Ceci n'est pas de la bière

La boisson à saveur de vodka, ce n'est pas de la vodka. Québec fait le ménage dans le marché des «coolers» et impose désormais un étiquetage qui force les fabricants de boissons à base de malt aromatisées à la vodka ou au rhum à les présenter comme telles, et non pas comme des spiritueux, comme c'est souvent le cas.

Les modifications législatives, dont les grandes lignes ont été publiées dans la dernière livraison de la Gazette officielle du Québec, vont entrer en vigueur au milieu du mois. Les mentions «mélange à la bière» ou «cocktail au malt» devront alors être inscrites sur l'emballage de ces boissons populaires. L'illustration ne doit également créer «aucun risque de confusion ou de méprise dans l'esprit du consommateur», qui pouvait effectivement confondre ces boissons panachées avec de véritables cocktails à base de spiritueux.

Le nouveau règlement survient alors que ces boissons semblent en perte de vitesse auprès des jeunes consommateurs, clientèle cible qui semble leur préférer le vin, selon les récentes données économiques livrées par la Société des alcools du Québec (SAQ). L'Association des brasseurs du Québec a indiqué qu'elle analysait le règlement, mais qu'elle n'envisage pas d'impact néfaste sur les activités de ses membres, a-t-elle indiqué hier au Devoir.