«Je ne veux pas d’aide sociale, je veux des papiers»

Hanaa Alabdullah est pour ainsi dire «tolérée» jusqu’en 2019 au Canada, mais sans possibilité d’obtenir un statut qui lui permettrait légalement d’étudier, de travailler ou d’obtenir des soins de santé.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Hanaa Alabdullah est pour ainsi dire «tolérée» jusqu’en 2019 au Canada, mais sans possibilité d’obtenir un statut qui lui permettrait légalement d’étudier, de travailler ou d’obtenir des soins de santé.

Comme bon nombre de demandeurs d’asile ces jours-ci, Hanaa Alabdullah est entrée au Canada en mars dernier par le chemin Roxham, aux environs du poste-frontière de Lacolle. Mais là s’arrête la comparaison, car contrairement à ces migrants, cette enseignante syrienne s’est vu refuser l’asile sur-le-champ et n’a même plus le droit de le demander.

Son erreur ? Avoir d’abord tenté d’entrer officiellement au pays quelques jours auparavant, où elle a été refoulée en vertu de l’Entente sur les tiers pays sûrs, un accord qui l’oblige à demander l’asile aux États-Unis. « Je voulais faire les choses correctement, mais avoir su, je ne serais pas d’abord entrée par le poste-frontière », lance-t-elle, un brin médusée, dans le petit café où Le Devoir l’a rencontrée.

Le cas d’Hanaa n’est pas isolé. « J’ai plusieurs clients dans cette situation. Ils sont vraiment dans les limbes », a reconnu Me Stéphanie Valois, qui représente beaucoup de demandeurs d’asile. « Des fois, il y a des gens qui m’appellent des États-Unis pour savoir quoi faire. Je ne peux pas leur dire de passer irrégulièrement. Mais s’ils se présentent aux postes frontaliers, ils vont se faire refuser. Alors, il faut que tu lises entre les lignes… »

En effet, devant le discours hostile du président Trump et celui, plus accueillant, de Justin Trudeau, de plus en plus de migrants — syriens, yéménites, latino-américains, etc. — ayant candidement tenté d’entrer au Canada par la grande porte d’un poste-frontière l’ont vue se fermer brutalement. Au Devoir, qui voulait connaître le nombre de ces demandeurs d’asile refoulés (jugés « irrecevables »), Immigration Canada a dit ne pas recueillir ces données et la Commission de l’immigration et du statut de réfugié n’a pas pu répondre dans les 48 dernières heures.

Le Conseil canadien pour les réfugiés (CCR) dit connaître ce phénomène, dont le principal coupable serait cette fameuse Entente sur les pays tiers sûrs, qu’il conteste d’ailleurs devant les tribunaux. « C’est une situation très difficile, nos membres nous en parlent », confirme Janet Dench, directrice du CCR. Selon elle, l’un des premiers impacts négatifs de l’entente est que les migrants qui veulent éviter les postes-frontières passent tous par le Québec, étant donné la barrière physique des Grands Lacs.

Entre candeur et peur

Au déclenchement de la révolution, Hanaa Alabdullah a fait du travail humanitaire dans un hôpital d’Alep-Est et participé à des manifestations pacifiques qui lui ont valu 14 mois d’emprisonnement. « Je suis toujours recherchée [par le régime] », dit-elle, triturant la paille de son café glacé.

Après avoir été évacuée en Turquie, elle est arrivée en février dernier aux États-Unis avec un visa de visiteur, grâce à l’ONG américaine pour laquelle elle travaillait. « Avec Trump, il y avait tellement d’hostilité envers les réfugiés, et des Syriens avaient été expulsés. J’avais tellement peur », raconte la jeune femme de 27 ans, qui admet être en choc post-traumatique.

Le 6 mars 2017, elle se présente au poste frontalier à la sortie du tunnel entre Detroit et Windsor. Après 20 heures d’interrogatoire, on la refoule aux États-Unis, avec une interdiction de séjour au Canada d’un an. « J’avais vu dans les nouvelles que le Canada acceptait les gens, mais je ne savais pas que c’était différent une fois sur le terrain. Parce que là, on se sent forcés d’entrer de manière informelle, par la forêt. » C’est d’ailleurs ce que les agents d’immigration lui auraient dit, à demi-mot.

Désespérée, elle prend la direction du chemin Roxham, à peine dix jours plus tard. À l’instar d’autres familles, elle est interceptée par la Gendarmerie royale du Canada. Après un long interrogatoire par les agents des services frontaliers, on la laisse finalement partir le soir, sans la renvoyer chez le voisin du sud, en lui donnant un papier précisant toutefois que sa demande d’asile est « irrecevable ».

Quel espoir ?

Depuis cinq mois, Hanaa est pour ainsi dire « tolérée » jusqu’en 2019 au Canada, mais sans possibilité d’obtenir un statut qui lui permettrait légalement d’étudier, de travailler ou d’obtenir des soins de santé. Comme le Canada n’expulse personne vers la Syrie, elle ne se qualifie pas pour demander un examen des risques avant renvoi (ERAR), une procédure qui l’autoriserait probablement à demeurer au pays. Et elle doit attendre à l’an prochain avant de déposer une demande de résidence permanente pour motifs humanitaires, qui pourrait tarder de quatre ans.

Interpellé sur cette question lundi à Lacolle, le ministre de l’Immigration Ahmed Hussen a rappelé l’importance de l’Entente sur les pays tiers sûrs et a dit ne pas pouvoir commenter des cas particuliers. Me Valois déplore le caractère « absurde » de la situation. « [Le gouvernement] devrait être capable de gérer ça. S’il y a un moratoire sur un pays, c’est que l’on considère que la situation est trop grave pour qu’une personne y retourne. Techniquement, on devrait pouvoir lui offrir un statut. »

En attendant de revoir sa famille un jour, Hanaa a commencé à apprendre le français, grâce à une école qui lui donne des cours gratuitement, et attend depuis des mois un permis de travail qu’elle n’est pas sûre de se voir accorder. « Je sais que je dois recommencer ma vie à zéro et je suis prête à refaire mes études et à travailler. » Et pour ce faire, elle répète encore qu’elle n’a besoin que d’une chose : « Je ne veux pas d’aide sociale ou des paniers de provisions, je veux des papiers ! »

Trudeau au comité sur les demandeurs d’asile

Le premier ministre Justin Trudeau participera mercredi à une rencontre de planification du groupe de travail fédéral-provincial chargé de gérer l’arrivée de demandeurs d’asile à la frontière canadienne. Même si le nombre de personnes qui franchissent la frontière de façon irrégulière semble diminuer depuis quelques jours — 140 par jour au lieu de 250 —, les autorités doivent tout de même composer avec un volume important de demandes de statut de réfugié.
5 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 23 août 2017 09 h 26

    Que va-t'il faire dans ce comité, sinon d'affirmer la prépondérance du Canada dans les affaires du Québec.

    Après tout, c'est bien lui qui par ses "appel d'air" a créé le gâchis dans lequel nous sommes...

  • Christian Montmarquette - Abonné 23 août 2017 09 h 37

    Quand l'erreur est de respecter les règles

    "Son erreur ? Avoir d’abord tenté d’entrer officiellement au pays.." - Le Devoir

    Et après ça, on se demandra encore pourquoi certains réfugiés préfèrent passer la frontière par voie irrégulière...

    Cessons de blâmer les réfugiés.es pour les règles absurdes du gouvernement.

    Christian Montmarquette

    "

  • Simon Pelchat - Abonné 23 août 2017 12 h 11

    Immigrante puis migrante

    Cete dame qui a voulu immigrer au Canada après avoir immigré aux États-Unis s'est vue refuser le statut d'immigrante au Canada à cause de l'entente de pays tiers sûrs. Elle a dû devenir migrante pour entrer au Canada sans pouvoir bénéficier des avantages du statut de migrante, si je comprends bien.

  • Serge Lamarche - Abonné 23 août 2017 14 h 18

    Contre la Meute

    Voilà le meilleur argument contre la meute. Meute et anti-meute peuvent bien fermer leurs gueules et rester dans leurs niches après ça.

  • Claude Lépine - Inscrit 23 août 2017 15 h 06

    Respectons la définition des mots...

    Irrecevable... c'est simple et clair...