Les paletas, une vague de froid pour fins gourmets

Catherine Bégin, qui a créé POPS ART, une fabrique artisanale de sucettes glacées, a laissé son travail de bureau pour « vendre du bonheur ».
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Catherine Bégin, qui a créé POPS ART, une fabrique artisanale de sucettes glacées, a laissé son travail de bureau pour « vendre du bonheur ».
Avec leurs ingrédients naturels, les paletas, ces sucettes glacées artisanales, connaissent un doux succès dans la métropole et prolongent l’été 365 jours durant.​
 

Avec leurs saveurs avocat-noix de coco ou chocolat-betteraves, les paletas, ces bâtonnets glacés d’inspiration mexicaine, n’ont rien à voir avec les sucettes aux sirops sucrés qu’on trouve au rayon des surgelés des supermarchés. Montréal surfe depuis quelques étés sur cette douce vague de froid, et quelques artisans propagent aujourd’hui leurs idées givrées dans la métropole, en réponse à une demande de plus en plus accrue pour des petites douceurs sans agents artificiels.

 

« Les Popsicles, c’est rempli de nos souvenirs d’enfance. Tout le monde en a mangé, et on a envie de renouer avec ce plaisir tout en cherchant des produits plus naturels », explique Kate Chomyshyn, de La CaTRINA, une entreprise de paletas artisanales qu’elle et sa douce moitié, Julio Guajardo, ont fondée il y a trois étés en l’honneur des sucettes glacées mexicaines que Julio mangeait dans son enfance.

 

Afin d’initier les palais québécois aux saveurs différentes, le duo conserve le côté exotique des paletas dans ses saveurs de jugo verde ou mangue/chamoy, tout en valorisant les fruits de saison. Leur Maurice Richard, le fameux « rocket » trois couleurs (framboises, vanille, citron et bleuets) est d’ailleurs tatoué 100 % Québec.

 

Les paletas se font remarquer sur la carte des desserts de restaurants et des camions de cuisine de rue des grandes villes canadiennes. Et l’engouement est facile à expliquer. Naturelles autant qu’audacieuses, elles sont conçues avec des fruits de saison et des légumes frais (La CaTRINA a déjà osé le panais), et n’hésitent pas à inviter herbes fraîches, épices, et miettes de biscuits pour plus de texture. Les enfants les aiment, les adultes encore plus, pour leur côté gourmet et l’audace des saveurs.

 

Marchand de bonheur toute l’année

 

Catherine Bégin distribue ses sucettes, signées POPS ART, à sa boutique de Saint-Henri ainsi qu’à mobylette, sur la « pops-mobile ». Pourquoi la jeune entrepreneure a-t-elle tourné le dos à son travail de bureau pour faire revivre les Popsicles ? « C’est bien simple. Je voulais vendre du bonheur. » Elle ne se lasse pas de voir les couples et les familles se partager leurs glaces le temps d’une bouchée.

 

Si un vent d’automne commence à ralentir les ventes, les deux artisans sont prêts à traverser les saisons. POPS ART est prête à affronter l’hiver dans sa boutique. Catherine Bégin travaille déjà à ses sucettes glacées spéciales pour Halloween, Noël et la Saint-Valentin pour sa boutique.

 

En passant près du centre de gym DNA Fitness, au centre-ville de Montréal, on trouvera la cuvée spéciale de paletas d’entraînement aux protéines signées La CaTRINA. Les paletas des deux chefs cuisiniers sont aussi sur les tables des restaurants Maïs et Satay Brothers, vendues au marché Atwater et offertes en commandes spéciales.

 

Kate Chomyshyn a une solution ultra-rafraîchissante pour oublier l’arrivée prochaine de l’automne : une paleta aux quatre melons du Québec (melon d’eau, melon jaune, cantaloup, melon miel). Pour du soleil plein la tête.