Difficultés financières - Deux écoles privées doivent fermer

Ça joue dur dans la cour des écoles privées. Sur la centaine d'écoles privées qui demandait une délivrance, un renouvellement ou une modification de permis en 2009, une dizaine d'écoles connaissaient une situation financière difficile. Le Devoir a appris que bien qu'ouverte depuis 1971, l'école Sedbergh à Montebello, en Outa-ouais, va fermer ses portes en juin 2010 en raison de graves difficultés financières. L'école secondaire offrait également des cours au primaire, mais a vu graduellement sa clientèle baisser, jusqu'à fermer complètement ses deux services d'enseignement.

Le même sort est réservé à l'Académie des petits phénix de Longueuil, une école qui utilise la méthode Applied Scholastics, prônée par l'Église de scientologie. L'établissement détenait un permis du ministère de l'Éducation pour l'enseignement au primaire depuis 1998 et l'autorisation d'accueillir des enfants au préscolaire est venue par la suite. Dans son dernier rapport,

la Commission consultative de l'enseignement privé sou-lignait que les bulletins n'étaient pas conformes aux exigences ministérielles, mais que la méthode de l'établissement se faisait en complémentarité avec l'approche privilégiée par le Programme de formation de l'école québécoise. Par conséquent, on avait recommandé le renouvellement du permis pour une période de trois ans à la condition que l'école corrige ses lacunes. L'Académie des petits phénix promet de renaître de ses cendres. Le directeur, Gilles Léonard, étudie la possibilité de redémarrer un projet d'école.