Chloé Sainte-Marie refuse de voir Gilles Carle succéder à Jutra

Dans une lettre envoyée aux médias vendredi, la chanteuse Chloé Sainte-Marie demande à ce que le nom de son ancien conjoint, le cinéaste Gilles Carle, décédé en novembre 2009, ne soit pas accolé aux prix Jutra.

Selon elle, les prix qui portent ce nom depuis leur création en 1999 devraient le conserver en dépit des récentes révélations au sujet du cinéaste. « En dépit des prescriptions de vérité entourant le cinéaste Claude Jutra, j’estime qu’il faut conserver le nom des prix Jutra », écrit-elle. La chanteuse s’est tout de même dite « troublée et triste face à ce scandale provoqué à la suite de la publication de la biographie de Claude Jutra » aux Éditions du Boréal. À son sens, les récents événements contribuent à « stigmatiser l’ensemble de l’oeuvre » du célèbre cinéaste, alors qu’en dépit des allégations de pédophilie, « les raisons qui [avaient], à l’époque, présidé au choix de Claude Jutra demeurent ».

Mercredi, Québec Cinéma a annoncé qu’il n’utiliserait plus le nom de Jutra pour désigner le gala annuel qui souligne l’excellence du cinéma québécois. L’organisme a pris cette décision à la suite de la publication dans La Presse du témoignage d’une présumée victime d’agressions sexuelles de Claude Jutra.

Depuis, Chloé Sainte-Marie assure qu’elle a reçu « plusieurs appels et courriels [lui] demandant son avis concernant Gilles Carle pour suppléer à l’éviction » du réalisateur de Mon oncle Antoine.

Or, selon l’artiste, « quel que soit le ou la cinéaste auquel on fera appel, la réalité est piégée par un choix de rédemption. Choisir Gilles Carle, c’est le précipiter dans un tel piège. Gilles Carle était un homme libre. Un homme libre et fier qui, tel un carcajou, s’enlève la patte du piège ».

Un comité de sages mis sur pied par Québec Cinéma devrait choisir le nouveau nom du gala rapidement, a assuré la directrice générale de l’organisme, Ségolène Roederer, plus tôt cette semaine. Compte tenu des délais serrés, il est fort probable que ce dernier soit temporaire.

5 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 20 février 2016 05 h 54

    Quelqu'un

    Pourquoi faut-il absolument que ce prix porte le nom de «quelqu'un» ?

    C'est le prix de «quoi» en fait ?

    Bonne journée.

    PL

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 21 février 2016 17 h 21

      Le Prix du Cinéma du Québec.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 22 février 2016 07 h 08

      «Le Prix du Cinéma du Québec.»
      Eh ben voilà !

      PL

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 20 février 2016 07 h 38

    … ?!? ...

    « En dépit des prescriptions de vérité entourant le cinéaste Claude Jutra, j’estime qu’il faut conserver le nom des prix Jutra » (Chloé Sainte-Marie, chanteuse, actrice)

    « Un comité de sages mis sur pied par Québec Cinéma devrait choisir » (Florence Sara G. Ferraris, Le Devoir)

    De ces citations, douceur double :

    A Ou bien Québec Cinéma conserve le nom Jutra ;

    B Ou bien le nom de Falardeau (A, Pierre) pourrait comme inspirer, alimenter !

    Entre-temps ou …

    … ?!? ... – 20 février 2016 –

    A : Pierre, cinéaste intègre hors normes, fut un courageux et passionné québécois en quête de !

  • Claire Beauchemin - Abonnée 20 février 2016 09 h 47

    Merci Chloé Sainte-Marie d'élever le débat

    Pleinement d'accord avec le refus de Chloé Sainte-Marie d'utiliser le nom de Gilles Carles dans la condamnation sans procès - donc sans enquête - de Claude Jutra.