Du gibier sauvage dans les restaurants

Le cerf de Virginie est un gibier populaire pendant la saison de la chasse.
Photo: Agence France-Presse (photo) Clément Sabourin Le cerf de Virginie est un gibier populaire pendant la saison de la chasse.

L’interdiction est partiellement levée. Québec a annoncé dimanche la création d’un projet pilote permettant à une poignée de restaurateurs de mettre du gibier sauvage à leur menu, uniquement pendant la période de la chasse. Au nom de la mise en valeur du patrimoine gastronomique et identitaire québécois, plusieurs grands chefs de la province ont réclamé ce privilège dans les dernières années.

 

Au total, dix établissements de restauration de Montréal, Québec, du Bas-du-Fleuve et de Charlevoix vont pouvoir, dès l’automne prochain, servir ce type de viande obtenue par la chasse et le piégeage, et dont la commercialisation était jusque-là illégale, et ce, en vertu de lois visant à protéger la faune du Québec d’une surexploitation. Le lièvre d’Amérique, le cerf de Virginie ainsi que quelques autres espèces vont alimenter ce projet pilote, dans des quantités limitées, ont indiqué dimanche les ministres de l’Environnement et du Tourisme à l’occasion d’une conférence de presse tenue dans le restaurant Toqué ! à Montréal, un des restaurants qui vont prendre part à cette « nouvelle aventure gastronomique », a résumé le gouvernement.

 

« La chasse et la consommation de gibier sauvage sont intimement liées à notre histoire et à notre patrimoine alimentaire », a résumé le ministre de l’Environnement, Yves-François Blanchet, tout en rappelant que ce projet pilote devrait permettre d’évaluer la possibilité d’introduire plus largement ce type de viande au menu des restaurants tout en « limitant les impacts négatifs sur les populations de gibiers sauvages ».

 

Le Québec devient ainsi le premier territoire en Amérique du Nord à permettre la consommation de viandes sauvages dans les restaurants.

1 commentaire
  • François Robitaille - Inscrit 24 février 2014 11 h 55

    Du Coyote, ça se mange-tu?

    S'ils veulent en faire commerce, y en a pas mal trop dans mon coin!!

    Mais plus sérieusement, le projet me semble intéressant, tant qu'on continu de mesurer la population des espèces. J'ai comme une petite impression qu'on a en masse de petits gibiers....Vu la quantité de prédateurs.