Partir se battre en Syrie en toute légalité

«Je suis impatient de partir, bien qu’une fois là-bas, ça risque d’être totalement l’opposé. Je ne m’en vais pas en vacances», explique au «Devoir» G., un Québécois de 28 ans.
Photo: Zac Baillie Agence France-Presse «Je suis impatient de partir, bien qu’une fois là-bas, ça risque d’être totalement l’opposé. Je ne m’en vais pas en vacances», explique au «Devoir» G., un Québécois de 28 ans.

Il n’a aucune formation militaire, et pas plus de billet de retour. Dans quelques jours, G., un Québécois de 28 ans, foulera le sol syrien pour se joindre à une unité de combat kurde. Son but : prendre part à la lutte armée contre le groupe armé État islamique (EI), une cause qui attire des centaines de jeunes Occidentaux en Syrie.

« Je vais rejoindre l’YPG, l’Unité de protection du peuple », lance le jeune homme, qu’on imaginerait plus au centre d’une manifestation étudiante que sur un champ de bataille. L’unité qu’il s’apprête à rejoindre fait partie des Forces démocratiques syriennes (FDS). Cantonné dans la région de Rojava, dans le nord de la Syrie, son camp est opposé aux autres forces en présence dans le pays : le groupe armé État islamique, les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) et le gouvernement de Bachar al-Assad.

Rencontré dans son appartement montréalais, G., qui craint que la publication de son nom complet compromette sa sécurité sur le terrain, explique au Devoir son « projet », comme il l’appelle, qui est échafaudé depuis plus d’un an. « Je suis impatient de partir, bien qu’une fois là-bas, ça risque d’être totalement l’opposé. Je ne m’en vais pas en vacances. »

Il compare son engagement auprès des Kurdes aux Brigades internationales de la guerre civile espagnole, composées d’étrangers (dont des Canadiens) engagés pour en découdre avec les troupes de Franco (voir encadré). « J’ai toujours pensé que, si j’avais vécu en 1936, je serais allé en Espagne pour combattre le fascisme. » La Syrie ouvre la porte à un troisième conflit mondial, croit-il, comme la guerre d’Espagne avait précédé la Seconde Guerre mondiale.

L’idée de quitter le Québec pour se battre contre l’EI a trouvé écho au sein de la génération de G., inspirée notamment par le passage à l’émission Tout le monde en parle, en novembre dernier, d’un ex-militaire surnommé « Wali » qui s’est joint à une unité de combat kurde. Le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) parle même d’un « effet Wali » ressenti sur le terrain. Le Centre avertit toutefois que, peu importe leur camp, les jeunes qui partent pour la Syrie sont considérés comme « radicalisés ».

Des convictions qui mènent au combat

Pourquoi partir ? « Là-bas, tu ne peux pas dire [au groupe EI] : “on s’assoit à une table et on va discuter”. Le combat doit se faire militairement, on n’a pas le choix », explique G., qui parle d’une guerre contre la barbarie incontournable. D’abord bouleversé et révolté par le sort des civils syriens, G. a voulu mettre fin à son sentiment d’impuissance, et passer lui-même à l’action. C’est par Internet qu’il est entré en contact avec le groupe syrien Lions de Rojava, qui recrutait des combattants occidentaux grâce à leur site Web, aujourd’hui hors ligne.

« Ç’a été mon premier groupe de contacts, mais ils avaient du mal à me faire rentrer [en Syrie]. C’est l’YPG qui a pris le relais par la suite. Ils m’ont fait remplir un long questionnaire sur mes motivations, et m’ont accepté. » Ce groupe armé, qui comprend aussi une branche féminine (YPJ), lui fournira là-bas un entraînement, une arme et de l’équipement, lui promet-on. « Ils demandent de rester un minimum de six mois, mais je ne sais pas combien de temps je pars. Mon budget est pas mal illimité, j’ai prévu une réserve pour plusieurs années s’il le faut », calcule-t-il, à la veille du départ imminent.

G. s’engage ainsi volontairement, sans salaire. Son combat représente la « solution idéale au conflit syrien », en plus de correspondre à ses valeurs progressistes, croit-il. « Il n’y a pas de hiérarchie militaire classique [au sein du YPG]. Tout le monde fait les tâches ménagères, par exemple. Ce groupe est féministe, environnementaliste, et tolère tout le monde. Peu importe ta religion, peu importeton origine, là-bas, ce n’est pas un objet de conflit. Tous ces progrès-là, dans cette région du monde, valent vraiment la peine, à mon avis, d’être défendus. De montrer qu’il y a des alternatives aux autres camps là-bas, qui sont très sectaires, très fermés. »

Ce discours est notamment inspiré par le récit d’autres Canadiens qui sont allés combattre aux côtés de cette force militaire qui mène aussi une offensive sur le Web, celle-ci afin de recruter de jeunes Occidentaux.

À titre d’exemple, la page Facebook de la Canadienne Hanna Bohman documente son voyage en Syrie, où elle s’est battue au sein du YPJ, l’unité de combat féminine. « Un jour, quand je reviendrai sur mon temps passé au Kurdistan, ce n’est pas des corps et des tueries que je me souviendrai, mais de ces êtres exceptionnels de partout au monde avec qui j’ai partagé cette partie de ma vie. De vrais camarades », écrit-elle en publiant une photo de combat.

L’ex-militaire québécois Wali fait lui aussi ouvertement la promotion du départ pour la Syrie afin de combattre pour le groupe YPG. Sur le forum de discussion de son site Web, des internautes francophones lui demandent même comment s’y rendre.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une organisation pro-opposition, avance que 400 combattants occidentaux combattent au sein de l’YPG, en plus de « plusieurs milliers » de Turcs, d’Iraniens et de Kurdes.

Une forme de radicalisation

Le CPRMV ne partage pas l’engouement de G. au sujet des groupes qui combattent l’EI. « Vouloir quitter le Québec pour combattre en Syrie, pour n’importe quel groupe armé, est considéré comme de la radicalisation », affirme sans détour Herman Deparice-Okomba, directeur du CPRMV.

Dans un rapport publié vendredi, le centre a recensé des points communs entre les nombreux profils de jeunes radicalisés, de tous les milieux sociaux, qui souhaitent combattre en Syrie. Parmi ceux-ci, on peut noter le goût de l’aventure, celui d’être utile au monde, une indignation face aux victimes du conflit syrien et une frustration de l’inaction des gouvernements occidentaux. À cela s’ajoute un ingrédient essentiel, selon le rapport : une exposition à un discours radical alternatif par un « agent de radicalisation », soit en personne ou sur le Web. Selon M. Deparice-Okomba, Wali est un agent de radicalisation.

G. rapporte s’être enquis de la légalité de son projet par l’entremise d’un enquêteur de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), dans les jours précédant son départ. Vérification faite, la GRC a confirmé que seules les personnes souhaitant rejoindre un groupe reconnu comme terroriste par le Canada sont interceptées à leur départ. Quitter la Syrie pour l’YPG ou tout autre groupe envers lequel le pays n’est pas en guerre ne constitue pas une infraction criminelle.

« Nous rencontrons ces personnes pour leur indiquer que, même si elles ne rejoignent pas un groupe terroriste, elles doivent comprendre qu’il est aussi illégal de poser des actions terroristes une fois là-bas », explique la caporale Camille Habel, de la GRC.

Les risques de l’engagement

Tout au long de l’été, les Forces démocratiques syriennes (FDS) et leur « Unité de protection du peuple » (YPG) ont mené d’âpres combats pour reprendre la ville de Manbij des mains du groupe armé État islamique.

Peu avant la prise finale de la ville, le 12 août, un volontaire américain de l’YPG est tombé au combat. Les médias locaux rapportent que William Savage, 27 ans, du Maryland, serait mort à la suite de ses blessures.

Pour sa part, G. minimise le risque d’être tué, blessé ou fait prisonnier là-bas. « Ma principale crainte est plutôt que la guerre en Syrie soit perdue aux mains du groupe armé État islamique, explique-t-il. Je pars pour revenir, sans quoi je n’aurais pas tant travaillé pour payer mes dettes d’études. »

C’est l’engagement qu’il a pris auprès de ses proches, au moment de leur avouer son départ, dont la date a été fixée il y a à peine deux semaines. « C’est au niveau de la famille que ça a accroché le plus. C’est parmi les personnes qui ont eu le plus de difficultés avec mon projet. Maintenant, c’est plus calme, ils ont accepté, mais il y a une personne qui le prend encore mal. Je ne peux rien faire pour ça. »

La soeur de G. a confié au Devoir qu’il est encore très difficile pour sa mère d’accepter cette décision, qualifiée aussi d’« irrationnelle » par leur autre soeur. Elle-même, toutefois, croit au projet de son frère. « J’ai confiance en lui. Je sais que c’est un gars qui a des principes, qui est très terre à terre, et qui part de manière réfléchie. »

Pour sa part, G. espère que la Syrie accaparera plus d’attention au Québec et que le Canada s’engagera davantage dans le conflit, côté kurde. « Les gens me demandent comment ils peuvent m’aider. Je leur dis : “parlez-en !” On n’en parle presque plus, ici. »

Si tout se passe comme prévu, G. s’attend à recevoir, comme Wali, un nom de guerre dans les jours ou les semaines à venir.

Inspirés par les Brigades internationales

S’ils ne sont pas d’anciens militaires, plusieurs volontaires occidentaux souhaitent se battre contre le groupe EI à la manière des brigades internationales, qui ont lutté contre le fascisme de Franco au moment de la guerre civile espagnole, entre 1936 et 1938. Communistes, anarchistes, syndicalistes de plus de 50 pays se disaient alors animés par l’antifascisme, la volonté de restaurer une forme de démocratie ou le soutien de la cause révolutionnaire. Les Canadiens ont été assez nombreux à s’engager dans cette cause. Ils formèrent d’ailleurs le bataillon Mackenzie-Papineau (les Mac-Paps), comptant notamment dans ses rangs le docteur Norman Bethune. Marie-Pier Frappier
16 commentaires
  • Yves Petit - Inscrit 22 août 2016 07 h 24

    Merci et bonne chance

    Il faut saluer G et les quelques Occidentaux qui partent se battre pour le bon côté. Ce sont les héritiers des Brigades Internationales de la guerre civile espagnole. Je lui souhaite de connaître la victoire et de rester en vie.

    • Maryse Veilleux - Abonnée 22 août 2016 14 h 17

      Le "bon" côté?... qu'est-ce qui détermine que l'on est du "bon" côté? Qui a construit le groupe EI? On ne peut comparer leur geste à ce qui se passe en 1936, la réalité étant toute autre à cette époque, nous sommes 80 ans plus tard. De plus les visages de la guerre ont changés. Et le rapport incriminant Tony Blair dans l'intervention en Irak... nous héritons (par la violence du groupe EI) du saccage que les USA et l'Angleterre ont fait en Irak. Plusieurs membres du groupe EI sont des anciens de la garde de Saddam Hussein.

    • Pierre Bernier - Abonné 22 août 2016 15 h 25

      Vision matinale courte ?

  • Raymond Lutz - Inscrit 22 août 2016 07 h 45

    Quelle connerie.

    Et quand le groupe YPG sera reconnu terroriste, il fera quoi, le jeune G?

    Quand ses potes s'amuseront à couper la tête d'un petit garçcon, il prendra un selfie? Je fais référence ici aux rebelles 'modéré' qui ont l'appui des USA et qui ont filmé fièrement leur horreur cet été.

    Si G veut épargner des vies civiles, qu'il fasse donc une grêve de la faim pour que nos partenaires, l'Arabie Saoudite et les USA cessent de financer et armer les mercenaires en Syrie.

    Googlez "Pentagon Unclear on Which ‘Terrorist Groups’ It Vows to Fight with Turkey" et aussi "nos terroristes osmane"

  • Maryse Veilleux - Abonnée 22 août 2016 08 h 19

    Le rapport à la réalité

    J'ai du mal à comprendre qu'un individu se rende à une telle destination et ne se soit pas préalablement enrolé dans l'armée, ne serait-ce que pour les techniques d'entraînement au combat. Sur le terrain la réalité sera très différente. Est-ce l'effet internet des jeux vidéos où le combat se fait derrière un écran? Pour l'indgnation, je la comprends, plusieurs choses se passent dans le monde, et dans notre propre province, de nature à susciter cet élan poussant à agir, par contre pas certaine qu'il soit bien canalisé. Et que la GRC laisse les gens partir pour effectuer ce genre d'activité, hum... comme le disent les intervenant du CPRMV, la radicalisation demeure, qu'elle soit pour un camp ou l'autre.

  • Lise Bélanger - Abonnée 22 août 2016 09 h 14

    Ces jeunes devraient plutôt combatrre les musulmans qui tentent de tuer notre société, de lui enlever toute démocratie, égalité des sexes pour insturer la charia entre autre, et cela ici chez nous, et partout en Occident.. Le vrai combat il est ici. Le vrai courage, il est ici. Plus subtil mais plus vrai encore. Le courage de défier les médias qui montrent un enfant syrien malmené et oublient tous les petits enfants français tuer par des terrosites musulmans, par exemple. Défier tous ces esprits qui se croient généreux en oubliant leur responsabilité vis-à-vis leur propre société et enfants. Ceci ça prend du vrai courage et de la ténacité. Mais c'est moins spectaculaire.

    La lucidité, le vrai courge est d'abord ici: prétéger nos enfants, notre liberté, notre paix.

    Cachons encore que nous sommes en guerre chez nous avec la communauté musulmane et la vérité éclatera avec la fin de la paix en Occident.

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 22 août 2016 09 h 27

    Chimère...

    Ce n'est ni plus ni moins qu'une propagande guerrière pour jeunes hommes et jeunes femmes en mal d'en découdre avec ... la vie?

    Parce que c'est de leur vie, dont il est question ici, qu'ils ou elles risquent de perdre à ces jeux de.... "games of thrones" .

    Un "jeu" qui se passe dans un lieu "exotique" mais qui n'a rien à voir avec la réalité
    du terrain.