Aliments du Québec: un logo qui rapporte

Actuellement, près de 6000 produits se présentent dans les épiceries comme étant des «Aliments du Québec», dont les tomates Savoura.
Photo: Jacques Nadeau Actuellement, près de 6000 produits se présentent dans les épiceries comme étant des «Aliments du Québec», dont les tomates Savoura.

Les consommateurs en quête de produits alimentaires d'ici passent généralement de la parole à l'acte. C'est du moins ce qu'indique une étude comportementale de l'Université de Sherbrooke portant sur l'étiquette de provenance «Aliments du Québec». Un logo qui, une fois apposé sur un produit, fait généralement mousser sa popularité auprès des adeptes de l'achat local, indiquent les auteurs.

Orchestrée dans quatre supermarchés de la Montérégie par la Chaire Bombardier de gestion de la marque pour le compte d'Aliments du Québec, cette analyse a ciblé 15 produits locaux offerts aux consommateurs tantôt avec logo, tantôt sans. La sauce BBQ de marque Cordon Bleu, la mozzarella râpée Saputo, le jambon Olymel, la margarine Nuvel, les croustilles Miss Vickie's ou encore la crème glacée Coaticook étaient du nombre.

Résultats? En revêtant des attributs régionalistes, ces produits ont vu leur part de marché augmenter en moyenne de 2,8 %, ont indiqué hier les responsables de l'enquête à l'occasion d'une conférence tenue en marge du Salon international de l'alimentation (SIAL) qui a ouvert ses portes hier à Montréal. Il s'agit «d'un effet assez important», selon eux, 1 % de part de marché pouvant facilement se traduire par des milliers de dollars de revenus supplémentaires.

Dans le détail, le cheddar deux ans de marque Perron semble tirer profit de cette étiquette qui fait grimper sa popularité, selon cette enquête qui s'est étendue sur 39 semaines, de... 22 %. Le saumon fumé Grizzly a vu lui aussi sa part de marché bondir, de 4 %, en exposant le logo d'Aliments du Québec.

«Ces résultats sont faramineux, a commenté hier Lyne Gagné, directrice générale d'Aliments du Québec. Cela fait des années que nous cherchions des arguments pour inciter les transformateurs et les distributeurs à intégrer ce logo sur leurs produits. Tous se demandent si ça donne quelque chose. Ils ont maintenant une réponse.»

6000 produits

Actuellement, près de 6000 produits se présentent dans les épiceries comme étant des Aliments du Québec. Pas moins de 80 % de leurs ingrédients proviennent d'ici, selon les conditions d'utilisation du logo. Il en coûte entre 100 $ et 1000 $ par an aux 380 entreprises actuellement membres pour l'usage de cette étiquette, une marque de commerce du Conseil de promotion de l'agroalimentaire québécois (CPAQ).

Cet organisme sans but lucratif a été fondé en 1996 par le ministère de l'Agriculture, l'Union des producteurs agricoles (UPA), mais aussi par des représentants de l'industrie de la transformation alimentaire et de la grande distribution pour accroître la visibilité et les ventes des produits alimentaires du Québec. Et ce, dans une logique de développement économique.

Les consommateurs y sont d'ailleurs sensibles. En 2004, une mesure de la notoriété de cette marque menée par Descaries & complices a indiqué que 69 % des répondants étaient capables de reconnaître ce logo. Juste après la certification biologique, reconnue par 75 % des gens.

Par ailleurs, près de la moitié des consommateurs disent rechercher ce marqueur identitaire lors de leurs achats, selon un sondage Léger Marketing datant de 2007. Plus du tiers sont également prêts à dépenser 5 $ et plus pour un produit alimentaire qui s'accompagne de retombées économiques locales.

À voir en vidéo