Charles Taylor reçoit une bourse prestigieuse

Aujourd’hui âgé de 84 ans et professeur émérite à l’Université McGill, Charles Taylor est le premier lauréat de ce prix.
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir Aujourd’hui âgé de 84 ans et professeur émérite à l’Université McGill, Charles Taylor est le premier lauréat de ce prix.

Le philosophe québécois Charles Taylor a décroché une prestigieuse bourse d’une valeur de 1 million de dollars, rapporte le New York Times.

L’ancien coprésident de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, aussi appelée commission Bouchard-Taylor, est le lauréat du prix Berggruen, remis annuellement à « un penseur dont les idées sont de grande importance pour façonner la compréhension de l’humain et de l’avancement de l’humanité ».

Cet honneur doit lui être remis lors d’une cérémonie qui sera tenue à New York le 1er décembre prochain. Il est commandité par l’Institut Berggruen, un organisme établi à Los Angeles qui fait la promotion de la saine gouvernance et du dialogue entre les cultures, notamment entre l’Occident et l’Asie.

Premier lauréat

Aujourd’hui âgé de 84 ans et professeur émérite à l’Université McGill, M. Taylor est le premier lauréat de ce prix.

« L’un des philosophes les plus importants du monde, Taylor est influent dans l’ensemble des sciences humaines, sciences sociales et dans les affaires publiques. Il a été une voix de premier plan pour l’unité du Canada et la préservation de l’identité distinctive du Québec. Et il est un leader mondial dans l’approfondissement de la compréhension entre les différentes traditions intellectuelles et les civilisations », indique l’Institut dans un communiqué.

« Le travail de Taylor nous pousse à voir les êtres humains comme constitués non seulement par leur biologie ou leurs intentions personnelles, mais par leur intégration dans les réseaux de relations significatives. »

L’an dernier, la Bibliothèque du Congrès américain lui avait décerné le prix John W. Klug. Le Québécois avait ainsi partagé une bourse de 1,5 million de dollars avec Jürgen Habermas, éminent philosophe allemand, en reconnaissance de sa contribution à la discipline et de son engagement public.

12 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 5 octobre 2016 02 h 58

    Bravo M Taylor !

    « Le travail de Taylor nous pousse à voir les êtres humains comme constitués non seulement par leur biologie ou leurs intentions personnelles, mais par leur intégration dans les réseaux de relations significatives. » (Institut Berggruen, Los Angeles, ÉU)

    De cette citation, il convient de saluer tout autant l’humanisme pragmatiste que la sagesse d’un homme qui, impliqué et engagé dans la communauté intellectuelle et sociale, demeure un fervent québécois !

    Bravo M Taylor ! - 5 oct 2016 -

  • Michel Lebel - Abonné 5 octobre 2016 06 h 42

    Félicitations!


    Félicitations à ce grand philosophe et humaniste.

    M.L.

  • Jean Lapointe - Abonné 5 octobre 2016 07 h 31

    Ce n'est pas ce que beaucoup d'entre nous pensent.

    « L’un des philosophes les plus importants du monde, Taylor est influent dans l’ensemble des sciences humaines, sciences sociales et dans les affaires publiques. Il a été une voix de premier plan pour l’unité du Canada et la préservation de l’identité distinctive du Québec.» ( l’Institut Berggruen)

    Je pense pouvoir dire que nous sommes nombreux au Québec à ne pas être de cet avis.

    Mais ces messieurs-dames de l'Institut Berggruen ne nous ont pas évidemment demandé notre avis.

    Sans doute que pour eux cela n'a pas d'importance. Nous ne comptons pas vraiment pour eux étant donné que nous sommes un peuple d' arriérés dont les opinions ne comptent pas.


    Charles Taylor se penche sur notre cas mais ne nous respecte pas. Il cherche à imposer sa vision des choses sans tenir compte de ce que nous nous voulons.

    Ne nous laissons donc pas impressionner.

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 5 octobre 2016 09 h 16

      M. Lapointe, je suis une de celles qui pensent comme vous.
      M. Taylor comme M. Trudeau père ont fait des carrières sur le dos des Québécois qui sont manipulés par une monarchie constitutionnelle et absolue.

    • Jean-Marc Simard - Abonné 5 octobre 2016 09 h 27

      La distribution de ces prix ne m'ont jamais impressionnés...Ça ressemble plus à du flattage de bedaine orgueilleuse entre confrères...C'est du selfie intellectuel...

    • Gilles Théberge - Abonné 5 octobre 2016 09 h 43

      Je suis d'accord, nous ne sommes pas nombreux a trouver cela commem étant une bonne nouvelle.

      C'est comme à peu près tout les soi-disant palmarès de tout ordres où dominent de façon outrageante les anglos-saxons, parce qu'ils sont fabriqués par qui...? Je vois que vous l'avez deviné.

      Dans le cas de cet Institut, "prestigieux", il suffit qu'un mécène aux idées quelconques ait eu une inspiration et voilà le travail!

      Charles Taylor a laissé au Québec une trace indélébile. Devinez pour qui à part les muticultiralistes?

      Or ce débat est loin d'être clos...

    • Robert Beauchamp - Abonné 5 octobre 2016 15 h 22

      M. Taylor s'est aventuré sur le plan politique à propos d'un projet de charte qui lui répugnait. Il faut se rappeler sa réaction qui frisait la démagogie. Il aurait mieux fait s'il avait eu le courage de harceler le gouvernement de l'époque afin qu'il donne suite aux recommandations de la commission qu'il co-présidait.

  • Hélèyne D'Aigle - Inscrite 5 octobre 2016 11 h 46

    Chapeau , Monsieur Charles Taylor !


    Charles Taylor , né d'une mère francophone et un père anglophone

    ne pouvait passer à côté de la question d'identité .

    Il a osé s'aventurer sur un terrain miné en tant que philosophe .

    Ses propos réfléchis m'ont toujours interpellés , inspirés et éclairés !

  • gaston bergeron - Abonné 5 octobre 2016 16 h 23

    Un prix d'une telle organisation...

    qui joue dans « la gouvernance mondiale qui souligne le rôle du G-20 en tant qu’organe directeur de la mondialisation »... (Wikipedia)
    Accepter ce prix démontre où vont s'échouer ces valeurs profondes de philosophe...