Émoi devant une prière musulmane au Parc Safari

Depuis dimanche dernier, le Parc Safari est victime de commentaires haineux et racistes, déplore la page Facebook de l'entreprise. 
Photo: Laurent Bélanger CC Depuis dimanche dernier, le Parc Safari est victime de commentaires haineux et racistes, déplore la page Facebook de l'entreprise. 

Une prière musulmane récitée en plein air au Parc Safari a suscité l’émoi dans les réseaux sociaux. La prière, diffusée dans un haut-parleur, a pris place dimanche dernier dans une section du parc réservée par un groupe de fidèles qui célébrait la fin du ramadan par un pique-nique familial.

Le propriétaire du Parc Safari d’Hemmingford, Jean-Pierre Ranger, n’avait jamais vu une telle controverse. Il se targue d’accueillir des clients de toutes origines ou confessions religieuses dans son parc privé. Le groupe de musulmans ayant récité une prière avait loué un secteur isolé du jardin zoologique offert à tout groupe ou entreprise qui veut tenir un événement festif.

Des internautes ont dénoncé cette prière tenue devant les autres clients du zoo qui passaient sur un sentier adjacent au rassemblement.

« Je suis ouverte aux autres religions, mais je n’aime pas qu’on m’impose publiquement des prières diffusées par haut-parleur. Vous venez de perdre des clients parce que je voulais aller vous visiter avec ma famille. Nous allons visiter des endroits respectueux de ceux qui pratiquent leur religion sans l’imposer à tout le monde », a écrit Lise Avoine sur la page Facebook du Parc Safari.

D’autres ont plutôt félicité « l’ouverture d’esprit » du parc thématique. Les mécontents n’ont qu’à aller ailleurs, a souligné un internaute. Les organisateurs du pique-nique ont respecté toutes les consignes au sujet du respect des autres clients, souligne le Parc Safari. La mosquée Al-Rawdah de Montréal et l’Association musulmane du Canada, qui ont organisé l’événement, n’ont pas répondu aux messages et aux appels du Devoir.

« Depuis dimanche dernier, le Parc Safari est victime de commentaires haineux et racistes », déplore la page Facebook de l’entreprise. Les messages d’appui sont 15 fois plus nombreux que les messages de mécontentement, selon Jean-Pierre Ranger.

Si j’ai contribué à une meilleure compréhension de la tolérance, j’ai fait ma “job”.

Lieux publics, lieux privés

Dans son rapport publié en 2008, la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements reliés aux différences culturelles suggérait d’encadrer certaines pratiques d’organismes publics. La commission ne s’était cependant pas prononcée sur les obligations d’organismes privés comme le Parc Safari.

Par exemple, les établissements d’enseignement « ne sont pas tenus d’instituer des lieux de prière permanents », indique le rapport en rappelant une résolution de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. « Par contre, il entre tout à fait dans l’esprit des ajustements ou des accommodements que d’autoriser pour des fins de prière l’utilisation de locaux provisoirement non occupés. »

La commission recommandait aussi d’abandonner la prière avant les séances de conseils municipaux, ce qui fut confirmé par un jugement de la Cour suprême du Canada en 2015. À l’Assemblée nationale du Québec, la prière a fait place, depuis 1976, à l’observation d’un moment de recueillement. Mais le crucifix, installé en 1936 par Maurice Duplessis, trône encore dans le salon bleu du parlement même si Gérard Bouchard et Charles Taylor recommandaient de le retirer.

28 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 5 juillet 2017 01 h 26

    Il faut respecter la neutralité de la place publique.

    Ce n'est pas une question de tolérance, c'est une question d'un peu de réserve et de gène de ne pas imposer ses croyances à autrui. C'est ce que quelques islamistes intégristes n'ont pas compris encore. Prier en plein espace public ressemble plus à un cirque qu'à un lieu de prière. Il faudrait réserver les prières aux endroits de cultes. Il faut respecter la neutralité de la place publique.

    • Luc André Quenneville - Abonné 5 juillet 2017 08 h 35

      tout de suite les mots «islamistes intégristes», wow! Comme si vous étiez sur place et qu'à tous les deux versetset des kamikazes se faisant exploser dans la section des babouins, on entendait : Allahu akbar !!!!

      Et que dire de ces processions à Pâques ou la fête Dieu ou celle de "vierge" Marie ou toutes autres fêtes chrétiennes où des «catholiques intégristes» jettent leur bon dieu sur les trottoirs et les rues de la ville??? Si c'est pas du cirque ça, je me demande c'est quoi?

      Intolérance quand tu nous tiens...

    • Sylvain Auclair - Abonné 5 juillet 2017 09 h 27

      Si ç'avait été un mariage chrétien, seriez-vous aussi intransigeante?

    • Johanne St-Amour - Abonnée 5 juillet 2017 09 h 46

      M, Quenneville, de toute évidence, vous n'avez pas compris ce que les mots «islamistes intégristes» voulaient dire. Cela n'a rien à voir avec des kamikazes.

      Selon une définition inscrite sur le site de Radio-Canada, «les islamistes sont les membres d'un mouvement politique et religieux prônant l'expansion et l'adoption des concepts de l'islam comme principes directeurs de la gouvernance des États et des régimes politiques. Bien qu'on retrouve des islamistes modérés, ils sont généralement conservateurs et radicaux dans leur approche politique et s'opposent unanimement aux principes de la laïcité.»

      On est loin du kamikaze, mais ce sont tout de même des gens qu'on dit rétrogrades et qui aiment imposer leurs rites et leurs dogmes.

      Si vous considérez que les processions et autres fêtes Dieu sont du cirque, vous jugez en même temps des fêtes des autres religions, non?

    • Jean-Marc Simard - Abonné 5 juillet 2017 10 h 24

      @ Monsieur Quenneville...

      Qu'avez-vous tant à défendre l'indéfendable...La tolérance de certains envers l'Islam ne devient-elle pas intolérance envers le gros bon sens...Pourquoi ces Musulmans ont-il tant besoin de prendre un haut-parleur pour invoquer leur dieu allah, surtout quand ils ne sont qu'un petit groupe et non une foule...Ne peuvent-ils pars prier en silence...Leur dieu les entendra tout autant...Vraiment ces provocations islamiques deviennent à la longue très agressantes...Quand je prie mon Dieu, je n'ai pas besoin d'alerter tout le monde...

    • Pierre Desautels - Abonné 5 juillet 2017 10 h 38


      Tous les goûts sont dans la nature. Pour ma part, cela me dérange moins que le Noël des campeurs ou que les locaux qui se promènent torse nu à Montréal quand il y a des touristes autour d'eux. Cette prière n'empêchait pas les personnes autour de vaquer à leurs occupations et de se mêler de leurs affaires.

      Faudrait-il demander aux organisateurs "intégristes" du circuit Pédest'Art de Sainte-Béatrix de cesser la présentation de leur messe en plein air?

    • André Labelle - Abonné 5 juillet 2017 10 h 48

      @ Luc André Quenneville - Abonné
      5 juillet 2017 08 h 35

      Quelle violence dans vos propos ! Vous tentez d'excuser une erreur par l'existence d'une autre erreur.

      Toutes les activités religieuses doivent se faire seulement dans les lieux de cultes ou dans l'intimité des domiciles. Jamais dans des lieux publics.

    • Gilles Delisle - Abonné 5 juillet 2017 11 h 06

      M. Quenneville,
      Quand vous serez capable d'écrire comme Mme Alexan et commentez avec intelligence comme elle le fait depuis longtemps , alors on vous lira. L'intolérance , c'est comme la tolérance à outrance, cà nous empêche de voir la réalité en face. La fëte-Dieu qui vous a cassé les pieds autrefois, les catholiques d'ici s'en sont débarrassés depuis longtemps. Le Québec a changé , monsieur, et il n'est pas prêt à revenir en arrière avec de nouveaux groupes religieux! Ouvrez les écoutilles et regardez ce qui se passe dans votre pays, monsieur!

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 5 juillet 2017 15 h 16

      Franchement, encore une enfilade de slogans, qui se résument à "L'islam est méchant, les Musulmans veulent nous convertir, nous sommes en danger".

      C'est proprement scandaleux de pouvoir propager autant de haine et de désinformation quotidiennement. Sous couvert de défense de la laïcité, on assiste trop souvent à une véritable stigmatisation d'une communauté déjà déqualifiée et discriminée. Le pire est lorsqu'on entend que "Les Québécois sont vraiment accueillants, mais y'a des limites"....franchement, le sort réservé aux immigrants sur le marché du travail devrait scandaliser n'importe quel citoyen un tant soit peu humaniste, plutôt que de libérer les passions chauvinistes négationnistes.

      J'aimerais voir le sort que vous réservez aux Témoins de Jéhovah (ma seule expérience de prosélytisme, quoique quelques catholiques) ou à ce type de parade : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religio

    • Marc Therrien - Abonné 5 juillet 2017 18 h 03

      Il semble qu'avec l'arrivée de l'été coïncidera le retour des allergies.

      Marc Therrien

  • André Chevalier - Abonné 5 juillet 2017 08 h 13

    Autres temps, autres moeurs

    Ça me rappelle la procession de la Fête-Dieu, quand le curé et les vicaires circulaient en pleine rue suivis des fidèles de la paroisse. C'était il y a plus de soixante-dix ans. Je pense qu'aujourd'hui, ça ferait l'objet de quolibet, surtout si cette manifestation bloquait la circulation comme jadis.
    Mais il n'y a pas de quoi en faire une histoire!

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 5 juillet 2017 09 h 40

      Vous le dites, "ça vous rappelle", terminé.

      Il n'y en a plus aujourd'hui, fini. Le combat est terminé, la religion c'est en famille et les femmes ne portent plus de chapeaux pour pratiquer leur religion.
      Alors que je vivais au Pakistan, tous les jours et plusieurs fois par jour la prière au haut-parleur, c'était envahissant, je ne comprenais rien à l'urdu et je ne pouvais plus m'entendre prier chez moi.
      Il ne faut pas en remettre ici au parc safari. Pourquoi fallait-il faire entendre la prière musulmane au haut-parleur ?
      Qu'en pensent les Juifs, Boudhistes, Catholiques, Pentecôtistes, Orthodoxes, Jéhovas, Évangélistes, Hindous, Anglicants, Sikhe et plusieurs autres ?

    • Pierre Schneider - Abonné 5 juillet 2017 10 h 48

      Certaines pratiques religieuses musulmanes se comparent en effet à celles qui se pratiquaient dans le Québec d'autrefois. Ces néo-Québécois devront s'adapter à notre façon de vivre. Ils ont le droit de prier, mais qu'ils le fassent donc à la maison ou dans leurs mosquées. Ça évitera ces malheureux "incidents" montés en épingle et destinés à susciter des propos haineux.

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 5 juillet 2017 13 h 14

      Il est facile de prétendre s'appuyer sur la Divine Laïcité du Québec pour critiquer les immigrants. On dira par exemple que le Québec a fait cette lutte sacrée bien avant, que nous avons évolué et que les nouveaux arrivants doivent faire de même, que la religion, c'est à la maison, comme nous l'affirment plusieurs intervenants ici.

      Or, que disaient ces pourfendeurs de l'intégrisme lorsqu'un homme politique fameux reçut des funéraille d'État...dans une église? Ou lors de la procession de Pâques? http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religio

      Des mariés se prennent en photo dans le Parc Jeanne-d'Arc, quel affront à la Laïcité sacrée de la Mère Patrie!

      Mais non, on comprend avec le temps que le principal défaut de ces démonstrations n'est pas leur caractère religieux mais exotique....

      Même "envahissant" pour une touriste au Pakistan, qui ne faisait manifestement pas comme les Pakistanais....

    • Eric Vallée - Inscrit 5 juillet 2017 14 h 59

      Au moins, dans ce temps-là nous étions chez nous. Au Parc Safari, ils se sont conduits en envahisseurs. Pour eux, il est normal et politiquement souhaitable d'occuper les places publiques. De lever bien haut l'étendard de l'islam conquérant et vainqueur. Informez-vous aussi sur qui sont les gens qui dirigent cette mosquée. Apprenez à connaître qu'est-ce que la MAC et les frères musulmans.

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 6 juillet 2017 02 h 04

      @ A. L-Théberge
      différence entre tourister et vivre au Pakistan.

  • Gilles Delisle - Abonné 5 juillet 2017 08 h 51

    Inacceptable!

    Mme Alexan a raison. Si l'on commence à permettre à des groupes religieux d'imposer leurs offices dans des endroits publics, là, on se met le bras dans l'engrenage. Jusqu'où pourront aller les religieux, si l'on accepte cela! La dernière fois qu'on aura vu de telles manifestations publiques d'ordre religieux, c'était à la pocession de la Fête-Dieu , autrefois, alors que toutes les paroisses célébraient cette activité religieuse dans tous les quartiers de la ville. On ne peut tolérer cela aujourd'hui dans ce pays laic. Dans vos temples religieux, pour ceux qui le veulent, mais , l'espace laic, c'est sacré!

    • Carole Gamache - Abonnée 5 juillet 2017 11 h 10

      M Delisle, à Montréal, il y a encore des processions du vendredi saint avec mégaphone à "batterie". Un surprenant réveil pour une grasse matinée printannière à quelques jours du premier dimanche suivant la pleine lune d'équinoxe.

    • Bernard Massé - Abonné 5 juillet 2017 21 h 50

      Le parc Safari n'est pas un lieu public. C'est un endroit privé appartenant à une personne qui fait payer l'entrée sur son terrain. Il est libre de faire ce qu'il veut sur son terrain. Il peut permette ce qu'il veut sur son terrain. Si vous n'aimez pas ce qui s'y passe, vous n'avez qu'à ne pas y aller. Cela s'appelle un boycott et est parfaitement légale. Si assez de personnes boycottent le parc, il devra penser à ne pas permettre des prières sur son terrain.

  • Bernard Terreault - Abonné 5 juillet 2017 09 h 02

    Bof

    Si ce coin était réservé (et payé, présumément), quel est le problème? On peut bien y célébrer une messe ou un rite iniatique tongouse.

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 5 juillet 2017 16 h 17

      C'est parce qu'il y a plein de visiteurs qui ont aussi payé leur droit d'entrée pour voir des lions, des zéléphants, des nounours etc....pas pour voir une journée religieuse musulmane.

      Le propriétaire Ranger aurait pu avoir la décence d'avertir le public-payeur qu'une partie de l'espace commun du Parc Safari était réservée à des activités religieuses organisées par le centre communautaire musulman Laurentien et par la mosquée AlRawdah.

      Le prix d'entrée pour une famille de deux adultes avec deux enfants est de $150. Les visiteurs méritent un minimum de respec M. Ranger.

  • Réal Ouellet - Inscrit 5 juillet 2017 10 h 15

    Cou'donc!

    Tant que les prières musulmanes sont acceptées dans les lieux publics, je ne vois pas de raison d'enlever le crucifix!

    • Pierre Desautels - Abonné 5 juillet 2017 11 h 28


      Et tant que le crucifix trône à l'Assemblée nationale, quel est le problème avec les prières musulmanes dans les lieux publics?

    • Marc Therrien - Abonné 5 juillet 2017 18 h 15

      Ça me rappelle des souvenirs d'enfance de chicanes: C'est pas moi qui a commencé, c'est lui!

      Marc Therrien