Québec suspend les demandes de parrainage de réfugiés au privé pour 2017

Québec dit avoir pris cette décision pour pouvoir éliminer l’énorme pile de demandes qui se sont accumulées au cours des dernières années.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Québec dit avoir pris cette décision pour pouvoir éliminer l’énorme pile de demandes qui se sont accumulées au cours des dernières années.

Devant une accumulation ingérable de dossiers de réfugiés, Québec n’acceptera plus de nouvelles demandes de parrainage au privé pour l’année 2017. C’est ce qu’a annoncé la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), Kathleen Weil, en signant lundi un arrêté qui entrera en vigueur le 27 janvier pour toute l’année. Les groupes de parrains de 2 à 5 et les organismes communautaires qui souhaitent parrainer des réfugiés auront donc jusqu’au 26 janvier pour faire le dépôt d’une demande, après quoi aucun dossier ne sera traité.

« En concordance avec l’annonce faite par le gouvernement fédéral, nous suspendons temporairement la réception de nouvelles demandes de parrainage afin de réduire l’inventaire des demandes en attente », a déclaré la ministre Weil par voie de communiqué. Une semaine avant Noël, le ministre canadien de l’Immigration, John McCallum, avait décrété qu’il limitait à 1000 les « nouvelles » demandes de parrainage de réfugiés syriens et irakiens faites par des groupes de 2 à 5. Les organisations sans but lucratif qui sont signataires d’ententes de parrainage, comme certaines Églises, pourront quant à elles déposer des demandes pour tout au plus 7500 personnes en 2017.

Direction différente ?

Pour Janet Dench, directrice du Conseil canadien pour les réfugiés (CCR), le Québec adopte une ligne plus dure que le fédéral. « C’est trompeur de dire que le Québec agit en concordance avec le fédéral. Le fédéral, lui, n’a rien suspendu, il a simplement fixé de nouvelles limites », dit-elle. « La position du Québec est beaucoup plus dure parce qu’elle suspend toute nouvelle demande ». Si Ottawa a limité les demandes venant de Syriens et d’Irakiens, Québec s’adresse à tous les réfugiés, quelles que soient leurs origines.

Mme Dench craint que cela ne mine le programme de parrainage collectif qui a le vent dans les voiles depuis environ un an et demi, alors que nombre de Canadiens, et surtout de Québécois, ont commencé à vouloir aider les ressortissants syriens qui subissaient la guerre. « Les Québécois sont fiers d’avoir répondu à l’appel concernant les réfugiés syriens, […] mais là, la porte s’est fermée d’une façon abrupte et brutale. » Pour elle, la manière la plus efficace de régler le problème de l’inventaire serait plutôt d’augmenter les quotas de réfugiés qu’on accueille.

Réduire le retard accumulé

Québec dit avoir pris cette décision pour pouvoir éliminer l’énorme pile de demandes qui se sont accumulées au cours des dernières années, surtout des derniers mois. À l’heure actuelle, plus de 10 000 réfugiés (dont 7500 d’origine syrienne) ont été acceptés par le Québec et attendent l’approbation finale du fédéral avant de venir s’installer ici. Compte tenu du fait que la cible d’accueil est d’environ 4400 réfugiés parrainés par le privé pour 2017, et si la tendance se maintient, les réfugiés qui déposent une demande dans les prochains jours, même si le traitement est rapide, pourraient n’arriver au Québec qu’en 2019, voire au-delà.

C’est un mal pour un bien, croit Stephan Reichhold, directeur de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI), pour peu que le ministère revoie, comme promis, son programme de parrainage collectif complètement « désuet ». « Il n’est pas fait pour gérer une si grande quantité de demandes, car actuellement, il n’en refuse aucune. » Le programme n’a pas su gérer certains abus, notamment de la part de Syriens, ou d’Irakiens, ayant quitté leur pays mais qui n’ont pas du tout le profil de réfugiés et n’ont « clairement pas besoin de protection ».

M. Reichhold aimerait que Québec concentre désormais ses efforts sur la réunification familiale pour les familles de réfugiés syriens qui sont déjà ici, un peu comme cela a été fait pour les Haïtiens à la suite du tremblement de terre.

Il déplore toutefois que Québec ait autant tardé à réagir devant le flot de demandes qui s’accumulaient. « Il y a eu des consultations là-dessus avec les organismes à la fin de l’été et au début de l’automne. Ce sont des choses qu’on a regardées », s’est défendue Gabrielle Tellier, attachée de presse de la ministre de l’Immigration. « C’est une réflexion qui s’est poursuivie tout au long de l’automne et on a vu l’annonce du fédéral et on a pris notre décision. »