de ses études. En 2008, à peine 68 % des Canadiens de 25 à 64 ans qui n'avaient pas terminé leurs études occupaient un emploi, comparativement à 83 % des diplômés du collège ou de l'université.