Travaux clés en main pour étudiants pressés, paresseux ou cancres!

L'industrie de la triche semble lucrative, du moins chez nos amis français et américains. Plusieurs sites Internet rivalisent pour offrir aux étudiants pressés, paresseux ou tout simplement cancres des «ressources documentaires» qui s'avèrent très souvent être des travaux clés en main.

Un des plus connus, le site AcaDémon, vend des travaux scolaires allant de la fiche de lecture à la dissertation, en passant par la thèse et le travail de recherche. On y trouve des documents sur un éventail très large de sujets, de l'architecture à la médecine vétérinaire, en passant par la danse, la nutrition, l'électronique, le commerce, la criminologie et tutti quanti. Nommez-le sujet, c'est en ligne!

Les documents, en français et en anglais, peuvent être payés en ligne en devises canadiennes. Ainsi, il en coûtera par exemple 25 $ pour une thèse en littérature et 7 $ pour une dissertation de 800 mots. Les prix varient cependant pour un même type de document.

Comble de l'ironie, les gestionnaires du site garantissent l'intégrité des documents qu'ils mettent à la disposition des étudiants. «Nous vérifions chaque document grâce à notre programme de détection spécifiquement dédié au plagiat afin de nous assurer que le texte qui nous est soumis est original. Nos documents sont absolument uniques, vous fournissant ainsi de solides bases de recherches pour VOTRE document», peut-on lire dans la section sur l'achat de documents.

Plus cynique, le site, qui vend ses travaux principalement en France et aux États-Unis, présente une «politique antiplagiat» où on rappelle que les documents vendus «ne doivent être utilisés que comme une ressource ou source d'inspiration pour la rédaction» et «doivent être ainsi cités [...]. Ils ne doivent être, en aucun cas, rendus comme étant issus de votre propre travail». Le site oboulo.com semble offrir le même genre de ressources documentaires, offrant même la possibilité de sélectionner le nombre de pages des travaux recherchés sur un sujet déterminé.

D'autres sites ne prennent cependant pas la peine de se draper dans une telle politique. Par exemple, le site français Web-Tricheur fait l'apologie de la triche sous toutes ses formes, suggérant des trucs pour tricher pendant les examens ou encore une série d'excuses pour quitter la classe. Tout en humour, le site offre également le téléchargement gratuit de travaux scolaires. Le contenu y est cependant moins varié que dans AcaDémon. C'est ainsi que l'auteure de ces lignes a pu télécharger un court document sur le rôle de la France pendant la guerre d'indépendance américaine.

Travaux sur mesure

En mars dernier, un autre site Internet, Faismesdevoirs.com, devait être mis en ligne pour offrir carrément de la sous-traitance de travaux scolaires. Or, coup de théâtre, le 6 mars, après quelques semaines de mise en service, le site a fermé, l'auteur précisant que cela «va à l'encontre de [ses] propres valeurs», avant de signer en ajoutant son adresse courriel.

D'autres sites offrent néanmoins la réalisation de certains types de travaux scolaires, moyennant rétribution. Par exemple, il est possible de commander des travaux de philosophie en ligne, sur un site français. Le montant exigé variera non seulement selon le type de travail, mais aussi selon le délai de production. «Indiquez-nous votre sujet de philo! Notre équipe se chargera d'élaborer pour vous une véritable correction comprenant une problématisation du sujet, un plan détaillé et complet avec idées directrices, arguments et exemples ainsi que des citations/références utiles», peut-on lire sur le site de MaPhilo.net. Le site recrute, pour offrir son «aide aux jeunes visiteurs», des étudiants aux cycles supérieurs ou encore des enseignants en philosophie.

Détection ardue

Animatrice du Réseau des répondants en technologies de l'information et des communications à la Fédération des cégeps, qui s'est beaucoup intéressé au plagiat ces dernières années, Nicole Perreault avoue que la détection de ce genre de triche est très ardue. D'autant plus que certains sites offrent de réaliser des travaux personnalisés, en tenant compte du niveau de langage de l'étudiant et en prenant même soin de glisser quelques fautes pour ne pas éveiller les soupçons des correcteurs, rapporte Mme Perreault.

Certes, les enseignants ont de plus en plus l'habitude de passer par le filtre de Google des phrases suspectes de leurs étudiants. «Mais on n'est pas en mesure de détecter les sites payants d'achat de travaux scolaires ou encore les abonnements payants à des revues spécialisées», constate Mme Perreault.

À ce jour, Mme Perreault tout comme les responsables des cégeps et universités contactés n'ont pas eu connaissance d'achat de documents dans les différents cégeps du Québec. Est-ce à dire que la pratique n'est pas encore parvenue jusqu'ici?
3 commentaires
  • Jacques Morissette - Inscrit 11 avril 2009 10 h 11

    Familial ou social ou les deux, ils deviennent cancres à cause du terreau dans lequel ils grandissent.

    Les parents, les enseignants, bref les adultes sont comme des jardiniers. Ils devraient donc voir à ce que l'environnement dans lequel grandissent les enfants soit plus favorable à leur épanouissement. Que voulez-vous, les adultes étant trop occupé à leurs carrières ou à faire de l'argent, ils n'ont donc pas vraiment le temps de jardiner.

    jacques morissette (Montréal)

  • Richard Guay - Abonné 12 avril 2009 00 h 28

    Copier sans coller

    Je suis enseignant au secondaire et, avec le temps, je me suis donné de modestes moyens pour lutter contre le "copier/coller".
    1) Demander aux étudiants de présenter oralement, ne serait-ce que pour une minute ou deux, le fruit de leur recherche. On sent tout de suite s'ils maîtrisent ou pas leur sujet!
    Bien sûr, leur annoncer d'avance que la majorité du résultat sera accordé à l'oral!
    2) Commde enseignant, je me permets de poser des questions sur le contenu d'un présentation. Une autre façon de vérifier
    la maîtrise su sujet!
    3) N'accepter que des travaux manuscrits,et proprement écrits. Comme ça, ceux qui copient doivent au moins copier à la main... et retenir une partie de ce qu'ils écrivent!
    4) Dans l'éventualité où je reçois un travail sans aucune faute de français, il m'est toujours possible de vérifier le sérieuix du travail en dictant à mes élèves deux ou trois phrases qui sont supposément de leur crû.

    Richard Guay

  • Maxime Leduc - Inscrit 13 avril 2009 00 h 41

    Légalité?

    Je me posais une question sur ce phénomène. On sait tous que c'est interdit de plagier dans les écoles, universités, etc. Le fait d'acheter des travaux n'est pas nécessairement illégal, mais le fait de les utiliser sans citation est interdit dans les institutions scolaires. Par contre, pour ceux qui vendent sur ce genre de site, est-ce qu'il y des lois ou des règlements qui rendent illégal la vente de travaux?