Les soins de la peau, plus qu’une question d’esthétique

Jessica Dostie
Collaboration spéciale
Selon les experts, pour préserver les bons microbes de la peau, il faut adopter un régime de soins minimaliste, loin des rituels à la coréenne en une dizaine d’étapes.
Photo: Nsey Benajah/Unsplash Selon les experts, pour préserver les bons microbes de la peau, il faut adopter un régime de soins minimaliste, loin des rituels à la coréenne en une dizaine d’étapes.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Superficiels, les soins de la peau ? On a souvent l’impression que cette industrie hautement lucrative ne nous vend que du rêve… et des rituels beauté en dix étapes. Pourtant, certains gestes — nettoyer notre épiderme, l’hydrater au besoin et le protéger des rayons UV — demeurent indispensables afin de garder son organe en santé. Des experts de la peau (et des petits pots !) nous aident à départager l’essentiel du superflu.

Immense organe, notre peau couvre une surface de quelque deux mètres carrés. « La peau est un organe fascinant et complexe à la fois, résume la directrice scientifique internationale de Lancôme, Annie Black, une chercheuse québécoise qui travaille en France dans les laboratoires de la marque. Le plus important, c’est d’assurer la santé de sa fonction barrière. » Comment ? Entre autres en nous occupant de notre microbiote cutané ou, autrement dit, des bonnes bactéries qu’on trouve naturellement sur la peau.

En ce sens, le moindre déséquilibre microbien peut engendrer des problèmes de peau, nous apprend la science. Ce serait même l’une des causes de l’eczéma, rappelle le médecin et journaliste américain James Hamblin dans Clean: The New Science of Skin, un essai paru en 2020 et qui détonne à notre époque aseptisée. « On fait aujourd’hui de la recherche de pointe sur le sujet », confirme Annie Black.

« Bien sûr, on ne s’occupe pas de notre peau comme on s’occupe d’un rein ou d’un cœur, mais comme pour la plupart des choses, tout est question d’équilibre et de modération », ajoute Mireille Vega, créatrice de la marque québécoise V*GAM.

Finis les produits décapants. Pour préserver les microbes de la peau, on doit faire preuve de délicatesse, peu importe notre type de peau. La biochimiste mise ainsi d’abord et avant tout sur une routine de soins du visage simplifiée, loin des rituels à la coréenne en une dizaine d’étapes. « Je préconise un nettoyage par jour, soit le soir avant d’aller au lit. Le matin, un simple rinçage à l’eau suffit le plus souvent. »

Prescription dermatologique

 

Dermatologue au CHUL, Geneviève Thérien prescrit également un régime de soins de la peau minimaliste. « C’est important de laver sa peau et son visage une fois par jour avec un nettoyant doux, sans savon et donc au pH plus acide, explique-t-elle. En utilisant ce genre de nettoyant, on préserve la couche lipidique qui sert de nourriture aux micro-organismes. »

L’hydratant, en revanche, n’est pas toujours essentiel, nuance la Dre Thérien. « Si notre peau tiraille, c’est un signe qu’on en a besoin. » Quel produit choisir ? Chose certaine, ce n’est pas parce qu’une crème coûte cher qu’elle est meilleure qu’une autre, selon elle. « Il y a des crèmes plus intéressantes que d’autres pour hydrater la peau, par exemple celles qui contiennent des céramides ou de l’acide hyaluronique. Après, c’est une question de goût, de texture. Oui, il y a du marketing, mais la crème la plus dispendieuse sera-t-elle plus efficace ? Parfois oui, parfois non. Il n’y a pas de produit miracle qui est bon pour tout le monde. Je dis souvent à mes patients : essayez plusieurs échantillons et choisissez celui que vous préférez et qui convient le mieux à votre budget et à vos valeurs. »

Dernière étape, mais non la moindre : la protection solaire. Ici encore, on a l’embarras du choix. « Les écrans solaires organiques [minéraux] et inorganiques [chimiques] sont tout aussi efficaces, signale-t-elle. L’important, c’est d’en mettre tous les jours, même l’hiver. »

Ce n’est pas plus compliqué. Le reste — masques, sérums et tutti quanti ? « C’est du bonbon, juge Mireille Vega. On se fait un masque pour l’expérience. Ici, on ne parle plus de soins fonctionnels, mais davantage d’un plaisir. Comprenez-moi bien : je n’ai rien contre les masques. Si ça vous fait du bien, pourquoi pas ? »

Des produits qui ont fait leurs preuves

1. Pourquoi s’encombrer de plusieurs produits quand on peut démaquiller, nettoyer et hydrater notre visage en un seul geste ? Sans même rincer !

Lait nettoyant non parfumé Nutri-B5, d’Omy Laboratoires (30 $)

2. Attention : ceci n’est pas un savon, mais bien un nettoyant doux qui apaise, nourrit et calme les démangeaisons des peaux sensibles sans les assécher.

Pain nettoyant surgras XeraCalm A.D, d’Avène (11 $)

3. Le secret de cette gamme de soins quotidiens élaborée au Québec ? Des ingrédients pré- et post-biotiques qui préservent la flore cutanée peu importe notre type de peau.

Crème visage Biotik Elements (aussi offerte dans une version pour peaux très sensibles qui ne contient pas d’huile essentielle de cèdre), de VGam (75 $)

4. Cet hydratant apaisant sans huile convient particulièrement bien aux peaux sujettes à l’acné. Et parce qu’il atténue les rougeurs grâce à des extraits de concombre et de thym, vous le trouverez particulièrement efficace en guise de produit après-soleil.

Phyto Corrective Gel, de Skin Ceuticals (82 $)

5. Ce nettoyant à l’agréable texture gel-huile convient à toute la petite famille pour nettoyer tout en hydratant l’épiderme.

Huile lavante apaisante Xémose, d’Uriage (18 $)

6. Exempt de colorants, de conservateurs de synthèse et de parfums, ce lait hydratant a été conçu pour les peaux très sèches qui ont tendance à tirailler, voire à desquamer.

Lait pour le corps à la ficoïde à cristaux, de Dr. Hauschka (65 $)

7. Un essentiel pour préserver le film protecteur de la peau malgré des lavages fréquents.

 

Crème hydratante pour les mains, soyeuse et apaisante, de Monat (30 $)

8. Si vous n’aimez pas le film blanc que laissent parfois certaines crèmes solaires organiques, essayez cette protection à large spectre à base de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc.

Haute Protection minérale Science UV+ FPS 50, de Laboratoire Dr Renaud (60 $)

9. Résultat de trois ans de recherche scientifique, et ce, autant pour ce qui est de la formule que pour ce qui est du flacon, ce sérum réunit des ingrédients auparavant jugés incompatibles mais dont l’efficacité a été scientifiquement démontrée.

Rénergie H.C.F. Triple Serum, de Lancôme (165 $)

10. Parce qu’il est nécessaire de remettre de la protection solaire au cours de la journée, et que cela n’est pas chose aisée lorsqu’on est déjà maquillé, cette poudre solaire minérale est un atout certain à conserver dans notre sac à main.

Sunbrella, de Davincia (81 $)

11. Développé avec l’aide de dermatologues pédiatriques, le nettoyant et shampoing est suffisamment doux pour ne pas agresser la peau délicate des bébés.

Nettoyant et shampoing de CeraVe Bébé, (18 $)

12. En plus d’exhaler un doux parfum, cette brume, faite d’huile de rose de Damas, a des vertus apaisantes idéales pour les peaux qui tiraillent dès qu’un changement de pH s’opère.

Brume hydratante visage, Heritage Store, (15 $)

 

À voir en vidéo