Montréal rayonne-t-elle à l’international?

Photo: Bombardier C'est à Montréal que s'élaborent les standards internationaux et la réglementation touchant l'aviation civile mondiale.

Montréal n’est pas Londres ni Genève ou Paris, mais au fil des décennies, la métropole s’est taillé une place enviable dans le réseau mondial des métropoles, devenues des entités qui jouent un rôle grandissant sur les plans économique, culturel et environnemental. Est-ce à dire que la ville a une influence sur la scène internationale ?

« Compte tenu de sa population, Montréal rayonne quand même pas mal et s’attire les louanges de plusieurs autres grandes villes. L’influence internationale [des villes] demeure toujours un peu symbolique compte tenu des pouvoirs réels détenus par les autres ordres de gouvernement. Mais il est clair que les villes ont un rôle grandissant à jouer dans l’attraction des créateurs et des entreprises », estime Philippe Fournier, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales (CERIUM) et expert en relations internationales.

La présidence du maire Denis Coderre à la tête de Metropolis, un réseau mondial réunissant 140 métropoles regroupant 700 millions d’habitants, contribue à faire rayonner Montréal au sein des villes qui cherchent à créer des alliances et à échanger de bonnes pratiques, pour jouer un rôle accru dans certains domaines liés aux réalités urbaines.

Carrefour de l’aviation

Montréal a jeté les premières bases de son réseau international en accueillant l’Association internationale du transport aérien (IATA) dès 1944, puis en attirant dans son giron l’Association de l’aviation civile internationale (OACI), organisme onusien. En 1991, le Conseil international des aéroports (CIA) élira aussi domicile dans la métropole. « Montréal est devenue un hub pour ce qui est de l’aviation, compte tenu de ces associations et de la présence de grands constructeurs aériens comme Bombardier et Pratt et Whitney », souligne le professeur Ram Jacku, directeur de la recherche au Centre de recherche aérien et spatial de l’Université McGill.

Depuis, c’est à Montréal que s’élaborent les standards internationaux et la réglementation touchant l’aviation civile mondiale, alors que l’Institut aérien et spatial de l’Université McGill, créé il y a plus de 66 ans, joue un rôle de premier plan dans la recherche sur les interventions des États dans l’espace et la gestion des débris spatiaux.

« En gros, nous surveillons qui fait quoi, nous évaluons les possibilités de conflits, nous conseillons l’ONU et d’autres institutions, notamment le ministère de la Défense du Canada et des agences spatiales », explique le professeur Jacku, à la tête du projet Milamos, un réseau mondial et indépendant de chercheurs qui travaillent au développement d’un traité international de démilitarisation de l’espace.

Le Protocole de Montréal, qui a mené à la conclusion d’un accord international pour réduire la destruction de la couche d’ozone, en 1985, a aussi ajouté à la notoriété de l’agglomération. La présence de 68 organisations internationales, dont plusieurs agences de l’ONU, a permis à Montréal « de tirer son épingle du jeu », estime le professeur Frédéric Mérand, directeur du CERIUM.

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le Bixi a contribué à accroître la notoriété de Montréal.

« Les quatre universités de la ville et son caractère cosmopolite, ça aide, mais Montréal se trouve quand même dans une province qui ne l’est pas [cosmopolite]. Il faut beaucoup de volontarisme politique pour pallier le fait que Montréal n’est pas une capitale économique », note-t-il.

Succès international du Bixi, Sommet international sur le vivre-ensemble, création du Centre sur la prévention de la radicalisation menant à la violence de Montréal : plusieurs autres villes se sont inspirées des politiques développées ici. « Certains de ces modèles sont aujourd’hui exportés ailleurs », note Philippe Fournier.

Reste que la concurrence entre grandes villes demeure très forte à l’heure où l’attrait des créateurs et des universitaires reste l’élément clé pour se forger une place enviable dans l’économie du XXIe siècle. « Montréal ne fait pas encore partie du C40 et a peu développé ces liens avec l’Amérique du Sud, là où aura lieu une forte croissance économique dans les prochaines décennies,remarque le professeur. Et là, il reste beaucoup à faire. »


Congrès internationaux

Montréal a coiffé en 2016 toutes les villes nord-américaines en matière d’accueil de congrès internationaux, devançant Toronto, Vancouver, New York, Chicago et Washington.

76 congrès

37 000 voyageurs d’affaires et congressistes (21 % de plus que la ville en seconde

position)

Source: Country and City Rankings 2016, ICCA
4 commentaires

Consultez la suite du dossier

  • Richard Olivier - Inscrit 20 mai 2017 07 h 52

    NON pas du tout.

    Faut payer pour se faire aimer....
    Montréal, canada.
    Des fonds publics pour stimuler le privé
    Le premier ministre du Québec, Phillipe Couillard, défend l’utilisation de fonds publics comme incitatifs pour stimuler les investissements privés au Québec.

    Aide alimentaire: de plus en plus de demandes dans le Grand Montréal

    «L’argent public est là pour servir de levier, pour déclencher l’investissement privé», a plaidé M. Couillard de passage à Montréal vendredi dernier lorsque questionné par Le Journal à ce sujet.

    La destruction des milieux humides contribue aux inondations

    Financière Power appuie toujours Marc Bibeau
    Les révélations d’une enquête de l’UPAC sur lui ne semblent avoir rien changé


    Moody’s abaisse la cote des banques canadiennes


    Les entreprises canadiennes ont envoyé 231G$ dans les paradis fiscaux

    • Plus de 1,3 million d'enfants canadiens en situation de pauvreté

  • Bernard Terreault - Abonné 20 mai 2017 12 h 50

    Amérique du Sud

    Montréal a peu développé ses liens avec l’Amérique du Sud, selon le professeur. Il fait bien de le souligner. Nos affinités culturelles devraient faciliter la de relations commerciales.

  • Yves Côté - Abonné 22 mai 2017 04 h 16

    Imaginons...

    Imaginons Montréal en véritable métropole nationale...
    Et Québec, en préalable obligée à cela bien entendu, en véritable Capitale Nationale indépendante des intérêts, et donc des idées trompeuses qui y sévissent sur ce que nous sommes, du Canada.

    Vive le Québec libre !

  • Micheline Dionne - Inscrite 22 mai 2017 09 h 26

    La question...

    Le verre de Montréal est-il à moitié plein ou à moitié vide? Considérant qu'aucune ville n'est parfaite et vivant les fêtes du 375e anniversaire de la fondation de la ville, avec les rappels romanesques des Maisonneuve et Jeanne Mance et une certaine fébrilité heureuse, j'ai envie d'être optimiste et de dire que le verre montréalais n'a rien à envier aux autres villes canadiennes en tout cas. Je lève mon verre à Montréal, sa mixité réussie très souvent, ses terrasses l'été, ses patinoires l'hiver, ses fameux Bixi, sa piscine olympique, sa grande bibliothèque, ses établissements d'enseignement, ses centres communautaires, milieux associatifs, initiatives solidaires, ses bénévoles, oui, J'AIME ÉNORMÉMENT MONTRÉAL.