Piétons Québec demande l’interdiction du virage à droite au feu rouge partout

La fluidité automobile ne doit pas conditionner les villes, dit l’organisme.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La fluidité automobile ne doit pas conditionner les villes, dit l’organisme.

L’organisme Piétons Québec demande l’interdiction des virages à droite sur feu rouge partout au Québec.

Le co-porte-parole de Piétons Québec, Félix Gravel, dénonce du même coup les maires de l’agglomération de Montréal qui souhaiteraient autoriser ce virage à droite dans la métropole.

M. Gravel estime que les élus ont le devoir d’assurer un environnement sécuritaire aux piétons, et la permission de tourner à droite à un feu rouge va, selon lui, dans le sens contraire.

Piétons Québec qualifie cette approche d’irresponsable.

L’organisme clame que la fluidité automobile ne doit pas être l’unique critère qui conditionne le développement des villes. Déjà, selon Félix Gravel, « on a alloué de plus en plus d’espace aux automobiles, on a synchronisé les lumières et on a trop peu pensé aux piétons dans la conception des rues ». Il rappelle que le feu rouge est un des rares éléments dédiés aux piétons et que « c’est le minimum à préserver pour la sécurité des déplacements ».

M. Gravel conclut que la logique de fluidité automobile a rendu l’environnement de marche dangereux à plusieurs égards, comme en témoigne le nombre de morts et de blessés dramatiquement élevé partout au Québec. Piétons Québec presse ainsi tous les élus de prioriser la sécurité de leurs citoyens en maintenant l’interdiction du virage à droite sur feu rouge.

10 commentaires
  • Maryse Veilleux - Abonnée 9 janvier 2017 07 h 05

    Je comprends!

    ...ho c'est vrai, les automobilistes ne veulent jamais attendre, tout doit être fluide avec leurs mastodontes qui inondent les rues...À voir les dinosaures qui nous gouvernent pas étonnant que la planification urbaine soit aussi déficiente pour la circulation piétonne et cycliste. Les feux de circulation sont déjà peu respectés, si cette délinquance est autorisé, regardez-bien le nombre d'accident augmenter en flèche.

  • Yvon Bureau - Abonné 9 janvier 2017 10 h 31

    Devoir de visibilité extrême

    Piétons Québec devrait promouvoir le port de vêtements visibles ++++.
    Couleurs fluo+++. Une tuque fluo peut faire la différence pour notre sécurité et le manque d'attention des chauffeurs.

    Et chaque piéton doit croire que les chauffeurs ne les voient pas. Vaut mieux y croire.

    Fluorons-nous pour survivre !!!

    • Daniel Bérubé - Inscrit 9 janvier 2017 13 h 39

      Bien d'accord... nous voyons même parfois des personnes habillées en noir, le soir sur des routes non éclairées ! Si nous arrivons à leur hauteur en rencontrant un autre véhicule... c'est plutôt dûr à voir ! alors effectivement, les règlements devraient contenir des obligations envers les piétons aussi (petit déflecteurs à l'arrière des chaussure par exemple).

    • Sylvain Auclair - Abonné 9 janvier 2017 15 h 39

      Faudrait peut-être que les automobilistes pensent aussi à allumer leurs feux. Tous les soirs, j'en vois qu roulent tous feux éteints.

  • J-Paul Thivierge - Abonné 9 janvier 2017 12 h 23

    il est fondamental de savoir le priocessus avant de commenter .

    Je pense qu’une campagne de publicité à la grandeur du territoire du Québec
    devrait être organisée pour faire comprendre le processus de VDFR
    pour ceux qui n’ont pas compris ; les 3 étapes fondamentales incontournables ;

    de L’ « ART » de virer à droite !

    ARRÊTEZ … REGARDEZ bien … TOURNER … SI LES CONDITIONS LE PERMETTENT …

    Si les piétons et les conducteurs comprenaient et appliquaient bien le processus complet
    qui autorise un virage à droite au feu rouge sécuritaire.
    Les agents de circulation et autres intervenants vous le confirmeront ;
    il y a très peu de contraventions qui sont émises sur ce motif …
    la grande majorité des « tickets » est donnée pour raison de ne pas avoir fait l’arrêt réglementaire avant de virer à droite.

    Ainsi j’estime que si TOUS les conducteurs respectaient sérieusement ce processus il serait possible de permettre plus d’intersections où le VDFR serait sagement possible plus de 8 heures par nuit . Que si tous s’arrêtaient avant de virer il y aurait moins d’accidents car il y aurait conscientisation d’appliquer « SI les conditions le permettent «
    ainsi donc le piéton a tous les droits prioritaire à ce droit de passage vers la droite des véhicules routiers.

    • Marc Therrien - Abonné 9 janvier 2017 16 h 47

      Défense des droits vs exigence de la responsabilité

      J’imagine que vous êtes vous-même un conducteur et un piéton attentif et prudent pour parler ainsi et que vous ne vous considérez pas comme un être exceptionnel pour autant.

      Les comportements que vous décrivez permettent à l'un et à l'autre d’être responsable d’eux-mêmes et de prendre en charge leur propre sécurité plutôt que de compter sur des mécanismes de protection et surprotection qui n'ont pour effets secondaires indésirables que d’infantiliser les personnes et de renforcer leur incompétence, irresponsabilité et indiscipline. Je me demande bien pourquoi il faudrait interdire au reste des Québécois de continuer à développer une compétence de conduite automobile qui est exercée partout en Amérique du Nord, sauf à New-York et surtout, qu’est ce que l’ensemble de ces villes n’ont pas encore compris que l’organisme Piétons Québec, lui, a réalisé dès le début de sa jeune existence en 2015. Quand on pense qu’en Ontario il est même permis de tourner à gauche sur un feu rouge dans la circonstance suivante : «vous pouvez tourner à gauche d’une route à sens unique à une autre route à sens unique lorsque le feu est rouge après avoir fait un arrêt complet et vous être assuré(e) que la voie est libre. Cédez le passage aux piétons et aux autres véhicules».

      Cette préoccupation grandissante pour la sécurité pour ne pas dire l’obsession pour le «risque zéro» et le «zéro mort», commence à en dire beaucoup sur le manque de confiance en soi et aux autres dont je me demande où il nous mènerait s’il se généralisait.

      Marc Therrien

  • Pierre Marcotte - Inscrit 9 janvier 2017 12 h 29

    Aucun impact

    Les automobilistes ont le droit de tourner sur les feux rouges depuis 2003. On dénombre 7 morts de piétons liées à cette manoeuvre depuis ce temps (13 ans!). Un décès est déjà de trop, évidemment, mais il y a plus de morts annuellement liés à la consommation de produits nettoyants ménagers, alors n'exagérons pas.
    Cette manoeuvre permet de sauver du temps, et donc de l'essence, ce qui est bénéfique pour l'environnement. Les piétons et les voitures partagent la route, il faut alors bien sûr que les deux se respectent. Plusieurs piétons appuient sur le bouton qui leur permettent de traverser de façon sécuritaire, pour ensuite traverser immédiatement la rue, laissant les voitures attendre à leur tour la fin du compteur, l'intersection vide.
    Vous voulez que les voitures attendent la lumière verte pour tourner? Attendez le symbole vous permettant de traverser. Le respect, ça va dans les deux sens.

    Référence: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1005637/virage

  • Denis Paquette - Abonné 9 janvier 2017 12 h 54

    Au service d'actionnaires qui s'en criss

    avec notre population vielissante peut etre est-il sage de ne pas écouter ces chauffeurs tout-a fait emporter par leur bagnole rugissante , surtout ceux qu'ils ont tellement de roues qu'ils ont peine a voir ce qui se passe, faut il donner prirorité a ces enrageés du tout a temps, qui dans le fond sont au service d'actionnaires, qui s'en criss

    • Daniel Bérubé - Inscrit 9 janvier 2017 19 h 15

      ... faut il donner prirorité a ces enrageés du tout a temps, ...

      Les véhicules n'ont pas priorité si un piéton veux traverser ! Le véhicule ne peux tourner que si aucun véhicule ne vient de sa gauche et aucun piéton ne traverse ou s'apprète à traverser sur son feux vert. Le véhicule ne peux tourner à droite sur la rouge que si aucune circulation de véhicule ou piétonnière n'est engagé ou en voie de le faire, et ce, sur la ligne de trafic où vous voulez vous engager.

      Par contre, il reste à savoir si le respect est assz présent sur les routes entre véhicules, cyclistes et piétons pour ce faire. Le risque est sans doute assez grand, considérant l'exemple que nous apporte le monde politique sur la chose (respect / Trump).