La grande majorité des parents sont en faveur des devoirs

Selon le Conseil supérieur de l’éducation, il est de plus en plus difficile pour les parents d’aider leurs enfants dans la réalisation des devoirs.
Photo: Agence France-Presse (photo) Joel Saget Selon le Conseil supérieur de l’éducation, il est de plus en plus difficile pour les parents d’aider leurs enfants dans la réalisation des devoirs.
La grande majorité des parents (90 %) sont tout à fait ou plutôt d'accord avec la tenue de devoirs et de leçons au primaire, à la grande surprise du président de leur fédération, François Paquette, qui entend souvent les doléances de ceux-ci. Pourquoi conserver cette tradition? C'est pour les parents un moyen de communication privilégié avec leur enfant et son enseignant. Les devoirs, disent-ils, permettent de comprendre ce qui se passe en classe et d'évaluer le degré de facilité de l'enfant dans les différentes matières. La fédération a sondé plus de 1000 parents, avec un taux de réponse d'environ 30 %. «Ils sont d'accord avec l'importance des devoirs, mais la moitié d'entre eux trouvent que c'est une période stressante», explique M. Paquette.

La fille de Josée Demers, par exemple, fréquente la maternelle. «Elle a déjà des devoirs, je trouve ça lourd, dit-elle. Nous arrivons à la maison à 17h30, il reste seulement deux heures avant le dodo.» C'est le lot de la plupart des familles, puisque selon les directeurs d'école, 99 % des enseignants donnent des devoirs. Le Conseil supérieur de l'éducation publie ces données dans un avis rendu public hier.

La présidente du Conseil supérieur de l'éducation, Nicole Boutin, a expliqué à la Presse canadienne qu'il est de plus en plus difficile pour les parents d'aider leurs enfants dans la réalisation de leurs devoirs. Voilà pourquoi elle invite les enseignants et les parents à considérer les devoirs d'une tout autre manière et à les inscrire dans un nouveau contexte de conciliation «travail-famille-école».

Un avis que partage François Paquette. Nul besoin d'une «politique nationale du devoir», selon lui. Une meilleure communication entre l'école et les parents à ce sujet et même la production d'un guide, dans chaque école, remis en début d'année, pourrait améliorer l'expérience.

Plusieurs parents se tournent d'ailleurs vers les organismes d'aide aux devoirs, comme Les Scientifines, qui oeuvrent dans le sud-ouest de Montréal. La directrice de l'organisme, Valérie Bilodeau, juge les devoirs nécessaires. Elle constate que les élèves les plus faibles en profitent davantage.

Mais quelle quantité donner? Les Scientifines collaborent avec deux écoles. Dans l'une des deux, les devoirs sont beaucoup plus abondants. «Et les élèves ne réussissent pas moins bien», constate Mme Bilodeau. Les trois quarts des filles de la 3e à la 6e année qui fréquentent les locaux de l'organisme ne peuvent pas faire leurs devoirs avec leurs parents: ils ne parlent pas français.

Les enseignants veulent bien amorcer une réflexion sur le sujet, mais dans le respect de «leur autonomie professionnelle», précise la présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement, Manon Bernard. «Le choix des outils appartient à l'enseignant, qui s'ajuste aux besoins de sa classe.»
4 commentaires
  • Marie-Hélène Martin - Inscrite 19 mars 2010 08 h 26

    Nos enfants sont notre avenir...

    Si on ne trouve plus le temps d'éduquer convenablement nos enfants et de leur donner toutes les chances de réussir dans la vie, où est-ce qu'on s'en va?
    C'est beau les 5@7 après le travail et la partie de squash, ou encore les semaines de travail de 85 heures, mais si on décide d'avoir des enfants on doit accepter les priorités qui viennent avec.

  • Élisabeth Germain - Abonnée 19 mars 2010 08 h 29

    Un sondage bien incomplet

    Je comprends mal qu'on affirme tout simplement que 90% des parents sont d'accord avec les devoirs, et qu'on prenne la peine de dire que le sondage a rejoint plus de 1000 parents, sans dire également qu'il s'agit des parents membres des conseils d'établissement et des comités de parents. Par définition, ceux-ci sont plus intéressés à l'école et probablement plus susceptibles d'appuyer les devoirs de leurs enfants. En toute rigueur intellectuelle, il faut dire que ce sondage n'est absolument pas représentatif de l'ensemble des parents. C'est ceux-là qu'il faudrait interroger, sans biais. On me convaincrait plus.

  • Dominique Cousineau - Abonnée 19 mars 2010 09 h 42

    Ce sondage est biaisé...

    Il sondait l'opinion des parents membres des comités de parents, pas de tous les parents. En partant, c'est un sous-groupe plus susceptible de s'impliquer dans le travail de leurs enfants.

  • Michele - Inscrite 19 mars 2010 11 h 42

    Une responsabilité du Conseil d'établissement

    La situation actuelle soulève un questionnement quant à la part de l'opinion publique dans la gestion de l'école. Est-ce que l'on va baser nos politiques scolaires sur un sondage baisé, ou bien est-ce que l'on va laisser les professionnels prendre des décisions dans le cadre prévu par la loi? En effet, il existe une structure scolaire décisionnelle décentralisée, soit le Conseil d'établissement. Ce mode de gouvernance permet de prendre en compte les différences locales afin d'élaborer un plan d'action adapté aux besoins de la communauté fréquentant le projet scolaire. Bref, comme il est possible pour un Conseil d'établissement de sonder les parents et de consulter le personnel enseignant on peut se questionner quant à la provenance, la pertinence et la validité de ce sondage.