Loblaw ne vendra plus de poissons menacés, Greenpeace applaudit

Le groupe environnemental Greenpeace a salué hier la feuille de route que vient d'adopter Loblaw pour cesser la vente d'ici 2013 de tous les poissons menacés d'extinction, dont l'aiglefin et le flétan font partie. Le géant canadien de la distribution alimentaire répond ainsi aux demandes pressantes des écologistes, qui exigent depuis des mois que les poissons vendus au Canada répondent à des critères d'approvisionnement durable. Loblaw, tout comme ses concurrents, était régulièrement montré du doigt.

«Cette décision va dans la bonne direction pour les océans, a résumé hier Beth Hunter, coordonnatrice de la campagne Océans de Greenpeace. En effet, 90 % des grands poissons prédateurs ont déjà disparu de nos océans, et il est grandement temps de retirer toutes les espèces [menacées d'extinction] de nos tablettes.»

Hier, cinq supermarchés Loblaws du Québec ont ouvert le bal en n'offrant plus à sa clientèle des poissons dits «à risque» et en l'indiquant clairement sur les étalages. Ailleurs au pays, d'autres supermarchés sélectionnés en ont fait tout autant. «Le but est d'éduquer les consommateurs sur les choix de poissons et fruits de mer issus du développement durable», a indiqué la compagnie par voie de communiqué, qui n'a toutefois pas détaillé la liste complète des poissons qu'elle souhaite à l'avenir retirer de ses tablettes.

Au total, 15 poissons et fruits de mer se retrouvent sur une liste rouge établie par Greenpeace, qui pointe ainsi les espèces dont les méthodes de pêche mettent en péril la survie à court ou à moyen terme. Les poissons d'élevage, quand ils font planer un risque pour l'équilibre écologique, sont aussi visés. La liste comprend l'espadon, la crevette tropicale, le flétan de l'Atlantique, la mactre de Stimpson, les pétoncles géants de l'Atlantique, le thon rouge et le saumon de l'Atlantique d'élevage. Entre autres.

En mai dernier, Greenpeace a accusé les grandes enseignes de la distribution alimentaire de contribuer à l'épuisement des ressources halieutiques par des politiques d'approvisionnement inappropriées. Loblaw a décroché seulement 2,4 points sur 10 pour ses pratiques et appuis à des initiatives durables, loin toutefois devant Sobeys (1,1 sur 10), Wal-Mart (1 sur 10), Costco (0,7 sur 10) et Metro (0,1 sur 10) après examen de leurs poissonneries.