La tempête a fait cinq morts au Québec

Tempête ou pas, il faut quand même sortir le chien, non?
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Tempête ou pas, il faut quand même sortir le chien, non?

Le bilan de la tempête qui s’est abattue sur le Québec et les régions limitrophes continuait de s’alourdir mercredi soir, au moins six Canadiens — dont cinq Québécois — et six Américains ayant péri en raison des intempéries, qui devraient enfin toucher à leur fin jeudi.

La tempête qui s’est amorcée mardi s’éloigne peu à peu vers le nord-est, mais plusieurs régions devraient encore être affectées par la neige et la poudrerie dans le centre du Québec ce jeudi. Dans l’est, le mauvais temps persiste le long du fleuve et du golfe Saint-Laurent.

« Sur le centre du Québec, entre 5 et 10 centimètres de neige supplémentaires » étaient attendus au cours de la nuit de mercredi à jeudi, et jusqu’à « 20 centimètres supplémentaires » sont prévus jeudi, selon Environnement Canada.

Pas moins de 37 cm de neige se sont abattus sur la métropole au cours des derniers jours, tandis qu’en Estrie un record de 50 centimètres a été atteint à Granby. Des vents dépassant les 100 km par heure ont contribué à rendre particulièrement difficile la plus importante tempête de la saison.

Ces bourrasques pourraient également expliquer les nombreux décès enregistrés autant au Québec qu’en Ontario et aux États-Unis.

Dans la région de Montmagny, deux hommes sont morts après avoir été coincés pendant plus de huit heures dans leur véhicule enlisé dans la neige à Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud. « Trois autres personnes, deux femmes de 27 et 37 ans ainsi qu’un homme de 40 ans, ont été secourues », a indiqué Martine Asselin, de la SQ.

Un appel aurait été fait au 911 aux environs de 23 h 30 mardi soir, selon la Sûreté du Québec. Des policiers et ambulanciers ont tenté de se rendre sur les lieux, en vain, l’état des routes et les conditions climatiques ne le permettant pas. Des motoneigistes de la SQ ont alors, à leur tour, tenté de se rendre auprès des deux hommes en détresse, mais leurs propres véhicules se sont enlisés dans la neige. Des efforts visant à se rendre au véhicule à pied ou par hélicoptère ont également dû être abandonnés.

On ignorait mercredi si les deux hommes étaient morts de froid ou si une autre cause, telle une intoxication au monoxyde de carbone, expliquait leur décès.

 

Non loin de la frontière ontarienne, un camionneur a pour sa part perdu la vie dans un brasier ayant pris naissance à la suite d’un carambolage de dix véhicules, sur l’autoroute 20. Un autre décès est survenu à Saint-Wenceslas à la suite d’une sortie de route sur l’autoroute 555.

Happé par une déneigeuse

 

Un homme de 58 ans a par ailleurs été frappé de plein fouet par une déneigeuse dans la région de Chaudière-Appalaches. Le quinquagénaire a été happé alors qu’il circulait à pied sur la rue Principale à Saint-Anselme vers 6 h mercredi matin. Un véritable blizzard s’abattait alors sur la région. L’homme serait décédé sur le coup, selon les autorités.

Le conducteur de la déneigeuse a dû être traité pour un choc nerveux. Il semble qu’il n’ait pas vu la victime avant de la frapper. Il est fort possible que l’homme de 58 ans n’ait pas vu le véhicule lui non plus, en raison des vents violents et de la faible visibilité qui prévalait alors.

Un mort en Ontario, six aux États-Unis

 

L’Ontario n’est pas en reste, puisqu’un camionneur a perdu la vie pendant un carambolage de trente véhicules sur l’autoroute 401, non loin de Kingston. L’accident majeur a mené à la fermeture complète de l’autoroute et à l’hospitalisation de 29 personnes, dont 13 employés des services de secours exposés à des substances toxiques. Le conducteur d’un véhicule semi-remorque a perdu la vie.

La tempête a aussi coûté la vie à au moins six Américains, dans les États du Wisconsin, du Massachusetts, de New York, du Connecticut et du New Hampshire. Les victimes sont âgées de 16 à 76 ans.

Retour à la normale

Les opérations de déneigement battront leur plein jeudi. Air Canada prévoit pour sa part un retour progressif à la normale, le nombre d’avis aux passagers étant passé de 21 mercredi à seulement quatre, jeudi. De nombreux vols continuaient d’être retardés ou annulés à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal, mais on s’attendait à une amélioration de la situation jeudi matin.

À voir en vidéo