Musique hors scène - Des Noëls mais aussi le Rameau et le Rousseau

Vous êtes mélomane, ou quelqu'un dans votre famille l'est? Voici quelques idées qui ne décevront aucun amateur de musique.

Premier avantage de l'année 2008 par rapport à 2007: l'existence de belles nouveautés à thématique de Noël. Le premier choix est Assisi, Christmas Cantatas, des oeuvres baroques italiennes du début du XVIIIe siècle en provenance de la bibliothèque du couvent franciscain d'Assise, dont cinq sont enregistrées en première mondiale. Le CD édité par Phoenix Edition est placé sous la direction de Werner Ehrhardt, l'ancien konzertmeister du Concerto Köln. En appendice de ces raretés, Ehrhardt dirige le fameux Concerto grosso pour la nuit de Noël, de Corelli.

L'autre parution intéressante, dans un tout autre style, est celle du Noël romantique français, par le Choeur Bach de Mayence et l'Arpa Festante de Munich, chez Deutsche Harmonia Mundi. Dans ces oeuvres de Saint-Saëns (Oratorio de Noël), Franck, Gounod et Fauré, le ton est un peu à la componction, mais l'ensemble dégage un vrai sentiment religieux en dépit du ténor pincé qui oeuvre parmi les solistes.

Sur le papier, le Dialogue sur la Naissance du Christ, de Reinhard Keiser, couplé au Magnificat en ut, de Graupner, chez Carus aurait dû être la parution la plus intéressante. Mais la réalisation de la Rastatter Hofkapelle frise, hélas, l'amateurisme. Même déception pour les récitals vocaux de solistes. Le «nouveau» baryton finlandais Juha Uusitalo (Sony) bonimente trop pour qu'on y croie.

Coffrets

L'autre discipline éditoriale éminemment hivernale est le «beau coffret». La chose coïncide cette année avec la nouvelle manie de regrouper en vrac tous les enregistrements d'un interprète dans une boîte économique, ce qu'EMI vient de faire — après Karajan — pour David Oïstrakh et Mstislav Rostropovitch.

Deutsche Grammophon vient à ce titre de publier une Symphony Edition consacrée à Herbert von Karajan, avec les intégrales des symphonies de Beethoven, Brahms, Bruckner, Mendelssohn, Schumann et Tchaïkovski, ainsi que les principales symphonies de Haydn et Mozart. C'est évidemment le genre de «beau cadeau» qui vaut largement son prix, même si on peut renâcler devant l'approche trop lourde du chef autrichien dans Bruckner, Haydn, Mendelssohn et Schumann. Toute question d'objet mise à part, pour la connaissance de l'art de Karajan, on peut s'en tirer avec les intégrales de Beethoven et Brahms, et Tchaïkovski, éventuellement, en complément. Elles sont disponibles en coffrets isolés.

L'année Haydn nous vaut de recevoir plusieurs coffrets de chez Naxos. L'intégrale des Symphonies est trop hétérogène, et dans les Sonates pour piano, Ronald Brautigam (sur étiquette Bis) fait trop d'ombre à Jenö Jando, le pianiste Naxos. Par contre, le coffret des Quatuors à cordes enregistrés par le Quatuor Kodaly est plus qu'utile, car la concurrence est maigre et le corpus des quatuors de Haydn reste un pilier trop méconnu de l'histoire de la musique. La notice, qui semble conséquente, n'est qu'unilingue anglaise et offre des informations précieuses mais minimales.

Le grand coffret des Fêtes de 2008 est de ce fait, assurément, et de très loin, celui des 200 ans de musique à Versailles (1600-1800), publié à l'occasion du 20e anniversaire du Centre de musique baroque de Versailles. Cette caverne d'Ali Baba sonore contient 20 CD, dont une majeure partie d'inédits (enregistrements et répertoire), agencés thématiquement et chronologiquement. Il semble que les coffrets d'exportation (donc ceux distribués au Canada) contiennent la version anglaise de la notice. Les textes chantés en français y sont heureusement reproduits en langue originale.

Livres et DVD

Au chapitre des ouvrages musicaux, la question ne se pose même pas: le livre qui s'impose est l'édition critique du Dictionnaire de musique de Jean-Jacques Rousseau, publiée par Claude Dauphin, professeur à l'UQAM, musicologue et spécialiste de Rousseau et des encyclopédistes (Éditions Peter Lang). Un seul mot s'impose à la lecture de la chose: lumineux! Certes, l'ouvrage n'est pas très grand public, mais pour qui s'intéresse à la musique ou la pratique, cette édition critique référentielle, menée par Claude Dauphin et cinq autres musicologues, est une mine d'or. Évidemment, offrir (ou s'offrir) conjointement le coffret 200 ans de musique à Versailles et cet ouvrage devient l'absolu nirvana festif du mélomane de goût!

En DVD, la pléthore de parutions impose un article spécifique, mais si vous désirez ajouter à votre environnement audiovisuel un lecteur de DVD Blu-Ray, ce qui pourrait bien être la tendance en 2008... Voici un quatuor de parutions pour inaugurer votre collection d'opéras: le Don Giovanni, de Mozart, par René Jacobs au Festival d'Innsbruck 2006 (Harmonia Mundi), l'irrésistible Gianni Schicchi, de Puccini, à Glyndebourne en 2004 (Opus Arte), L'Amour des trois oranges, de Prokofiev, mis en scène par Laurent Pelly à Amsterdam en 2005 (Opus Arte) et le Zoroastre, de Rameau, à Drottningholm en 2006, sous la direction de Christophe Rousset.

Évidemment, ce Zoroastre (qui existe aussi en DVD traditionnel) ne dépare pas le coffret versaillais et le dictionnaire! Avis aux amateurs...

***

Collaborateur du Devoir

***

Recommandations:

Assisi, Christmas Cantatas,

Phoenix Edition 149

Noël romantique français, Deutsche Harmonia Mundi 88697366582 (distr. Sony)

Haydn: Les Quatuors à cordes, Naxos 25 CD 8.502 400

200 ans de musique à Versailles,

20 CD MBF 1108 (distr. Naxos)

Claude Dauphin: Le Dictionnaire de musique de Jean-Jacques

Rousseau, une édition critique,

Peter Lang éditeur (Berne).

DVD Blu-Ray, Chez Harmonia Mundi: Don Giovanni, Chez Opus Arte: Gianni Schicchi, L'Amour des trois oranges et Zoroastre.