Le Festival du rire de Montréal pourra-t-il avoir des subventions comme le festival Juste pour rire?

La course aux subventions québécoises des festivals d’humour de Montréal n’aura pas lieu, le nouvel événement ne se qualifiant pas. Par contre, la course aux partenaires est enclenchée.

Le tout nouveau Festival du rire de Montréal (FRM), annoncé cette semaine par des dizaines d’humoristes, vient de signer son premier partenariat avec le Mouvement Desjardins.

« Concrètement, on offre du mentorat au Festival du rire. Nous avons de l’expertise en gestion et en administration, le festival veut se constituer en OBNL et nous allons l’appuyer », explique Chantal Corbeil, porte-parole auprès des médias de la coopérative bancaire.

Le communiqué diffusé jeudi après-midi dit que le soutien « pourrait se décliner tant sur le plan financier qu’opérationnel ». Il n’y a rien de concret à annoncer pour l’instant du point de vue financier, précise Mme Corbeil.

Le vieux festival Juste pour rire que concurrence le FRM était présenté en 2017 par « Vidéotron en collaboration avec Loto-Québec ». L’entente avec le premier a pris fin en août ; le second a maintenu ses liens avec le festival.

Le Devoir a cependant appris que le nouvel événement ne pourra pas toucher de subventions versées par le ministère du Tourisme ou la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). Les enveloppes pour les festivals sont réservées aux événements qui existent depuis au moins deux ans et autant de moutures.

C’est le cas du vieux festival Juste pour rire (FJPR), fondé il y a 35 ans. L’événement pourrait donc conserver ses subventions totalisant plus de deux millions par année rien que de Québec.

La règle du ministère du Tourisme est claire et nette : pour être admissible, un festival ou un événement touristique récurrent doit avoir eu lieu « durant un minimum de deux éditions consécutives dans un même endroit, et ce, préalablement au dépôt de la demande d’aide financière ».

De même, le règlement de la SODEC pour son programme Festival ne soutient qu’« une entreprise […] active depuis au moins deux ans ». Le FRM serait exclu d’emblée.

Il ne reviendra plus

Le soutien de la Société au FJPR ne semble pas pour autant garanti en 2018 : le dépôt des demandes se fera en février. La SODEC a versé 300 000 $ à ce festival en 2017 et 236 000 $ en 2016-2017 pour soutenir deux autres volets de l’empire de l’humour Groupe JPR.

Ce festival, le plus grand du monde en humour, va par contre conserver sa subvention de 1,5 million de Tourisme Québec s’il répond aux deux exigences énoncées mercredi par la ministre du Tourisme Julie Boulet, à savoir tenir l’événement et ne plus appartenir à Gilbert Rozon, fondateur du Groupe qui porte son nom, honni depuis une déferlante d’accusations de violence et de harcèlement sexuels.

« Nous répondrons aux conditions du ministère, dit au Devoir Jean-David Pelletier, porte-parole du Groupe. Pour nous, le festival aura lieu, et au moment où on se parle, toutes les actions de Gilbert Rozon sont en vente. C’est irréversible. Il ne reviendra plus dans la compagnie. »

En avant comme avant

Cette vente se conclura « dans les prochaines semaines », assure aussi M. Pelletier. Cette échéance contredit certains observateurs extérieurs qui misaient plutôt sur une vente rapide (dès cette semaine), ou lente (dans un délai allant jusqu’à six mois).

Le démarchage par la firme RBC Marchés des capitaux pour la vente des actions du président-fondateur a été annoncé le lundi 23 octobre.

Gilbert Rozon s’est résigné à la liquidation dès la diffusion des premiers reportages dénonçant ses comportements de harceleur et d’agresseur.

Les affaires continuent comme à l’habitude, assure M. Pelletier. « Moi-même, qui suis habituellement un attaché de presse pour les spectacles, je prépare le travail pour la comédie musicale Fame qui sera présentée au Saint-Denis [à l’été 2018]. Les auditions se sont terminées cette semaine. Mary Poppins reprendra l’affiche à Noël. Rien n’est gelé. Comme on dit : The show must go on. »

Rectificatif

Une version précédente de ce texte affirmait que l’entente de commandite de Vidéotron avec Juste pour rire avait été brisée en octobre dernier. Elle a plutôt pris fin le 31 août et n’a pas été renouvelée.