Snowden secoue le meilleur des mondes

Considéré comme un héros par les groupes de défense des libertés, Edward Snowden est inculpé pour espionnage aux États-Unis, où il risquerait jusqu’à 30 ans de prison.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Considéré comme un héros par les groupes de défense des libertés, Edward Snowden est inculpé pour espionnage aux États-Unis, où il risquerait jusqu’à 30 ans de prison.

Le moment n’aurait pu être mieux choisi pour entendre le plaidoyer d’Edward Snowden. La mise en garde du plus célèbre lanceur d’alerte du XXIe siècle résonne particulièrement fort au milieu de cette semaine où l’espionnage de plusieurs journalistes ne laisse plus de doutes.

Il est apparu sur écran géant en direct de Moscou, par une vidéoconférence à l’Université McGill. Le tonnerre d’applaudissements calmé, il affirme peu après : « Nous sommes tous surveillés, ce n’est pas de la science-fiction et ça arrive maintenant. » Prenant pour exemple les récents événements locaux, il s’inquiète de « cette attaque radicale de la liberté de presse, qui représente une menace au modèle traditionnel de notre démocratie ».

Ces scandales constituent en fait de nouveaux épisodes des dérives des appareils de renseignement, peu importe l’échelle. Plus important encore, le rythme des avancées technologiques de la surveillance organisée « a dépassé le contrôle démocratique », insiste Snowden.

Le temps où une grande équipe et des moyens extrêmement coûteux étaient nécessaires pour espionner une seule personne est loin derrière. « Cette dynamique s’est inversée complètement, dit-il, dans un contexte où une seule personne, loin de ses cibles, peut en traquer un nombre extraordinairement grand avec des précisions inimaginables. » Ce changement fondamental et dangereux pour le droit à la vie privée est sa motivation première à sonner l’alarme.

En disant ces mots, son écran s’obscurcit un bref instant. Il montre à la foule une photo d’un immense entrepôt de données. « Les gouvernements n’ont pas demandé la permission du public pour s’impliquer dans ce genre de collecte », au contraire, la négation de cette réalité a tout simplement empêché le débat.

La menace, toujours

En plus de l’innovation technologique, les gouvernements brandissent des « supermenaces, des ennemis terroristes de plus en plus grands » pour demander de plus en plus de pouvoirs. Cette « politique de la peur » a changé la manière dont les lois sont passées, selon lui. « Comment peut-on préserver une société libre dans un contexte de gouvernement illimité ? » demande-t-il à l’assistance.

La justice s’est pliée aux demandes des corps policiers au Québec après tout, a-t-il rappelé, sans que les chefs de police admettent que cette surveillance allait trop loin. « La loi est en train de faillir à son devoir de protéger nos droits », réitère Snowden. Et ce droit à la vie privée est la base même de nos sociétés, ce qui permet au « soi » d’exister.

La forte affluence a pris au dépourvu les organisateurs. Quelques minutes avant le début de la vidéoconférence, des centaines de personnes débordées dehors et scandant « laissez-nous entrer » se sont élancées dans le bâtiment pour tenter d’entrer. Prenant acte de la popularité du rendez-vous — et de piquets de grève qui ont dû être franchis par le public pour l’entendre — l’ancien consultant de la National Security Agency (NSA) s’est montré patient et très attentif à la série de questions posées en majorité par des étudiants.

C’est à travers une interface virtuelle qu’il est forcé d’apparaître le plus souvent depuis trois ans, puisqu’il vit réfugié en Russie. En 2013, il a déclenché une tempête politique, diplomatique et sociale en révélant l’ampleur de la toile de surveillance des communications par les services secrets américains.

Considéré comme un héros par les groupes de défense des libertés, il est inculpé pour espionnage aux États-Unis, où il risquerait jusqu’à 30 ans de prison. Les documents obtenus par Snowden et diffusés au public grâce à deux journalistes révélaient que la NSA avait surveillé systématiquement téléphones, cellulaires, courriels. Les communications de millions de citoyens, ainsi que celles de chefs d’État, pouvaient donc potentiellement être scrutées par les autorités.

Des lois concernant la vie privée des utilisateurs d’Internet ont été modifiées depuis ces révélations. Le jeune trentenaire a demandé au président américain, Barack Obama, de lui accorder le pardon, pardon qui lui a été refusé à maintes reprises. En conclusion de sa conférence, Snowden a d’ailleurs souhaité répéter l’expérience à Montréal, en personne cette fois.

En attendant, « c’est entre vos mains ».

À voir en vidéo