Le Canada s’est intéressé aux ovnis pendant 50 ans

Dessin d’un ovni qui aurait survolé le lac Falcon, au Manitoba, en 1967.
Photo: La Presse canadienne Dessin d’un ovni qui aurait survolé le lac Falcon, au Manitoba, en 1967.

Les États-Unis ne sont pas les seuls à porter attention aux objets volants non identifiés. Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le milieu des années 1990, le gouvernement du Canada a déployé des efforts constants pour répertorier et enquêter sur les signalements effectués par les Canadiens.

Un article du New York Times révélant l’existence d’un programme du ministère de la Défense américain consacré aux ovnis, lequel aurait pris fin en 2012, a fait grand bruit au cours des derniers jours. Or, en plongeant dans les archives du gouvernement canadien, on constate qu’au fil des ans, l’intérêt d’Ottawa pour les objets volants non identifiés n’a pas été moins grand.

Officiellement, les ministères de la Défense nationale et des Transports, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le Conseil national de recherches du Canada se sont tous occupés d’enquêtes ou de rapports liés à l’apparition d’ovnis à un moment ou à un autre entre 1947 et 1995.

Selon l’influent ufologue canadien Chris Rutkowski, le Canada coopère avec les États-Unis dans ce domaine depuis des décennies, et il est fort probable que cette collaboration se poursuive encore aujourd’hui.

Des décennies d’analyses

Le gouvernement du Canada a commencé à amasser des informations sur les objets volants non identifiés en 1947. À ce moment, de nombreux Canadiens qui ont le dernier conflit mondial en mémoire et une possible guerre froide en tête continuent de tourner leur regard vers le ciel, craignant une attaque. La GRC et le ministère de la Défense reçoivent alors plusieurs signalements de citoyens disant avoir aperçu un ovni.

En 1952, le gouvernement canadien met sur pied le projet Second Story, qui a pour objectif d’analyser les témoignages liés à l’apparition de soucoupes volantes. Le procès-verbal de la première rencontre du comité mandaté pour ce projet indique que « la fréquence et la persistance des observations [d’ovnis] tendent à mettre en doute la théorie des hallucinations ». On ajoute plus loin que des efforts plus intensifs doivent être déployés pour obtenir les données de manière organisée et procéder aux enquêtes et aux analyses nécessaires.

La même année, l’armée américaine lance le projet Blue Book, qui s’échelonnera jusqu’en 1969. Au fil des ans, ses responsables recevront plus de 12 600 signalements, dont 701 demeurent inexpliqués.

À la fin des années 1960, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), qui est le principal organe de recherche du gouvernement canadien, devient le point de chute des rapports d’observation d’ovnis provenant du ministère de la Défense, du ministère des Transports et de la GRC. Le CNRC a cessé de recueillir les comptes rendus en 1995.

Plus de 1000 signalements

Depuis le milieu des années 1990, le gouvernement semble avoir laissé au secteur civil le soin de répertorier et d’analyser les signalements d’ovnis. L’ufologue Chris Rutkowski reçoit chaque année une poignée de rapports provenant des différentes instances gouvernementales. « Je soupçonne qu’il y a d’autres rapports concernant des ovnis qui sont gardés secrets, mais je n’y ai pas accès pour l’instant », affirme l’astronome de formation, qui habite à Winnipeg.

Grâce à ces signalements transmis par le gouvernement et aux données compilées par des passionnés d’ufologie des quatre coins du Canada, M. Rutkowski produit depuis 1989 un rapport annuel comptabilisant tous les événements rapportés au pays.

En 2016, 1131 événements ont été signalés, dont 38,5 % en provenance du Québec. Après avoir été analysés par un réseau de chercheurs, d’astronomes et de spécialistes de l’aviation, seulement 4 % de ces signalements demeurent inexpliqués, ce qui représente le plus faible pourcentage enregistré en 28 ans.

« Même si la vaste majorité des signalements d’ovnis sont explicables, il y a toujours un faible pourcentage d’événements qui demeurent inexpliqués. Ces signalements ne signifient pas que le Canada a été visité par des extraterrestres, mais ils indiquent que des observations ne peuvent pas être expliquées et qu’elles nécessitent davantage d’études scientifiques », dit M. Rutkowski.

Ce que les gens pensent être un ovni peut par exemple être la lumière d’un avion, un drone ou un satellite qui pénètre l’atmosphère terrestre. « Les signalements d’ovnis ne sont pas tous aussi mystérieux qu’on pourrait le croire », insiste le chercheur. Contrairement à certains ufologues, cet auteur de nombreux livres consacrés aux ovnis demeure donc prudent, sans fermer de portes.

« Certains croyants disent que je suis sceptique et, à l’opposé, certains disent que je suis trop croyant. Je pense qu’il est important de garder un esprit ouvert, dit-il. Ma formation en astronomie m’a appris qu’il peut y avoir de la vie ailleurs dans l’univers et qu’elle pourrait venir nous visiter. Mais nous n’en avons pas encore la preuve. »

Le Canada et les ovnis

1947 Des organismes gouvernementaux, dont le ministère de la Défense nationale, commencent à amasser des informations sur les ovnis.

1952 Le gouvernement canadien met sur pied le projet Second Story afin d’analyser les témoignages évoquant des soucoupes volantes.

1959-1960 Le Canada et les États-Unis instaurent un système conjoint de rapports sur les ovnis.

1968 Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) devient le point de chute des rapports sur l’observation d’ovnis.

1995 Le CNRC cesse de recueillir les comptes rendus liés aux ovnis, laissant place au secteur civil.
5 commentaires
  • André Bourbonnais - Abonné 20 décembre 2017 01 h 36

    J'en ai vu en 1950...

    Étant né en 1937, je vivais sur la ferme en 1950, agé de 13 ans. Les soirées étaient noires et un soir j'ai vu un objet lumineux qui a fait un virage à 90 degré dans le ciel. Je dois avouer qu"à cette vitesse, un avion n'aurait pu faire un tel virage. Qu"en penser?? Je ne pouvais le dire à personne, de peur d'être ridicule.

  • Jacques-André Lambert - Abonné 20 décembre 2017 12 h 44

    Peut-être...

    Une question comme ça: est-ce que la GRC avait des agents d'infiltration?

  • Pascal Barrette - Abonné 20 décembre 2017 15 h 39

    Rencontre dans la forêt Rendlesham

    L’incident le plus documenté sur les OVN serait celui de la forêt Rendelsham le 26 décembre 1980 à proximité de deux bases militaires en Angleterre. On aurait appelé cet incident le Roswell britannique.

    Nick Pope, le chargé gouvernemental des dossiers UFO de la Grande-Bretagne de 1991 à 1994 en a fait le récit détaillé dans son livre «Encounter in Rendlesham Forest» publié en 2015. J’ai trouvé ce livre à la fois fascinant et crédible. J'ai suggéré à Tout le monde en parle d'inviter Nick Pope sur leur plateau. Tant qu'à y être, pourquoi le Devoir ne lui téléphonerait-il pas? Il donne des conférences sur cet incident à travers le monde.

    Pascal Barrette, Ottawa

  • Serge Lamarche - Abonné 22 décembre 2017 03 h 00

    Phénomènes atmosphériques rares

    Beaucoup de phénomènes rares peuvent passer pour des OVNIs. Il y en a quelques uns sur l'internet et c'est fascinant car très facile à expliquer par des OVNIs mais plus difficile à expliquer naturellement.
    Un object lumineux virant à 90 degrés peut être une météorite qui a explosé d'un côté, par exemple.

  • Brian Monast - Abonné 22 décembre 2017 10 h 26

    2 milliards d'années d'avancement contre 2 siècles

    Le plus probable, *si* les voyages interstellaires sont effectivement possibles, est que nous sommes un zoo pour des êtres dont la science pourrait facilement être des milliers de fois plus vieille que la nôtre.

    Il me paraît à peu près impossible que d’autres êtres conscients et intelligents et milles fois plus vieux que ne l’est notre espèce n’existent pas dans l’univers.

    Ils sont peut-être gros comme des maringouins, on ne sait pas, et, de toute façon, il se peut aussi qu’ils aient bien mieux à faire que de s’intéresser aux êtres dégradants qui vivent sur Terre. Cela pourrait expliquer qu’on ne les voit pas souvent.

    Cela, si le voyage interstellaire est véritablement une possibilité physique viable. Il se peut que l’isolement interstellaire soit insurmontable.