Quand les Québécois s’embrassaient sur la bouche entre parents et amis

Iliann reçoit un baiser de sa mère, Annick, à la façon d’autrefois.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Iliann reçoit un baiser de sa mère, Annick, à la façon d’autrefois.

Au Québec, tout commence par un cul et finit par un bec, dit en substance la célèbre chanson de Pierre Bourgault chantée par Robert Charlebois. Longtemps, pourtant, ce contact labial qu’est le baiser ne fut pas du tout lié à une affaire de cul. Il scellait plutôt un engagement de fidélité et de proximité. Aussi était-il courant au Québec de s’embrasser sur la bouche entre parents et amis.

On s’embrassait sur la bouche en particulier à l’occasion de célébrations ou de retrouvailles fraternelles. Mais cette tradition du bec sur les lèvres s’est évanouie assez vite au tournant des années 1960.

Le « beau bec »

Si le baiser permet de comprendre l’évolution d’une société, rien pourtant ne semble avoir été écrit à ce jour sur l’histoire du baiser québécois.

La sexologue Jocelyne Robert constate ce vide. Elle se souvient pourtant que dans sa belle-famille, encore au tout début des années 1970, on perpétuait cette pratique du bec sur la bouche en famille.

« Ma fille, qui était toute petite, détestait cela. Elle disait que sa grand-mère donnait des becs mouillés. […] Quand sa grand-mère réclamait son “beau bec”, elle allait se cacher. Je n’aimais pas ça moi non plus. Je me souviens des gros partys du temps des Fêtes : tout le monde se faisait la bise, bec à bec. »

Le baiser pointé

Le bec à bec n’était pas du tout un baiser voué à l’appréciation des muqueuses de son vis-à-vis. « Le bec se pointait bien fermé », précise Jocelyne Robert. Sa belle-mère « a toujours fait la bise ainsi, à ses fils et filles, aux parents et amis ». Ces gens venaient du quartier populaire de Saint-Henri, mais vivaient alors dans ce qu’on appelait Croydon, une localité qui couvrait la partie sud-est de la ville de Saint-Hubert et qui doit son nom à une banlieue de Londres. C’était une pratique répandue dans le monde populaire.

 

Dans la série télévisée J’ai la mémoire qui tourne, on voit cette pratique courante illustrée dans plusieurs extraits de films de famille datés de l’après-guerre. Parents et amis s’embrassent sur la bouche tout naturellement en témoignage évident de leur proximité et de leur réciprocité.

Janette Bertrand, habituée des courriers du coeur des années 1950, commente ces images. Elle dit : « Tout le monde s’embrassait sur la bouche. Mon père, si je l’avais embrassé sur la joue, il m’aurait dit : “J’ai-tu mauvaise haleine ?” C’était une tradition qui vient d’autrefois. […] S’embrasser sur la joue, c’était comme une insulte. »

Cet autrefois qu’évoque Janette Bertrand remonte en fait à une structure sociale lointaine où la chrétienté pratique un baiser dit de la paix ou de l’amitié. Selon les travaux de l’historien Yannick Carré, le baiser chaste entre les individus symbolise notamment la recherche d’une harmonie sociale qui correspond à un point d’apogée du Moyen Âge. Le contact des lèvres avec d’autres lèvres rend compte non pas de l’amour physique, mais d’une déférence affective, intellectuelle et spirituelle qu’on ne lui prête plus aujourd’hui.

La signification du baiser sur la bouche change beaucoup au fil du temps. Les racines de la pratique québécoise du baiser remontent à d’anciens rituels féodaux et chrétiens. Le baiser sur la bouche va un temps faire partie des rites de la messe. Cette pratique très ancienne va perdurer dans le quotidien des croyants, tandis que l’Église en prend ses distances dans la symbolique liturgique.

L’Église va mettre en pratique un nouveau cérémonial où elle embrasse plus volontiers des objets que des lèvres. Ce sera le baiser au crucifix, à l’autel, au calice, etc. Parfois, le baiser marque aussi un signe de soumission plutôt que de fraternité : on embrasse les pieds, les mains, voire l’épaule.

Le baiser en tant que signe de paix, de concorde et d’union a laissé des traces dans la tradition populaire québécoise. On embrassera aussi longtemps les morts sur la bouche.

En politique, des traces de tels baisers se trouvent aussi. Le 5 octobre 1979, pour le 35e anniversaire de la République démocratique allemande, le président Erich Honecker embrasse sur la bouche son vis-à-vis russe, Leonid Brejnev. La photographie de cette embrassade socialiste fait le tour du monde. Un mois avant la chute du mur de Berlin en 1989, un baiser de la paix autrement plus tendu est capté par les photographes. Le dirigeant de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, et Erich Honecker s’embrassent alors sur la bouche, peu de temps avant que ces régimes s’effondrent.

Érotisme et cinéma

C’est à la Renaissance qu’on donne un sens plus sexuel au baiser qui s’apparente à la conception que nous en avons volontiers aujourd’hui.

Le baiser sexualisé va finir par devenir un archétype du cinéma d’Hollywood. Du moins jusqu’à ce que la censure se sente l’obligation morale de contrôler ces images que l’on relie à la sexualité.

Sous la pression du Code Hayes, le manuel de censure du cinéma américain de 1934 à 1966, on encadre de près les baisers. Ils sont minutés et jugés quant à leur caractère lascif. Ce contrôle a pour effet de souligner une adéquation morale entre le baiser et la sexualité, un sens qu’il n’avait pas forcément auparavant.

Joues et poignée de main

Au XIXe siècle, à la manière française, on pratique aussi la bise sur les joues au Canada français quand vient le temps de se saluer, de se retrouver. Cette habitude va se déliter au XXe siècle pour plusieurs motifs avant de revenir en force comme nous la connaissons aujourd’hui.

Cet abandon du simple baiser sur la joue au Canada français tient en partie à un phénomène d’acculturation lié à l’influence de la culture anglaise, croit le sociologue Jean-Philippe Warren. La bise se trouve tout bonnement remplacée par la poignée de main, selon la manière anglo-saxonne. On ne se fera plus la bise que dans des célébrations et des réjouissances comme le jour de l’An, affirme pour sa part l’historien Georges Aubin.

Des considérations hygiénistes peuvent bien entendu avoir été en cause : on craint le désagrément des « feux sauvages » autant que les émanations fétides qui proviennent des dentitions en perdition. Mais cet éloignement de la pratique du baiser, tant sur la joue que sur la bouche, tient fondamentalement aux fluctuations du sens culturel qu’on donne en société à cet acte.

5 commentaires
  • Maryse Veilleux - Abonnée 23 décembre 2017 10 h 21

    Ho boy!

    Heureuse de vivre à un autre époque.... sinon j'irais faire du camping d'hiver pour les Fêtes ou essaierait d'attrapper une bonne gastro juste avant pour "caller" malade....

  • Sylvain Cormier - Abonné 23 décembre 2017 12 h 58

    Système immunitaire !!!

    Et pourquoi n'y avait-il pas PLUS de gastros que maintenant? Autre temps, autre état du système immunitaire. À se toucher ainsi, on renforçait nos défenses. À l'ère aseptisée du XXIe siècle, où l'on voudrait se prémunir countre tous les dangers, la bibitte rigole, le champ libre, et infecte quiconque est dans ses parages. Autre chose: s'embrasser sur la bouche, c'est agréable.

    • Maryse Veilleux - Abonnée 23 décembre 2017 17 h 05

      Parlez pour vous, les hommes aiment bien embrasser les femmes de cette façon mais les femmes trouvent l'exercice assez pénible... sauf si l'homme leur plaît beaucoup. Je préfère manger de l'ail et du gingembre...

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 23 décembre 2017 16 h 36

    Article passionnant

    Bravo !

  • Jean Lapointe - Abonné 24 décembre 2017 07 h 04

    Pas tout le monde

    «Parents et amis s’embrassent sur la bouche tout naturellement en témoignage évident de leur proximité et de leur réciprocité.» (Jean-François Nadeau)

    Pas tout le monde. Les hommes adultes ne s'embrassaient pas sur la bouche, contrairement aux Russes.

    Ils se serraient la main et vite. Les contacts physiques entre les hommes étaient à éviter.

    C'était très désagréable. Moi-même, qui ai maintenant plus de 4 fois 20 ans, je détestais surtout les baisers un peu trop forts de mes nombreuses tantes et de mes grands-mères.

    J'étais loin d'être fâché quand on s'est mis à s'embrasser sur les deux joues au début des années 60.