Airbnb accusé de réduire l’offre de logements

Dans les quartiers déjà très touristiques comme le Vieux-Québec, on craint carrément pour la vie de quartier.
Photo: Richard Taylor CC Dans les quartiers déjà très touristiques comme le Vieux-Québec, on craint carrément pour la vie de quartier.

Les nouvelles formes de tourisme à la sauce Airbnb contribuent à la spéculation et à la rareté des logements abordables, plaident des groupes de défense des locataires.

 

« Les logements qui sont loués de cette façon-là, c’est des logements en moins pour les locataires », avance Catherine Tragnée, coordonnatrice du Regroupement des comités logement et association de locataires du Québec (RCLALQ).

 

Même si la crise du logement est derrière nous, le taux d’inoccupation demeure bas et les appartements abordables sont rares, ajoute-t-elle. D’un autre côté, pour les propriétaires, la location touristique est clairement avantageuse. « C’est sûr que quand on loue une chambre à la semaine, on peut rapidement faire un profit plus élevé qu’avec le loyer mensuel d’un bail stable avec un locataire. »

 

L’organisme n’a pas de données sur l’ampleur du phénomène et son augmentation. Toutefois, Mme Tragnée a constaté que la vague Airbnb touche un territoire de plus en plus grand à Montréal. « Ça dépasse les quartiers centraux comme Ville-Marie ou le Plateau, dit-elle en donnant l’exemple de Villeray. Ça me laisse croire que le phénomène grandit. »

 

Cette semaine, le coordonnateur de l’un des groupes membre du Réseau dénonçait dans Le Devoir la multiplication de ces locations virtuelles dans l’arrondissement de Ville-Marie. « Que certains résidants décident d’utiliser cet expédient afin de “ joindre les deux bouts ” ne change rien au fait que, dans l’ensemble, l’industrie des [gîtes touristiques] exerce une pression à la hausse sur le coût du logement et contribue, à terme, à chasser de leur quartier les résidants “ ordinaires ” qui désirent y demeurer », écrivait Éric Michaud.

 

C’est pourquoi il demande que cet aspect de la question soit aussi traité au sein du comité consultatif constitué par le ministère du Tourisme en janvier pour mieux cerner le secteur de l’hôtellerie illégale. Actuellement, le comité est surtout composé de représentants du secteur de l’hôtellerie. M. Michaud suggère qu’on y ajoute des représentants du ministère des Affaires municipales, de grandes villes comme Montréal et Québec ainsi que des associations de locataires.

 

Vérification faite, le ministère des Affaires municipales y siège déjà. Pour le reste, le ministère du Tourisme « pourrait consulter, le cas échéant, certaines villes ou d’autres associations de locataires ou de résidants », a répondu un porte-parole de Tourisme Québec.

 

Au-delà de la rareté de l’offre, M. Michaud et Mme Tragnée plaident que ces nouvelles formes d’hébergement posent toutes sortes de problèmes de voisinage. « Lorsqu’on est locataire, on n’a pas le même rythme de vie qu’une personne qui est en voyage », dit Mme Tragnée en évoquant des cas de touristes faisant la fête un peu trop tard sur des balcons communs.

  

De Québec à San Francisco

 

Dans les quartiers déjà très touristiques comme le Vieux-Québec, on craint carrément pour la vie de quartier. « La société de Venise a été réduite comme peau de chagrin notamment par la spéculation et le remplacement des résidants par des gens de passage », écrivait récemment l’ex-président du comité de citoyens Louis Germain dans un blogue. La plupart du temps, écrit-il, « l’hébergeur ne cohabite pas avec le voyageur. Les hôtes ne se rencontrent pas. Ou s’ils se rencontrent, c’est pour bonjour-bonjour et voici mon cash ».

 

Dans le Vieux-Québec, le problème n’est pas nouveau et préoccupait bien avant qu’Airbnb ne fasse son apparition. Pour M. Germain, Airbnb et les autres sites Web du genre sont de très efficaces « engrais à spéculation »,mais ils ne constituent qu’une partie du problème. Dès lors, même si on forçait les utilisateurs à payer une taxe comme dans les gîtes de type « couette et café », il faudrait limiter leur nombre pour ne pas créer de déséquilibres comme dans le Vieux-Québec.

 

Au RCLALQ, on réclame carrément l’interdiction de convertir des immeubles à logements en résidences touristiques, qu’elles soient légales ou pas. Car dans un cas comme dans l’autre, « on prend un logement du marché puis on l’enlève », dit Mme Tragnée.

 

Le soi-disant impact d’Airbnb sur le marché locatif inquiète un peu partout. Aux États-Unis, la question a fait la manchette au début de l’été à la suite d’une enquête menée à San Francisco.

 

« Dans une ville où le manque d’appartements est un problème chronique, le nombre d’hébergements Airbnb qui semble ne pas être disponible sur le marché locatif est significatif », écrivait une analyste qui s’était penchée là-dessus pour le San Francisco Chronicle.

 

Les résultats montraient que les deux tiers des quelque 5000 lieux offerts dans cette ville sur le site Airbnb étaient des appartements ou des maisons en entier. Un portrait contredisant l’image d’Airbnb comme un service de location de chambres permettant d’interagir avec ses invités, notait-on.

 

Interrogé à ce propos par Le Devoir, l’un des ardents défenseurs d’Airbnb San Francisco, Peter K, a répondu que ces deux tiers n’étaient pas nécessairement loués tout le temps et que beaucoup de gens les offraient aux voyageurs pendant leurs propres vacances. Il ajoute qu’à San Francisco, la majorité des hôtes utilisateurs d’Airbnb (86 %) n’annoncent qu’un seul lieu, ce qui démontre, selon lui, que les gens louent leur propre résidence pour de courtes périodes.

À voir en vidéo