La constance de l’indigné

Roméo Bouchard vient de publier «Survivre à l’offensive des riches».
Photo: Fabien Deglise Le Devoir Roméo Bouchard vient de publier «Survivre à l’offensive des riches».

L’actualité des derniers jours et l’asphalte de l’autoroute 20 entre Montréal et Saint-Germain de Kamouraska pour arriver jusqu’à Roméo Bouchard, dans son habitat naturel, ne pouvaient que se rejoindre pour ouvrir la conversation.

Que pense le militant des nouvelles allégations de malversations qui ont heurté la semaine dernière les esprits et surtout le ministère des Transports (MTQ), avec en trame de fond un premier ministre jouant en simultané les trois singes de la sagesse : rien vu, rien dit, rien entendu ? Et ce, quelques mois à peine après le dépôt du rapport de la commission Charbonneau et son autopsie de la corruption au Québec.

« C’est affligeant, lance-t-il. En matière de lutte contre la corruption, on gosse sur des morceaux du puzzle, sans jamais atteindre le coeur de la machine. Cette histoire est une preuve de plus que nous n’avons plus le contrôle sur les décisions collectives, que nos élus n’ont plus de pouvoir et que si nous ne réagissons pas très vite, c’est dans un mur que nous allons rentrer. »

Lucide et déterminé

C’est un samedi après-midi plein de lumière. Entre le fleuve Saint-Laurent, les paysages du Kamouraska, le terroir et la sérénité, Roméo Bouchard, fraîchement « octogénairisé » en avril dernier, a le regard critique posé sur son époque depuis quelques minutes et le côté sombre du tableau qu’il dresse tranche avec la beauté des lieux.

« Le bilan, il est là, résume celui qui vient de publier Survivre à l’offensive des riches (Écosociété). Le néolibéralisme a pris toute la place, nous a tous mis au pas. Pendant deux siècles, ça a été plus ou moins acceptable. Lors de la révolution industrielle, le syndicalisme, le marxisme ont réussi à faire ce contrepoids qui a limité l’écart entre les pauvres et les riches. Mais depuis 30 ou 40 ans, avec la mondialisation, la bourgeoisie qui s’est octroyé le pouvoir à partir des révolutions, qui fait tout pour le conserver depuis, s’est concentrée et a concentré ses moyens de contrôle de la planète. On en arrive à un point de délire total qui est sur le point de tout faire basculer. »

À l’écouter, on pourrait croire Roméo Bouchard pessimiste. Erreur, l’homme né dans le Québec du premier mandat de Duplessis, qui a cosigné le manifeste fondateur du mouvement étudiant de mai 68 au Québec, qui a été prêtre avant de défroquer pour prendre part à la révolution sexuelle, qui a cofondé l’Union paysanne, qui a posé les bases de l’opposition à l’oléoduc d’Énergie Est dans sa région, et qui préside aujourd’hui à la destinée de la Coalition pour la constituante, mouvement appelant à une refondation de la démocratie par le peuple, se dit surtout lucide et toujours aussi déterminé.

« Je sens l’abattement et l’impuissance autour de moi face à ce qui nous arrive, dit-il. Après toutes ces années, je pourrais baisser les bras, mais ce n’est pas dans ma nature. Je cherche encore les issues de secours. »

Devant sa machine à café à capsules qui produit plus de déchets, moins de recyclage et qui asservit le consommateur, Roméo Bouchard s’amuse un instant de la contradiction qu’il a fait entrer dans sa maison, puis revient sur ses préoccupations du moment. « L’austérité, c’est la dernière étape d’un vaste projet de démantèlement de l’État par le pouvoir de l’argent, dit-il. C’est faire entrer les missions de l’État dans le spectre du marché libre et privé tout en faisant oublier au peuple que si nous sommes à ce point endettés, ce n’est pas à cause du coût des services publics et des filets sociaux que nous avons mis en place, mais bien parce qu’un petit groupe d’individus nous endettent collectivement pour mieux s’enrichir eux-mêmes. »

La parole au peuple

Autour de l’homme, qui vient de préparer la terre de son jardin en prévision d’une nouvelle saison, le printemps tardif expose les signes tangibles de son retour, avec ses bourgeons, un chant d’oiseau et une chaleur dans le fond de l’air, mais Roméo Bouchard, lui, évoque surtout une autre forme de renouveau. « Le changement de civilisation pour lequel j’ai milité depuis toutes ces années, dans une multitude de mouvements, est complètement bloqué, parce que le système démocratique que nous avons l’est aussi. »

Il poursuit : « Le choix est désormais simple : pour limiter les dégâts, il faut changer la structure de la démocratie, sinon, ce sera la dégradation complète de nos environnements naturel, social et politique, fatale au maintien de la vie. »

La perspective est aride, mais c’est pourtant sur elle que son projet d’assemblée constituante, pour lequel il se bat désormais, prend racine. « Quand on a commencé en 2012, c’était tellement neuf que les gens ne savaient même pas de quoi il était question : réécrire une constitution pour le Québec et le faire faire par le peuple, pour le peuple, dans le cadre d’un vaste chantier démocratique. »

Depuis, la chose a fait du chemin, assure M. Bouchard, et elle devrait d’ailleurs continuer à en faire pour se substituer à l’idée de référendum sur l’indépendance du Québec, un projet qui ne sait tellement plus où il va qu’il ne peut qu’aboutir nulle part, dit-il.

« Les gens n’y croient plus, n’en veulent plus. C’est une vieille cassette du PQ. C’est partisan. Les libéraux ont toutes les armes contre ça. C’est une ornière dont le mouvement souverainiste ne peut plus se sortir, résume Roméo Bouchard. La seule issue, c’est l’assemblée constituante qui va définir le Québec de demain en écrivant une constitution. Le référendum va porter sur cette constitution Et il ajoute : « Une assemblée constituante, ce n’est pas un sondage rapide. Ce sont deux ans de travaux. C’est un travail énorme de discussion, de réflexion sur notre avenir collectif, comme jamais cela a été fait ici. Et c’est aussi une façon de se reconnecter à un territoire pour retrouver le chemin de l’autonomie. »

Autour de lui, les paysages de Kamouraska, avec leurs lignes harmonieuses caressant les rives du fleuve, avec leurs plateaux de terres agricoles, imposent leur majesté, mais résument aussi l’action et l’engagement de l’homme qui est arrivé là en 1975, qui y a fondé une famille et qui y trouve encore la source de son inspiration.

« À Montréal, je me battais pour des causes, pour la décolonisation, le marxisme, le Petit Livre rouge de Mao, Che Guevara. Quand je suis arrivé ici, c’est pour moi que je l’ai fait. Ma ferme, je l’ai baptisée “Le petit pays”, et c’est pour lui que je me suis battu dans le respect du territoire, des autres et pour l’égalité. »

Les fondements de ce combat et la persistance de cet engagement méritent de plus en plus d’être transmis à d’autres et d’être partagés, croit-il. « Mon dernier bouquin a été présenté comme un testament politique. J’accepte cette définition. C’est un appel à la résistance contre tout ce qui cherche à remettre en question l’équité sociale. » Une leçon d’intégrité aussi, qui a été et reste encore le carburant de ce militant infatigable qui sait très bien comment justifier la constance de son indignation : « Si on m’ampute de ma capacité à réfléchir, je meurs. Et même si on ne gagne pas tous nos combats, ce n’est pas une raison pour ne pas continuer. »


Roméo Bouchard en cinq dates

1936 Naissance à Normandin, au Lac-Saint-Jean

1968 Signe le manifeste fondateur de la révolte étudiante de mai

1975 Se lance dans l’agriculture biologique à Saint-Germain de Kamouraska

2001 Cofonde l’Union paysanne

2012 Devient directeur général et porte-parole de la Coalition pour la constituante du Québec

Survivre à l’offensive des riches

Roméo Bouchard, Écosociété, Montréal, 2016, 200 pages

9 commentaires
  • Jean Jacques Roy - Abonné 24 mai 2016 06 h 55

    La Constituante pour une 2ieme Révolution Tranquille!

    Je suis moi aussi de ceux qui, comme Roméo Bouchard, croient que l'heure est venue pour que les habitants de notre coin de terre, le Québec, reprennent contrôle et redéfinissent de nouvelles avenues pour l'avenir.
    Oui Roméo, l'appel à une Constituante est le nouveau ralliement pour un Québec Libre!

    • Pierre Fortin - Abonné 24 mai 2016 15 h 41

      Je le crois aussi. Si les citoyens mettent l'épaule à la roue pour établir la constitution qu'ils veulent pour concrétiser le pays qu'ils veulent, bien des problèmes se règleront naturellement.

      Le débat constitutionnel ne serait plus le même et un éventuel référendum redeviendrait ce qu'il doit être, un exercice démocratique fondamental.

      Qu'est-ce qui empêche nos politiques de demander dès aujourd'hui aux gens quel Québec ils veulent? Rien, sinon la crainte de perdre un peu de leur pouvoir.

  • Claude Ouimet - Abonné 24 mai 2016 07 h 00

    Merci

    Un sage s'exprime; serait temps de l'écouter et de militer à ses côtés.

  • Majella Simard - Abonné 24 mai 2016 07 h 07

    Roméo Bouchard en 6 dates

    1996: Organisateur du 1er rendez-vous des acteurs du développement local en milieu rural réunisant plus de 400 défenseurs de la ruralité

  • Mario Laprise - Abonné 24 mai 2016 07 h 59

    Un être de qualité

    M. Bouchard est un être licide, engagé, généreux qui a été de toutes les causes défendant le gagne-petit, le citoyen. À 80 ans il est encore sur la ligne de front et apporte des idées novatrices comme celle d'une assemblée constituante. Projet très pertinent pour revitaliser la démocrtie, laquelle démocratie, partout dans le monde est en piteux état et particulièrement, ici, au Québec avec l'état Coullard et les médecins politiciens.

  • Mario Laprise - Abonné 24 mai 2016 08 h 03

    Un être de qualité (sans faute)

    M. Bouchard est un être lucide, engagé, généreux qui a été de toutes les causes défendant le gagne-petit, le citoyen. À 80 ans, il est encore sur la ligne de front et apporte des idées novatrices comme celle d'une assemblée constituante. Projet très pertinent pour revitaliser la démocrtie, laquelle démocratie, partout dans le monde est en piteux état et particulièrement, ici, au Québec avec l'état Coullard et les médecins politiciens.