Nouvelle présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec - L'élection de Josée Bouchard donnera du poids aux régions

Saguenay — Les régions seront très bien représentées au cours des deux prochaines années à la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ). Comme Josée Bouchard a été élue à la présidence, son poste de vice-président devenait libre. C'est le président de la Commission scolaire du Fer de la Côte-Nord qui a reçu l'appui des délégués. Pour la nouvelle présidente, c'est un signal que les membres de la Fédération envoient aux régions.

«Je suis tellement fière pour la région, a-t-elle lancé lors d'une entrevue avec Le Quotidien, il faut dire que le nombre de délégués de chaque commission scolaire est décidé au prorata du nombre d'élèves. Les grands centres ont donc plus de poids que les régions. Comme la présidence est maintenant occupée par une personne du Saguenay-Lac-Saint-Jean, on aurait pu s'attendre à ce qu'un candidat de Montréal soit élu à la vice-présidence. Les délégués ont décidé de faire confiance aux régions pour faire face aux prochains défis.»

Des défis, il y en aura. Fidèle à la ligne de pensée de son prédécesseur, André Caron, Josée Bouchard tient mordicus à conserver un système d'éducation public de qualité. Le réseau public aime tous ses élèves, sans discrimination, fait-elle valoir d'entrée de jeu.

Selon elle, c'est un joyau que le Québec possède et qui doit être valorisé. Lors de son discours à la suite de son élection, elle a d'ailleurs fait un vibrant plaidoyer afin d'amener une réflexion générale sur la place du public et du privé dans l'éducation. Le privé est financé à 60 %, ce qui amène une concurrence déloyale. Avec la prolifération, ça donne l'illusion que le système public n'est pas en santé. Les parents ont l'impression qu'ils obtiennent un meilleur service parce qu'ils paient, a dénoncé Josée Bouchard.

La persévérance scolaire et la formation professionnelle sont deux autres dossiers qui retiendront l'attention de la nouvelle présidente. Les délégués ont d'ailleurs adopté une résolution en fin de semaine afin de demander un plan d'action provincial pour prévenir le décrochage.

Josée Bouchard a rappelé que la région faisait figure de modèle dans le domaine de prévention de l'abandon scolaire avec le Conseil régional de prévention de l'abandon scolaire (CREPAS).

Afin d'éviter le décrochage, la formation professionnelle représente une belle voie pour plusieurs qui désirent poursuivre leurs études dans un domaine technique. Selon elle, cette option est méconnue et de nombreux préjugés persistent.

À peine arrivée en poste, Josée Bouchard n'a pas perdu de temps et a déjà discuté au téléphone avec la ministre de l'Éducation, des Loisirs et du Sport, Michelle Courchesne. Les deux ont convenu de se rencontrer dans les prochaines semaines.