Tim Hortons embauche un lobbyiste

Les dépliants que Restaurants Canada produit pour diverses chaînes — dont Tim Hortons — fournissent 13 différents types d’informations nutritionnelles.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les dépliants que Restaurants Canada produit pour diverses chaînes — dont Tim Hortons — fournissent 13 différents types d’informations nutritionnelles.

La chaîne de restaurants Tim Hortons craint d’avoir un jour à divulguer l’information nutritionnelle des aliments qu’elle sert aux Québécois, si bien qu’elle a engagé une lobbyiste dont le mandat consiste à s’assurer que le gouvernement provincial n’impose pas une loi en ce sens.

Au début du mois de novembre, Tim Hortons a confié à la directrice d’une firme de relations publiques le mandat de « s’assurer que le gouvernement n’adoptera pas de règlement ou de projet de loi, par exemple sur l’affichage nutritionnelle (sic) obligatoire, qui pourrait nuire aux intérêts de l’entreprise ». En contrepartie, la lobbyiste Marie-Ève Bédard, de TACT Intelligence-Conseil, reçoit un montant de 10 000 $ ou moins pour un contrat d’un an.

Pourtant, « il n’y a pas de loi prévue à ce moment-ci », a assuré la ministre de la Santé publique, Lucie Charlebois. « On travaille sur la politique gouvernementale de prévention en santé. Ce n’est pas une loi », a-t-elle rappelé.

Un processus coûteux

Le Devoir a tenté de joindre Tim Hortons, puis Mme Bédard. Après un contact initial, les deux parties ont cessé de répondre aux demandes d’entrevue, et ce, sur une période de plusieurs jours. Chez Tim Hortons, la pratique n’est pas nouvelle. Déjà, en 2013, la célèbre enseigne canadienne avait engagé une collègue de Mme Bédard pour effectuer le même genre de pressions.

Qu’entend donc Tim Hortons par « nuire aux intérêts de l’entreprise » ? « Souvent, les produits vendus sont trop gras, trop salés, ne contiennent pas des bons gras, mais plutôt des gras saturés ou trans. Donc, ça pourrait nuire à l’image de l’entreprise », a commenté Carole Fournier, nutritionniste et présidente d’ACC Étiquetage, qui fait de l’analyse nutritionnelle et produit des tableaux de valeur nutritive, notamment. La production des tableaux de valeur nutritionnelle est aussi coûteuse : l’analyse en laboratoire d’un seul aliment peut aller jusqu’à 1000 $, a expliqué Mme Fournier.


Bientôt obligatoire en Ontario

Au Canada, l’étiquetage nutritionnel est obligatoire sur tous les aliments préemballés depuis 2007. Puisque la plupart des aliments vendus dans les restaurants et services alimentaires ne sont pas jugés comme étant préemballés par l’Agence d’inspection des aliments, ils sont exemptés de l’exigence relative au tableau de la valeur nutritive.

Mais cela n’empêche pas les provinces de légiférer sur la question. L’Ontario a adopté l’an dernier la Loi pour des choix plus sains, qui obligera à partir de 2017 les chaînes de restaurants, de dépanneurs ou d’épiceries à afficher le nombre de calories contenues dans les aliments ou les repas qu’ils vendent.

« Ici, 90 % des gens nous disent que [l’affichage des calories et de la teneur en sodium], ce n’est pas suffisant », a pourtant estimé le vice-président de Restaurants Canada, Jean Lefebvre, en entrevue au Devoir.

Des dépliants suffisent

À son avis, des dépliants déposés sur les comptoirs de commande des chaînes de restauration rapide ou la possibilité d’avoir accès à l’information nutritionnelle en ligne suffisent. « Les calories et le sodium, ce n’est pas assez, alors nous, on dit qu’il faut faire plus. Les gens surveillent plein d’autres choses, parce qu’ils ont de l’arthrite, font du cholestérol », a-t-il illustré.

Les dépliants que Restaurants Canada produit pour diverses chaînes de restauration — dont Tim Hortons — fournissent 13 différents types d’informations nutritionnelles, a-t-il souligné.

Mais sont-ils utilisés ? « À mon avis, ils pourraient l’être davantage. Il y a peut-être quelques améliorations qui pourraient être faites, par exemple pour dire où se trouver l’information », a reconnu M. Lefebvre.

Carole Fournier a proposé une autre approche. « Est-ce qu’on ne pourrait pas simplement faire des aliments plus sains ? » a-t-elle demandé. « Je suis choquée de l’apprendre », a-t-elle dit à propos de la décision de Tim Hortons d’engager une lobbyiste. « Mais je peux comprendre », a ajouté la nutritionniste, en faisant référence aux aspects financiers qui peuvent motiver le géant canadien de la restauration rapide.

Les calories et le sodium, ce n'est pas assez, alors nous, on dit qu'il faut faire plus

15 commentaires
  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 18 janvier 2016 03 h 17

    Présence de gras trans? La compagnie devrait m'informer.

    Suivant les pas de l'Ontario, l'on nous dit que le gouvernement du Québec veut intervenir et prépare une politique de prévention en santé susceptible de déboucher sur une campagne publicitaire, une réglementation et une loi. Tim Hortons sait tout ceci et préfère intervenir en amont du processus. Il faudrait espérer que son intervention se soucie principalement de la santé de ses clients actuels et futurs: actuellement, ce ne semble malheureusement pas le cas. Une aussi grosse compagnie alimentaire ne devrait pas hésiter à coopérer avec un gouvernement démocratiquement élu, à enlever les pires ingrédients de ses menus et à divulguer précisément tout ce qu'ils contiennent. Elle lèverait ainsi bien des inquiétudes sur la qualité de ses aliments et se donnerait une meilleure image corporative. D'autres compagnies alimentaires le font depuis de nombreuses années et en bénéficient probablement beaucoup. Vision corporative passéiste à courte vue?

    • Robert Beauchamp - Abonné 18 janvier 2016 11 h 26

      Marie Grégoire associée principale chez Tact ne semble pas embarassée par un quelconque conflit d'intérêts, faisant souvent partie de panels sur les chaînes d'état allant de conseils tous azimuts sur les bonnes manières, et surtout en matière d'éthique. Espérons qu'avec le temps, elle développera une petite gêne.

  • Gaston Bourdages - Abonné 18 janvier 2016 06 h 20

    Comment interpréter ce refus d'interviews avec....

    ...madame Sioui ? Puis, tant qu'à questionner, pourquoi des gens de cette compagnie de restauration rapide nourrissent-ils cette crainte d'être un jour obligés de divulguer ce qu'ils vendent ?
    J'ai appris, à la très dure, qu'une saine alimentation contribuait et à ma santé et à mon porte-feuille parce que je suis de celles et ceux qui, par mes taxes ( pas impôts, je ne gagne pas suffisamment) qui finançons le système de santé.
    Y a-t-il des conséquences à bien manger ? Y a-t-il des conséquences à mal manger ?
    Allons voi dans des hôpitaux.
    Gaston Bourdages,
    Saint-Mathieu-de-Rioux, Qc.

  • Maryse Veilleux - Abonnée 18 janvier 2016 06 h 45

    Ça en dit long...

    ... sur la qualité des produits alimentaires qu'ils servent, bref, étiquettage ou pas, il vaut mieux tout simplement s'abstenir.

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 18 janvier 2016 07 h 18

    Le combat d'arrière-garde de Tim Horton

    Si je comprends bien, à chaque fois que j’achète un café chez Tim Horton, une partie de mon argent sert à tenter de me cacher la valeur nutritionnelle des accompagnements que je serais tenté d’acheter dans l’établissement.

    Plotôt que de dépenser pour des analyses nutritionnelles (ce qui serait fait une fois pour touts), Tim Horton préfère dépenser en démarcheurs.

    Quel combat d’arrière-garde. Je pense bien que j’irai prendre mon café ailleurs dorénavant.

  • François Chartier - Abonné 18 janvier 2016 08 h 30

    Inquiétant

    Que veulent-ils cacher dans leurs menus?