En photos | Bienvenue en utopie

Renverser la vapeur d’un système qui tourne à vide, prolonger la vie d’objets rétrogradés par la mode du jour, semer l’idée d’un monde où le don et l’échange valent leur pesant d’or, c’est le credo de Gilles Bernier et Lois Devereaux, deux beatniks sexagénaires, qui ouvrent chaque samedi les portes de leur concentré d’utopie sur fond de musique reggae.

1 Les visiteurs sont nombreux, certains habitués, d’autres, de passage, piqués par la curiosité. Marie-France Coallier Le Devoir
2 Gilles Bernier et sa conjointe, Lois Devereaux, sont propriétaires de la boutique Utopia à Sainte-Cécile-de-Whitton, en Estrie. Marie-France Coallier Le Devoir
3 Tous peuvent déposer et repartir avec des objets, tant que ça reste gratuit. Marie-France Coallier Le Devoir
4 Jeux, meubles, utilitaires... Tout peut se cacher dans cette caverne d’Ali Baba. Marie-France Coallier Le Devoir
5 Les dons sont valorisés, mais pour certains objets de valeur, le troc est préféré, pour éviter la revente d’un objet dans le but de faire de l’argent. Marie-France Coallier Le Devoir
6 Les dons sont valorisés, mais pour certains objets de valeur, le troc est préféré, pour éviter la revente d’un objet dans le but de faire de l’argent. Marie-France Coallier Le Devoir

À voir en vidéo