Les Afghans de Sherbrooke, discrets, mais solidaires

Le dépanneur Arya, sur la Rue du cégep, se passe de main mais demeure de propriété afghane.
Photo: Lisa-Marie Gervais Le Devoir Le dépanneur Arya, sur la Rue du cégep, se passe de main mais demeure de propriété afghane.

Dans les villes, plusieurs quartiers se distinguent par leur diversité et l’histoire des gens qui y ont élu domicile. Dans le quatrième et dernier texte de cette série, «Le Devoir» vous présente la carte postale de Sherbrooke, terre d’accueil de la plus grande communauté afghane du Québec, après Montréal.

Le resto à déjeuners Coco frutti, commerce typique de la communauté afghane de Sherbrooke ? Et pourquoi pas. « Ça appartient à un ami afghan. Il s’appelle James, c’est facile à prononcer », rigole Shah Ismatullah Habibi, qui nous a donné rendez-vous dans celui du petit centre d’achat de la Place Belvédère, au centre-ville.

Si, après Montréal, la communauté afghane la plus importante au Québec se trouve en Estrie, c’est en grande partie grâce à cet Afghan, qui a fui son pays natal en guerre pour venir au Québec en 1993 avec sa femme et leur bébé.

Photo: Association éducative transculturelle Shah Ismatullah Habibi fait sa place à Sherbrooke. Il siège à des conseils d’administration et agit même comme conseiller culturel pour les Forces armées canadiennes en mission en Afghanistan.

« C’était plus difficile à l’époque », explique M. Habibi, qui dirige l’Association éducative transculturelle, un organisme de parrainage privé. Il se rappelle certains épisodes de racisme, dus à l’ignorance. « On était les tout premiers. »

Parrainé par l’État, on lui avait d’abord assigné Granby comme ville d’accueil, mais faute de programme de francisation, on l’a envoyé à Sherbrooke.

Rapidement, il fait sa place : il s’implique dans 14 conseils d’administration, siège à l’ancien Conseil des relations interculturelles du ministère de l’Immigration et agit même comme conseiller culturel pour les Forces armées canadiennes en mission en Afghanistan.

Parallèlement à ses activités, Shah Ismatullah Habibi est devenu l’un des plus grands parrains au Québec. « Chaque année, on en reçoit de 300 à 500. Il y a des Afghans, mais aussi des Syriens et des Irakiens. »

Aujourd’hui, de tous les immigrants que reçoit Sherbrooke, les Afghans représentent 4,6 % de la population, en 4e place derrière les Américains, les Français et les Colombiens.

Un peu partout

En cette journée de douce tempête qui force à s’emmitoufler ou à rester à l’intérieur, difficile de reconnaître quiconque dans la ville enneigée. Mais même en cherchant bien, on ne trouvera pas de trace de la communauté afghane dans un quartier en particulier, souligne M. Habibi. « Si tu veux vraiment en rencontrer, va au cégep, dans les classes de francisation ! »

Ici, il n’y a ni ghetto, ni restaurant ou épicerie où les Afghans se retrouvent en particulier. De petits commerces, bien sûr, comme le dépanneur Arya, qui change de mains, mais demeure de propriété afghane, sur la rue du Cégep. Au milieu des chips, des chocolats et de la bière — un dépanneur reste un dépanneur — se glissent des poches de thé et de riz basmati.

« On est partout. Il y en a même jusqu’à Lac-Mégantic ! » lance M. Habibi.

Un bon nombre est néanmoins regroupé autour du parc Bureau, dans Sherbrooke-Est, non loin du cégep. « Ils s’y installent les premières années, parce qu’il y a des Afghans qui y vivent, mais après ils se dispersent. »

Boulevard Lavigerie : le Centre communautaire Ismaili accueille les musulmans membres de ce courant minoritaire chiite, qui compte 15 millions de fidèles dans le monde, notamment au Pakistan et en Iran. L’Aga Khan en est une figure connue.

« Mais j’aide à parrainer n’importe qui. Des gens, peu importe leur religion et d’où ils viennent », insiste M. Habibi.

Un réseau solidaire

Relativement disséminée sur le territoire, la communauté n’en demeure pas moins tricotée serrée. Le propriétaire de Coco Frutti, James Noor Akbari, peut en témoigner. Cet Afghan d’origine, qui habite aujourd’hui Laval mais se dit Sherbrookois de coeur, dit devoir beaucoup à M. Habibi, qui a aidé au parrainage de sa famille.

« J’ai eu la chance de l’avoir comme mentor. Il nous a pris comme si on était ses enfants et ses frères et il nous a guidés », raconte-t-il. « Et quand il était trop occupé à son bureau, on pouvait le voir dans les activités de la communauté au « sans rendez-vous ». »

On est partout. Il y en a même jusqu’à Lac-Mégantic !

 

Sinon, la communauté, particulièrement organisée, est là pour les visites chez le médecin et les cours de français et de mathématiques donnés le samedi au centre. « On est vraiment très proches. »

Arrivé à 17 ans, le jeune James a été le soutien financier familial pendant que son frère faisait des études. « Tout ce que j’avais, c’était 500 $. J’ai commencé comme plongeur », raconte-t-il.

Aujourd’hui, il dirige 500 employés à travers sa douzaine de restos à déjeuners partout au Québec et une entreprise en construction.

« Je suis allé à Vancouver et en Ontario, mais j’ai choisi le Québec. C’est ici qu’il y a la meilleure qualité de vie pour les familles et qu’on peut réussir en affaire », dit-il.

C’est maintenant à son tour d’être un mentor et d’intégrer des gens de sa communauté aussi bien que des Québécois. « J’ai des employés [québécois] qui sont là depuis le début et qui veulent encore travailler avec moi. Une grosse partie de mon succès, je le leur dois. »

 

3 commentaires
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 19 décembre 2017 11 h 46

    Tricotée serrée...

    c'est bien et ça passe pour les immigrants mais.... lorsqu'on parle des Québécois de souche, en des termes semblables, on dit de nous que : nous sommes identitaires, racistes ou xénophobes. Chercher l'erreur.

    • Clermont Domingue - Abonné 19 décembre 2017 16 h 19

      Madame, le premier groupe arrivé à Sherbrooke, je l'ai reçu dans ma classe, au COFI de l'Estrie. C'était des jeunes de dix-sept à vingt-cinq ans. Il y avait aussi un jeune Kurde que nous appelions Sadam.

      Ce groupe a été le plus marquant parmi ceux que j'ai reçus au cours de mes vingt années dans cette institution. Ils avaient la mentalité de mes grands-oncles et de mes grands-parents; de vrais Beaucerons.C'est ça que veut dire tricotter serré.

      Comme les familles, les peuples ont leurs caractéristiques propres. Le reconnaître n'a rien de raciste.

      Amenez-en des Afgans.

    • Benoit Samson - Inscrit 20 décembre 2017 07 h 58

      Félicitations monsieur Dominique pour votre travail et vos bons mots à leur égard.

      Joyeux noel à tous ces nouveaux immigrants et meilleurs voeux de paix pour le reste de leurs vies.