Le vérificateur général recommande de revoir les dépenses des commissions scolaires

Une révision des dépenses des commissions scolaires pourrait permettre de sauver des millions de dollars de fonds publics, estime le vérificateur général Renaud Lachance.

Dans son rapport déposé aujourd’hui à l’Assemblée nationale, le vérificateur recommande un «examen minutieux» des frais d’administration — ce qui comprend la gestion des ressources humaines, financières et matérielles — des commissions scolaires.

M. Lachance s’est penché sur les façons de faire de cinq commissions scolaires de diverses régions et il a conclu qu’une gestion plus serrée et efficiente de ces dernières aurait permis de dégager des économies variant entre 4,6 millions $ et 8,1 millions $.

Au cours de l’année 2007-2008, les dépenses des commissions scolaires ont totalisé 9,9 milliards $, dont 561 millions $ au chapitre d’activités de nature administrative.

En dépit de l’importance des sommes en cause, le vérificateur a constaté que le ministère de l’Éducation «est inactif» par rapport aux frais d’administration, laissant aux commissions scolaires l’entière gestion de ceux-ci.

Qui plus est, les commissions scolaires ne font aucune comparaison de leurs frais d’administration entre elles, a déploré le vérificateur général.

Les commissions scolaires ne sont pas d’accord


 Réagissant au rapport, la Fédération des commissions scolaires du Québec a estimé qu’il témoignait «d’une méconnaissance surprenante de la gestion et des responsabilités des commissions scolaires».

Selon la FCSQ, le vérificateur général affirme que les frais d’administration des commissions scolaires sont importants sans prendre la peine de les comparer aux frais d’administration d’autres entités similaires, comparaison qui aurait été nettement à l’avantage des commissions scolaires.

«Les commissions scolaires ont des coûts de gestion de 5,5 %, affirme la fédération, soit les plus bas parmi les organismes publics et parapublics. Mais plutôt que de nous féliciter, il laisse croire qu’on peut les réduire davantage sans conséquence pour les services aux élèves. C’est déplorable !»

La FCSQ demande d’être entendue en commission parlementaire dans les meilleurs délais afin de rétablir les faits et dans un souci de transparence envers la population.
1 commentaire
  • Danielle Cote - Inscrit 14 mai 2010 21 h 39

    Coupures dans les postes des dirigeants

    J'espère que le gouvernement saura où faire les bonnes coupures, soit dans les postes de direction. Je travaille dans le milieu scolaire depuis 25 ans, et d'année en année, les postes de soutien sont coupés et sont, je dirais même méprisés. Je suis secrétaire et je dois faire une montagne de travail dans un temps record, et je dois faire du temps supplémentaire gratuitement car selon la direction c'est que les secrétaires manquent de coordination, de concentration, de gestion du temps et j'en passe. Quand un membre de la direction est absent durant 2-3 jours voire une semaine, cela ne parait pas du tout dans le fonctionnement d'une grande école mais si un membre du personnel de soutien ou du personnel enseignant est absent c'est la catastrophe et cela se fait sentir dans le bon fonctionnement de l'école.

    J'espère que les coupures se feront dans le "gras" et non dans l'os !