Livres – Vert. Histoire d’une couleur, Michel Pastoureau

L’ouvrage retrace l’histoire sociale, culturelle et symbolique du vert dans les sociétés européennes, de l’Antiquité grecque à nos jours. Longtemps difficile à fabriquer, et plus encore à fixer, le vert n’est pas seulement la couleur de la végétation, c’est aussi et surtout celle du destin. Couleur incertaine, courtoise, dangereuse, secondaire, apaisante, le vert n’aurait cessé d’osciller d’une époque à l’autre. Tantôt on l’adore, tantôt on le hait. Au Moyen Âge, il est à la fois tentateur, bienveillant, associé au péché. À la jeunesse aussi. Par la suite, il est la couleur du diable, des démons, du poison, des sorciers, des dragons et de toutes les créatures infernales qui l’accompagnent. Puis, apparaît le verdâtre, couleur ni franche ni vive associée à la moisissure, à la maladie, à la putréfaction, aux cadavres. Il faudra attendre la seconde moitié du XVIIIe siècle et l’éveil du sentiment romantique pour que le vert retrouve une certaine dignité. Le vert n’est plus la couleur instable et agitée d’autrefois. Il défend l’environnement. Le vert sauvera-t-il la planète ?