Un réseau de 21 écoles hors Québec - Le Collège LaSalle s'affiche à l'international

Fondé en 1959, le Collège LaSalle de Montréal a formé plusieurs générations de Québécois et sa réputation n'est plus à faire. Qui n'a jamais entendu parler du Collège LaSalle? Mais ce qu'on sait moins, c'est que la réputation du Collège LaSalle dépasse largement les frontières du Québec.

Cela fait maintenant près de vingt ans que le Collège LaSalle est présent à l'étranger. Son réseau compte aujourd'hui 21 écoles, dont les établissements et les campus sont situés au Maroc, en Tunisie, en Algérie, mais aussi en Turquie, en Indonésie, aux Philippines et même en Chine.

Ce réseau international n'est pas le fruit du hasard. «Dès 1987, explique Jacques Marchand, directeur général du Collège LaSalle, nous avons mis en place un plan de développement. S'appuyant sur les statistiques de l'époque, on pouvait déjà prévoir une baisse de clientèle, due à la dénatalité, qui se produirait dans les années à venir.» Comptant à l'époque environ 3000 étudiants et pourvu d'une infrastructure en mesure de les accueillir, ce collège privé ne pouvait se permettre une baisse du nombre d'étudiants.

«Nous avions déjà à l'époque plusieurs étudiants étrangers, poursuit Jacques Marchand, et il était donc possible de chercher à augmenter leur présence, ce que nous avons fait. Mais attirer plus d'étudiants étrangers ne nous semblait être qu'une partie de la réponse et nous pensions qu'il était aussi possible d'exporter le savoir québécois à l'étranger.» L'occasion se présente en 1989 et, grâce à l'appui de l'ACDI, le Collège LaSalle ouvre, avec un partenaire marocain, une première école de mode à Casablanca.

La qualité québécoise

Au fil des ans, le Collège LaSalle de Montréal a diversifié ses offres de formation afin de mieux répondre aux nouvelles exigences du marché du travail. Malgré cette diversification, le Collège LaSalle possède toujours ses créneaux d'excellence qui ont fait sa réputation, soit, entre autres, le design de mode, la restauration et l'hôtellerie ainsi que l'informatique.

Règle générale, le Collège LaSalle, lorsqu'il ouvre un nouvel établissement à l'étranger, propose d'abord un programme de formation qui s'inscrit dans ses créneaux d'excellence, si bien sûr cette formation est celle qui est en demande. Les premières années, la direction et l'enseignement sont assurés par du personnel québécois. «Mais dès que nous pouvons embaucher du personnel local, nous le faisons, précise Jacques Marchand. Souvent, ce sont des personnes étrangères que nous avons formées à Montréal et que nous embauchons lorsqu'elles retournent dans leurs pays. D'au-tres fois, ce sont des personnes que nous avons formées sur place.» L'idée derrière cette démarche est de faire en sorte que l'établissement à l'é-tranger soit ultérieurement sous la gouverne de person-nes provenant de la localité où il se trouve, tout en maintenant un contact étroit avec la direction montréalaise.

La formation qui est dispensée dans les établissements internationaux du Collège LaSalle est strictement la même que celle que recevraient les étudiants étrangers venus étudier à Montréal. «On fait évidemment certaines adaptations afin de tenir compte de la réalité culturelle de l'endroit. Par exemple, la formation de cuisinier tiendra compte des mets locaux, comme le couscous au Maroc. Mais, au-delà de cela, la formation est strictement la même. Un informaticien formé en Tunisie possède les mêmes connaissances que celui qui a été formé à Montréal. Il a travaillé avec les plus récents logiciels et la plus récente technologie. Sa mobilité est parfaite. Il peut travailler au Québec comme en Tunisie ou ailleurs dans le monde.» D'ailleurs, les finissants des établissements étrangers reçoivent un diplôme du Collège LaSalle, diplôme évidemment homologué auprès des autorités locales.

Un réseau international progressif

La première école installée à Casablanca ayant été un succès, le Collège LaSalle a donc répété l'expérience, de sorte qu'il possède maintenant un réseau de 21 établissements, dont le dernier, qui vient tout juste d'ouvrir, se trouve à Monterrey, au Mexique.

La démarche qui conduit à l'ouverture d'un établissement est toujours la même: on procède de façon progressive. «Lorsqu'on a commencé à l'international, on cherchait à le faire avec un partenaire local. Mais, depuis, on s'est rendu compte que cela pouvait être parfois contraignant. Aujourd'hui, là où on le peut, on préfère démarrer seul, quitte à être beaucoup plus modeste. De toute façon, il faut environ cinq ans pour construire une bonne clientèle. Cela nous permet de bien nous installer et de nous faire connaître auprès de la population locale. Ensuite, si on veut, il devient alors plus facile de trouver un partenaire local qui partage nos vues et notre façon de faire.»

On procède aussi de la même façon en ce qui concerne l'offre de formation. «On offre d'abord le ou les programmes de formation qui sont les plus en demande dans la localité. Ensuite, on rajoute de nouveaux volets, de nouvelles formations, en tenant compte de l'évolution de la situation.» Il en va de même des infrastructures mises à la disposition des étudiants, qui évoluent selon la clientèle et la formation à offrir.

Un campus à Rabat

«Par exemple, nous venons tout juste d'inaugurer un nouveau bâtiment à Rabat, au Maroc. Nous avons déjà 300 étudiants à Rabat et ce nouvel édifice fait augmenter notre capacité à 600 étudiants. Il est situé à côté de l'ancien édifice, qui sert encore, et les deux forment un petit campus. Le terrain sur lequel nous nous trouvons est assez grand pour y rajouter éventuellement une école de mode. Dans ce cas, notre campus à Rabat pourra recevoir jusqu'à 800 étudiants.»

Les établissements internationaux du Collège LaSalle ne vivent pas en vase clos, et chaque établissement tisse des liens non seulement avec la communauté dans son ensemble, mais en particulier avec les entreprises et les gens d'affaires locaux. «Nos collèges sont à la fine pointe de la technologie et nous avons le souci de servir en tant qu'intégrateur.»

Le réseau international du Collège LaSalle est appelé à croître, mais ici aussi cette croissance sera progressive. La réputation du Collège LaSalle, basée sur la qualité de l'éducation et de la formation qu'on y dispense, ne saurait souffrir de précipitation. Malgré cela, il ne fait pas de doute que le réseau international est devenu une composante-clé des activités du Collège LaSalle. À preuve, on compte 4000 étudiants à Montréal et 10 000 dans le réseau international, ce qui fait que les deux tiers de la clientèle du Collège LaSalle se trouvent présentement à l'étranger.

***

Collaborateur du Devoir