À chaque province son plat favori

L'opinion publique s'est prononcée. Au Québec, c'est le fromage produit localement que l'on aime manger, bien avant les fraises, les pommes et le sirop d'érable. Cela nous distingue sérieusement des habitants des provinces maritimes, qui eux préfèrent... le homard, indique un sondage Ipsos-Reid effectué pour le compte des Diététistes du Canada, un groupe de pression versé dans la chose alimentaire. Les résultats ont été dévoilés hier, histoire de donner le coup d'envoi du Mois de la nutrition au pays, une campagne de sensibilisation au «bien manger».

Dans les grandes lignes, le coup de sonde vient confirmer les disparités culturelles au pays. Dans les assiettes, du moins. Ainsi, en Colombie-Britannique, les aliments locaux les plus appréciés sont les légumes frais, selon ce sondage effectué entre le 25 novembre et le 9 décembre dernier auprès de 2201 adultes, d'un océan à l'autre.

Avec une marge d'erreur de 2,1 %, 19 fois sur 20, les Albertains ont voté pour le boeuf — qui est aussi l'aliment préféré des Canadiens dans leur ensemble. Le Manitoba et la Saskatchewan se sont prononcés pour le maïs en épi, alors que l'Ontario n'en démord pas: la pomme est l'aliment local préféré de ses habitants.

Cette mesure de l'opinion vient également confirmer quelques préjugés tenaces dans la population. Ainsi, 54 % des Québécois croient que les fruits et légumes produits localement sont plus riches en vitamines et en minéraux que ceux qui sont importés. Une chose que la science n'a pas réussi à démontrer pour le moment.

Pour la 29e édition de son Mois de la nutrition, le groupe de diététistes, qui regroupe 6000 spécialistes au pays, a décidé de faire de l'achat local le coeur de son programme annuel de sensibilisation. Et les consommateurs du Québec semblent d'ailleurs y être plus que réceptifs, démontre le sondage.

Une grande majorité des répondants d'ici ont en effet une perception très positive des produits provenant de leur région. Pour eux, ces aliments sont sains — 98 % l'affirment —, frais (95 %), sécuritaires (86 %), abondants (87 %) et diversifiés (89 %).
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 27 février 2010 21 h 21

    Pointe de vue

    Je en sais pas à quelle question exacte ont répondu les 54 % de Québécois qui ont dit croire que les fruits et légumes produits localement sont plus riches en vitamines et en minéraux que ceux qui sont importés. Il s'agit ici de compatibilité entre les fruits et légumes produits localement et leur système digestif. Manger local aurait d'autres vertus que d'encourager l'économie locale.
    Roland Berger
    St Thomas, Ontario