Madrid: le gratte-ciel incendié menace de s'effondrer

Au moins six étages supérieurs de la tour Windsor, en plein centre de Madrid, se sont effondrés sur des niveaux inférieurs trois heures après le début du sinistre.
Photo: Agence Reuters Au moins six étages supérieurs de la tour Windsor, en plein centre de Madrid, se sont effondrés sur des niveaux inférieurs trois heures après le début du sinistre.

Madrid — Un incendie spectaculaire a ravagé toute la nuit une tour d'une trentaine d'étages et de 106 mètres de hauteur dans le centre de Madrid, et les autorités espagnoles craignaient encore hier un effondrement de cet immeuble de bureaux.

La cause exacte de ce sinistre, le plus important qu'ait connu la capitale espagnole dans un passé récent, restait inconnue, même si l'hypothèse d'un court-circuit a été évoquée. Seules sept personnes ont été légèrement blessées.

Hier soir, les températures encore trop élevées et la présence d'épaisses fumées empêchait toujours les pompiers de pénétrer à l'intérieur de la tour Windsor, l'un des plus hauts immeubles de bureaux de Madrid.

Des flammes immenses ont englouti les flancs de la tour Windsor, qui était apparemment vide lorsque l'alarme s'est déclenchée samedi vers 23h20. Des morceaux de la façade dorée sont tombés les uns après les autres, tandis que des explosions sourdes s'échappaient du bâtiment. Au moins six étages supérieurs se sont effondrés sur des niveaux inférieurs trois heures après le début du sinistre.

«Il s'agit du plus gros incendie qu'ait jamais connu cette ville», a reconnu devant la presse le maire de la capitale espagnole, Alberto Ruiz-Gallardon. Ce dernier a estimé que la tour présentait toujours un risque d'effondrement et a donc ordonné la fermeture des commerces voisins pour plusieurs jours.

Les températures ont atteint jusqu'à 800 °C, selon Javier Sanz, le chef des pompiers madrilènes.

Sept pompiers ont été soignés pour des blessures légères, mais seul l'un d'entre eux a été hospitalisé pour des inhalations de fumée. Si aucun mort n'était à déplorer, le bâtiment se consumait comme une bougie et les autorités redoutaient un écroulement de la structure toute entière.

Une référence dans le quartier des affaires

«Techniquement, nous ne pouvons pas dire que l'incendie est maîtrisé», a reconnu Alberto Ruiz-Gallardon. «La situation est toujours critique». Il a précisé que les immeubles voisins seraient probablement interdits d'accès jusqu'à mercredi, alors que le trafic des trois lignes de métro circulant sous ou près de l'immeuble endommagé serait réduit.

Le chef du gouvernement espagnol Jose Luis Rodriguez Zapatero s'est rendu sur les lieux hier afin de «remercier» l'ensemble des personnes mobilisées sur l'incendie depuis le début de la matinée.

Des centaines de badauds étaient rassemblés derrière les barrières de sécurité pour assister aux opérations. «Cela vous donne un sentiment d'insécurité», a commenté Paola Mendez, une employée de bureau qui travaille dans un autre quartier de la ville. «Il n'est pas si vieux.»

Construite entre 1973 et 1979, la tour Windsor est une référence dans le quartier d'affaires de Madrid. La plupart de ses bureaux étaient occupés par la société d'audit et de conseil financier Deloitte Touche Tohmatsu. Le bâtiment était entouré d'échafaudages depuis des travaux récents. Une grande grue était installée sur son toit.